Élections 2018

De l'urgence de sortir de la petitesse provinciale

Quelques suggestions...

Acd5231b6278cd526dff6f0c258059b0

Tribune libre

En ce moment, c’est endormant à mourir et les mêmes idées anciennes dominent les discours politiques. Le Québec a besoin de rêver d’un pays, d’un avenir prometteur, prospère et florissant.


Rêver d’un pays valorisant pour tous, car au Québec, tout être humain possède des droits et libertés destinés à assurer son épanouissement;


Rêver d’un pays riche, prospère et dynamique, car nous tous avons droit à la jouissance paisible et à la libre disposition de nos biens;


Rêver d’un pays propre et respectueux de son environnement, car toute personne a droit, dans la mesure et suivant les normes prévues par la loi, de vivre dans un environnement sain et respectueux de la biodiversité;


Rêver d’un pays vivifiant et en santé, car ici, nous valorisons la protection de la santé de la population et la mise en place de conditions favorables au maintien et à l’amélioration de l’état de santé et de bien-être de la population en général;


Rêver d’un pays sécuritaire et équitable, puisque chaque personne a droit, à des conditions de travail justes et raisonnables et qui respectent sa santé, sa sécurité et son intégrité physique;


Rêver d’un pays où la pauvreté n’existe pas; car les droits et libertés de la personne humaine sont inséparables du bien-être général;


Rêver d’un pays inspirant et cultivé, car comme le disait Lévesque, être informé, c’est être libre...


Nous avons l’audace et la volonté d’un pays, nous sommes la combinaison de ce que nos ancêtres nous ont transmis et le seul État majoritairement francophone d’Amérique.


Soyons fiers de ce que nous sommes !


Nous possédons tout ce qu’il faut pour faire du Québec, UN PARADIS NUMÉRIQUE MONDIAL. Nous avons une main-d’œuvre qualifiée, nous pouvons développer de nouvelles technologies, et créer de nouveaux projets économiques dans ce domaine.


La situation politique actuelle des États-Unis nous est favorable; car les grandes entreprises numériques préfèrent la stabilité lorsqu’il s’agit d’investir dans un pays.


Nos actifs sont sous-utilisés. Nous avons Hydro Québec, son réseau et les anciennes usines Alcan, leurs sites et terrains stratégiques situés aux bords des rivières.


En somme, nous avons tout ce qu’il faut pour faire du Québec, la plus grande centrale et le plus grand réseau de banques et de transactions de monnaie virtuelle sur la planète et ainsi développer et mettre en place un modèle d’affaires industriel audacieux et avant-gardiste.


En outre, nous pouvons créer : Un partenariat plutôt qu’une banale offre de services aux plus offrants.

Des revenus en pourcentage sur des milliers et des milliers de dollars en transactions annuellement.


Le modèle d’affaires peut aussi inclure l’infonuagerie (Cloud Computing) l’hébergement et la transmission de données, ce qui nous permettrait d’attirer les plus gros joueurs tels Google, Microsoft, Apple, IBM, etc.


Le modèle actuel proposé par HQ manque de vision. Il est réducteur. HQ devrait se contenter de gérer le

réseau. Une société de gestion en partenariat avec la CDPQ, assurant le développement et la maximisation du

portefeuille des infrastructures québécoises actuelles sous exploitées, ou abandonnées.


L’industrie numérique a de plus en plus besoin d’énergie et d’eaux froides pour combler ses besoins de

plus en plus grandissants. On regarde le train passer depuis 30 ans.


Qui plus est, il ne peut exister de barrières tarifaires ou de taxes entre les pays dans ce domaine en

particulier.


Aussi, le réseau de distribution de HQ peut rejoindre tous les Québécois. L’accès aux résidences et aux

entreprises est incomparable. Un réseau numérique complètement intégré peut être mis en place

rapidement et ainsi offrir aux Québécois une connexion et un accès unique à Internet, la télévision, la

téléphonie et le sans-fil, en plus de l’électricité.


En terminant, il faut...


Empêcher l’EXPLOITATION injuste de l’eau gratuitement par les embouteilleurs. Plus de 8 milliards de

litres d’eau sont pompés de nos sources et revendus sans compensations.


Proposer un nouveau modèle de souveraineté unie, faire des provinces et des territoires canadiens, des États souverains.Développer des relations avec les autres provinces au regard de cette nouvelle proposition.


Joindre le Québec à l’Union européenne dans un modèle de libre-échange.


Et, plus important encore, apprendre aux générations futures, la beauté de notre langue pour qu’ils puissent raconter un jour, en français, comment nous sommes devenus un pays.


Partagez ces quelques mots... il FAUT QUE ÇA BOUGE


Gilles Quenneville

*Ce texte contient des extraits des articles de la Charte des droits et libertés du Québec.


Squared

Gilles Quenneville1 article

  • 928

Né à Chicoutimi au Saguenay en 1953. Animateur et journaliste à la radio et la télévision pendant près de 30 ans au Québec sur les chaines de Radio Canada, Radio Québec et Télémédia. Il devient par la suite Communicateur conseil auprès de plusieurs grandes entreprises au Québec, en France, en Angleterre, en Roumanie, en Tchécoslovaquie, au Brésil, en Inde et en Chine pendant une douzaine d’années. Aujourd’hui retraité, il s’intéresse à l’observation de la nature et à l’évolution humaine à travers la politique.





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Christian Rivard Répondre

    30 juillet 2018

    Gilles Quenneville, Bonjour. J'aimerais vous poser une question. 


    Vous avez écrit :


    « Proposer un nouveau modèle de souveraineté unie, faire des provinces et des territoires canadiens, des États souverains. Développer des relations avec les autres provinces au regard de cette nouvelle proposition.


    Joindre le Québec à l’Union européenne dans un modèle de libre-échange. »


    Que proposez-vous au juste : Un éclatement du Canada pour le refonder sur le modèle des États-Unis d'Amérique ?


    Aux USA, les États sont souverains et unis dans une véritable fédération. Est-il ce que vous rêver ?


    Cordialement,


    Christian B. Rivard


     


     


  • Pierre Bourassa Répondre

    22 juillet 2018

    Là où est notre cœur, là est notre patrie


    Pourquoi les Palestiniens sont-ils toujours attachés à leurs racines,à leurs origines et que çà semble plus difficile pour les Québécois ?


    http://www.chroniquepalestine.com/la-ou-est-notre-coeur-la-est-notre-patrie/