Frontières: le Bloc somme Trudeau d’agir

141780b7a135d9e6671b42f6bb21e8f3

Un appel à fermer le chemin Roxham


Le Bloc québécois préconise l’interdiction d’entrer ou de sortir du Canada, sauf pour les déplacements considérés comme essentiels. 


Cette proposition vise tous les pays, incluant les États-Unis, a annoncé le chef de la formation souverainiste, Yves-François Blanchet, dimanche. 











Il a précisé que le commerce de biens, la recherche ou les collaborations internationales font partie des services essentiels. Ceux qui voudraient rentrer au Canada devraient subir au préalable un test de dépistage ou se soumettre à une quarantaine en sol canadien. Les travailleurs essentiels au commerce transfrontalier devraient également respecter des normes spécifiques de distanciation sociale. 


Le gouvernement fédéral devrait aussi limiter le nombre de points d’entrées au pays avec les États-Unis, ainsi que dans les ports et aéroports du pays, selon le Bloc. Il estime que du personnel supplémentaire devrait être ajouté à ces points d’entrée restreints. 


Au total, le Bloc a proposé 22 mesures pour renforcer la lutte afin de contrer la propagation de la COVID-19. 


«Notre formation politique recevrait favorablement la formation d’un comité parlementaire restreint informé des initiatives avant leur publication sur une base quotidienne», a dit Yves-François Blanchet par communiqué. 


Son parti a déploré que des Canadiens soient incapables de revenir au pays, que ce soit en raison de contraintes liées aux compagnies de transport ou à cause de services consulaires canadiens fermés à l’étranger. 


«C’est totalement inacceptable», a affirmé M. Blanchet en conférence de presse. 


Il estime qu’Ottawa devrait encadrer les prix des entreprises de transport pour éviter des hausses de tarifs trop importantes qui nuiraient au retour de Canadiens. 


Le Bloc veut aussi imposer une date limite pour que les résidents canadiens puissent revenir au pays. Après cette date, une autorisation spécifique serait requise pour rentrer au Canada. 


Yves-François Blanchet veut aussi que tous les points d’entrée irréguliers au Canada qui sont utilisés par des migrants demandant le statut de réfugiés, comme le chemin Roxham en Montérégie, soient scellés. Pour ce faire, le fédéral devrait suspendre l’Entente sur les tiers pays sûrs entre le Canada et les États-Unis.


Le Bloc exige aussi qu’Ottawa investisse dans les centres de recherche pour développer un test de détection rapide et accessible de la maladie. 


VOICI LA LISTE COMPLÈTE DES PROPOSITIONS    



  1. Le gouvernement doit décréter que les déplacements vers l’étranger établis comme non essentiels par les autorités compétentes sont interdits, quelle qu’en soit la destination;   

  2. Le gouvernement a enjoint tous les citoyens du Québec et du Canada de rentrer au pays. Chacun d’eux doit toutefois être assujetti à toute démarche de détection que les autorités compétentes jugeront souhaitable, incluant au préalable un test de dépistage ou une quarantaine de durée prescrite;   

  3. Le gouvernement doit établir une date limite à compter de laquelle toute entrée sur le territoire par un citoyen qui ne se serait pas soumis à l’injonction quant au retour immédiat devra obtenir une autorisation spécifique;   

  4. De nombreux Québécois et Canadiens sont présentement dans l’inacceptable incapacité de rentrer au pays. Ainsi, malgré la demande précédente, le gouvernement canadien doit déployer les ressources consulaires et financières requises afin qu’aucun citoyen québécois ou canadien ne soit pas accompagné dans sa volonté de rentrer sur le territoire, quel que soit son point de départ;   

  5. Le gouvernement doit décréter un encadrement des prix et des pratiques tarifaires afin de réparer, restreindre et interdire toute pratique des transporteurs canadiens de personnes ayant pour effet d’augmenter les prix au détriment de voyageurs contraints au retour sur le territoire;   

  6. Le gouvernement doit décréter que les points d’entrée doivent immédiatement être l’objet d’une désinfection fréquente des surfaces de contact propices à la propagation du virus;   

  7. Le gouvernement doit établir une liste de critères requis à l’entrée sur le territoire de citoyens étrangers pour des motifs jugés essentiels (collaborations internationales, recherche, commerce de biens...) et interdire toute entrée sur le territoire à défaut de conformité à de tels critères. Pour entrer sur le territoire, ils devront subir au préalable un test de dépistage ou s’assujettir à une quarantaine de durée prescrite;   

  8. Le gouvernement doit interdire l’accès au territoire à tout autre voyageur et refuser l’émission de visas ou suspendre les visas pour tout motif établi non-essentiel, quelle que soit l’origine du voyageur;   

  9. En collaboration avec Québec et les provinces, le gouvernement doit assurer l’approvisionnement prioritaire des institutions publiques (santé et sécurité) et des travailleurs aux points d’entrée en équipements de protection, de tests et détection et au besoin d’isolement. Le gouvernement doit aussi, de toute évidence, s’assurer que les lieux de transit aux points d’entrée ne favorisent pas au contraire la propagation du virus;   

  10. Le gouvernement doit doter les travailleurs aux points d’entrée sur le territoire d’une formation immédiate favorisant la probabilité de détection de possibles porteurs du virus;   

  11. Le gouvernement doit s’assurer que les travailleurs aux points d’entrée sur le territoire soient légalement habilités à offrir, mais surtout, si jugé pertinent, contraindre les voyageurs entrant sur le territoire à s’assujettir à une période de quarantaine et au test de dépistage du virus;   

  12. Le gouvernement doit déployer les moyens nécessaires, dans le respect de règles sanitaires strictes, afin que les voyageurs identifiés soient placés en isolement à proximité des lieux d’entrée sur le territoire, en y disposant les ressources adéquates en termes de santé et de sécurité des lieux;   

  13. Le gouvernement doit restreindre le nombre de points d’entrée terrestres, maritimes et aéroportuaires sur le territoire;   

  14. En collaboration avec Québec et les provinces, le gouvernement doit ajouter du personnel en santé et en sécurité aux points d’entrée ainsi restreints;   

  15. Le gouvernement doit immédiatement se prévaloir de la clause de l’Entente entre tiers pays sûrs le liant aux États-Unis permettant de suspendre l’application de l’Entente et fermer sans délai tous les points d’entrée irréguliers connus, au premier chef celui du Chemin Roxham près du poste de Saint-Bernard-de-Lacolle. Les demandeurs réguliers de statut de réfugié seront contraints à une quarantaine d’une durée indéterminée;   

  16. Le gouvernement doit assurer la collecte de données à des fins préventives et de recherche scientifique sur le virus par le biais de questionnaires à toute personne autorisée à entrer sur le territoire;   

  17. Le gouvernement doit déployer un budget exceptionnel afin que tous les centres de recherche spécialisés puissent accélérer le processus de découverte de tests plus rapides et accessibles (ainsi que de traitements et de développement d’un vaccin pour contrer le virus);   

  18. Le gouvernement doit déployer les ressources nécessaires afin de diminuer l’impact économique de la pandémie dans les conditions les plus sécuritaires possibles. Ainsi, les travailleurs essentiels au commerce transfrontalier seront autorisés à circuler, mais assujettis à une démarche de détection et au besoin de quarantaine;   

  19. Les travailleurs essentiels au commerce transfrontalier devront être assujettis à un protocole spécial de distanciation sociale durant leur séjour selon des paramètres établis par les autorités de santé et sécurité publiques;   

  20. Le gouvernement doit établir des protocoles spécifiques et déployer des moyens accrus pour prévenir la propagation et assurer le traitement de possibles cas dans les communautés isolées et autochtones rendues plus vulnérables par leur localisation, une situation de logement inadéquate et un système de soins publics inadapté. Ces protocoles devront recevoir l’assentiment des communautés et nations autochtones;   

  21. Le gouvernement doit suspendre les privilèges diplomatiques aux déplacements vers l’étranger ou de l’étranger afin d’assujettir le personnel du corps diplomatique à des règles similaires à celles imposées aux autres voyageurs;   

  22. Le gouvernement doit participer aux initiatives internationales à des fins de recherche, de contention de la pandémie, du déploiement de restrictions de voyage conformes aux principes retenus au pays et de soutien mutuel à l’économie des partenaires internationaux.    








Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.