La girouette Legault (prise 2)

Et le cirque continue!

Qui sait, peut-être que la girouette de droite, anciennement tournée vers la gauche, y trouvera des vents favorables à un virage vers le centre!

Tribune libre


Je terminais ainsi mon article du 7 février paru sur la tribune libre de Vigile à propos des idées de Francois Legault véhiculées dans son manifeste sur la Coalition pour l’avenir du Québec (CAQ) :

« Pour l’instant, il semble que la girouette Legault fasse preuve d’opportunisme en plaçant son siège dans le sens de l’histoire tout en n’ayant qu’une coquille vide à nous présenter! »

Le 8 mars, le jeune Jonathan Duchesne, sur cette même tribune, en arrivait aux mêmes conclusions en qualifiant le programme de l’ancien ministre péquiste de « ramassis de déjà-vu et d’ennuyant à mort! »
Les vents électoralistes et opportunistes étant souvent capricieux et imprévisibles, la girouette Legault pointe maintenant vers l’ADQ ainsi que le rapporte Jean-Marc Salvet dans son article paru dans le quotidien Le Soleil du 12 mars en page 23 :
« Des acteurs du monde politique observent le début d’un flirt entre la Coalition et l’Action démocratique du Québec. Prélude à une fusion?…Le « mariage de raison » que de plus en plus de responsables politiques voient poindre à l’horizon est l’élément qui pourrait donner le plus de voilure à François Legault en plus de lui fournir de nombreux autres électeurs. Ils notent qu’une alliance électorale avec l’ADQ offrirait à l’ancien ministre péquiste et à son groupe une véritable organisation dans la plupart des régions du Québec, un véhicule précieux à environ deux ans des prochaines élections générales. »

Gageons que notre girouette nationale va se pointer à la réunion du Réseau Liberté-Québec qui se tiendra à Montréal le 16 avril, aux côtés des « tristement réputés » députés conservateurs Daniel Petit et Maxime Bernier qui ont déjà confirmé leur présence à cette rencontre! Qui sait, peut-être que la girouette de droite, anciennement tournée vers la gauche, y trouvera des vents favorables à un virage vers le centre!
Comme disait mon père, « on ne fait pas du neuf avec du vieux! »… à moins que le vieux ait conservé la verdeur d’un Jacques Parizeau, phénomène plutôt rare en politique, avouons-le! Enfin, comme dirait l’autre, « le cirque continue! »
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1608 articles

  • 1 136 137

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Archives de Vigile Répondre

    14 mars 2011

    Le texte du Soleil a de quoi entretenir le doute quant à son objectivité et à sa crédibilité. Aucune source citée, des indications curieusement semblables à celles que d'autres médias avaient déjà diffusées, une conclusion qui aurait pu être pigée dans un communiqué du groupuscule Legault-Sirois. Bref, le texte sent l'exercice de «cheer leader» et la «plogue» à plein nez. De la routine pour un journal dont les chroniqueurs logent dans une tour de Pise, qui toujours penche du côté des libéraux de Charest.