Le PQ au service du PLQ

Colonisés au cube!

Que peut-on y faire?

Tribune libre

La course à la chefferie du Parti Québécois donne un dur coup à la bonne volonté de plusieurs Québécois d'accéder à l'indépendance. Comment des candidats qui se comportent comme des enfants du primaire pourraient-ils devenir nos dirigeants de demain? Ça n'a pas de sens. Un langage quasi scatologique secoue la classe des aspirants chefs. On vise surtout, et avec une méchanceté navrante, Pierre-Karl Péladeau qui, de toute évidence, est le seul à avoir cette maturité propre à devenir chef de l'état. Tentez d'imaginer l'ambiance qui va régner à l'intérieur du PQ au lendemain d'une votation à la chefferie avec toutes les insultes et saletés qui se sont dites en cette période où l'union serait de mise, voire nécessaire. Une équipe de bandits dirigent le Québec actuellement et le PQ, au lieu de se hâter à se trouver un chef qui prendrait notre défense, se lance des pelures de bananes (pour être poli), et bien sûr, le PLQ est mort de rire. On passe pour une bande de cons.

Pierre-Karl Péladeau a parlé d'immigration, a soulevé un point très important de notre existence, véridique, et, sans doute influencés par la propagande des médias au service du PLQ et au lieu de comprendre le sens fondamental de sa déclaration, on a sauté aux conclusions, on a diabolisé d'une manière insensée ses paroles. Encore une fois, les sbires du PLQ salivaient. Il y avait un débat intense qui se dirigeait vers un cul-de-sac et PKP, par ses excuses, l'a clos immédiatement et sagement, ouvrant la porte à, encore une fois, des commentaires crasseux, boueux, crottés, souillés, sordides, infects. Quelle joie encore une fois pour le PLQ.

Jamais je n'ai vu une course à la chefferie sentant si mauvais. Réalisez qu'il n'y a qu'une seule personne parmi les candidats qui n'a pas voulu abaisser ses dires à ce niveau, qui parcourt le Québec rencontrer les citoyens et qui ne répond pas aux basses insinuations de ses adversaires et aux sales pièges des journalistes au service du PLQ.

Qu'est devenu le Québec? Comment peut-on manquer à ce point de maturité. C'est désarmant...et ça parle d'indépendance. Autant cette indépendance est nécessaire pour notre survie, autant je ne vois pas comment une bande de pleutres pourront y arriver. Si vous êtes membre du PQ, vous avez tous reçu de la publicité des candidats. À part Pierre-Karl, personne ne parle de l'ensemble du Québec. Chacun enrobe son petit égo de projets fioriturés, du chacun pour soi, tout le monde veut être président de la classe, devenir le chef, trôner au dessus des autres. Vous êtes d'avis que c'est comme ça que l'on va faire un pays? Au PQ, à moins d'un revirement imprévisible et hautement souhaitable, on a pas besoin d'ennemis, ils s'autodétruisent eux-mêmes. Pitoyable!

Featured a3e971571ab3c25a01e01d56d6b9d9d3

Ivan Parent403 articles

  • 343 295

Pianiste pendant une trentaine d'années, j'ai commencé
à temps partiel d'abord à faire du film industriel, de la vidéo et j'ai
fondé ma compagnie "Les Productions du LOTUS" Les détails seront visibles sur mon site web.
Site web : prolotus.net





Laissez un commentaire



8 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    26 mars 2015

    Je suis d'accord avec vous sur un point. PKP ne devrait pas s'excuser de dire la vérité même si à première vue elle choque les âmes sensibles qui n'ont pas compris le libellé de la déclaration. Qu'il l'ait fait avait ceci de sage que cela a calmé le jeu et cloué le bec aux libéraux, ils ne pouvaient plus disjoncter sur ce point. Cela m'a fait penser à "l'argent et aux ethnies" de Jacques Parizeau. C'était vrai mais ça se disait moins bien.
    En ce qui concerne les autres candidats, il est vrai qu’individuellement, certains ont de grandes qualités, ils pourraient faire, éventuellement, d'excellents ministres. Souvenez-vous par contre des attaques sournoises de Jean-François Lisée qui a offert sur un plateau d'argent, la tête de PKP aux Libéraux. Il est disparu du paysage et c'est tant mieux. Les autres, pas plus intelligents, ont suivi sa trace et ont continué à vomir sur PKP qui lui, ne s'est pas abaissé à répondre à ce genre d'attaques. J'ai envoyé à ce sujet, un commentaire au PQ mais, comme il fallait s'y attendre, je n'ai eu aucune réponse, même pas un accusé de réception. Même si, comme je l'ai dit précédemment, chaque personne a d'évidentes qualités, je n'en vois aucune ayant le calibre de PKP. Ils ne font que commencer à faire valoir leurs idées, leurs programmes au lieu de déblatérer les uns sur les autres en particulier sur PKP. Jamais vous n'avez entendu ce dernier tenter de descendre qui que ce soit. Réalisez jusqu'à quel point ces candidats ont fait du tort au PQ et à l'idée d'indépendance. Comment voulez-vous que la population fasse confiance à des enfants d'école qui préfèrent se chicaner que d'avancer des idées valables comme ils sont capables de le faire? Comme je l'ai dit dans un article, imaginez-vous l'ambiance de travail une fois l'élection passée, après s'être abreuvés d'injures, de saletés!
    Vous me trouvez trop véhément? Avant de me lancer la pierre, encore une fois, examinez leurs attitudes destructrices. Leurs façons de faire ne sont pas crédibles surtout que le PQ est reconnu pour ne pas avancer à cause de continuelles chicanes internes, de destructeurs concours d'égos.
    Je ne m'excuserai définitivement pas d'avoir dit ce que tout le monde a constaté. On doit s'excuser maintenant pour avoir dit la vérité? C'est la nouvelle politique? Voyons donc!

  • Archives de Vigile Répondre

    24 mars 2015

    M. Parent, j'ai moi-même demandé à PKP de ne pas s'excuser mais ses plus proches conseillers lui ont dit de le faire et, tout bien réfléchi, c'est pour le mieux, car de plus en plus de gens se disent publiquement d'accord avec ses propos... ce qui cloue le bec au PLQ.
    Je crois donc que vous faites fausse route en accusant violemment les autres candidats* - tous excellents sauf peut-être M. Cirré qui a, dans un élan de je ne sais quoi, attaqué les militants qui avaient applaudi à la déclaration juste de PKP.
    J'ose espérer que vous vous excuserez / violentes attaques que vous faites, dans le texte ci-dessus, relativement aux autres excellents candidats afin de participer à l'union nationale nécessaire pour un seul but la SOUVERAINETÉ de notre Nation chez-elle!
    Espérant le tout utile et efficace. RM @RoMe290244
    * puis-je vous suggérer de dépenser vos belles énergies - remarquables depuis des lunes - à trouver et attaquer les graves lacunes des libéraux et de tous les autres faux-culs des autres partis? ;)}}

  • Archives de Vigile Répondre

    23 mars 2015

    Je suis tout à fait d'accord avec Ivan Parent.Si PKP gagne la chefferie le
    raliement ne sera pas facile et se fera t'il.PKP est le seul à ne pas attaquer
    ses adversaires

  • Archives de Vigile Répondre

    22 mars 2015

    Bonjour M. Parent j'ai dénoncé les mêmes propos que vous sur les réseaux mais que vous l'écriviez si clairement je vous remercie car je croyais finalement que pas beaucoup de gens faisaient la même lecture que moi. Vous décrivez si bien ce que je pense.
    Tout ce que vous écrivez je l'ai écrit depuis le début de la course, donc il y a des gens au PQ qu'il va falloir qu'ils quittent à la fin de la course, le ménage doit se faire en profondeur si jamais M. Péladeau devient chef. Dans le cas contraire moi et d'autres quitteront pour toujours le PQ. L'heure est venue que ce parti laisse partir pour être polie les indésirables.

  • Archives de Vigile Répondre

    22 mars 2015

    Monsieur Parent
    200% d'accord avec votre excellent texte à faire réfléchir. Imaginez-vous que ça fera bientôt un an que le "QUEBEC LIBERAL PARTY" a été reporté au pouvoir et le PQ n'a pas encore de chef pour contrer toutes les bassesses de Couillard envers les Québécois. Comme je le disais, dernièrement sur Vigile, plus rien ne me surprend de ce parti infiltré et noyauté par les fédéralistes, la CIA et le SCRS.
    Il ne nous reste que 25 ans à se grouiller le c.. avant que l'indépendance ne devienne impossible à réaliser. Le PQ a manqué complètement le bateau en ne faisant pas de pédagogie sur l'indépendance depuis sa fondation en 1968. Aujourd'hui, il récolte ce qu'il a semé soit l'indifférence des Québécois qui sont plus intéressés à la prochaine victoire du Canadien de Montréal qu'à se battre pour un pays. Ça c'est être colonisés jusqu'à l'os!
    André Gignac 22/3/15

  • Archives de Vigile Répondre

    22 mars 2015

    J’ai réappliqué pour une carte du Parti Québécois à la suite de ce débat.
    J’appuie Pierre-Carl Péladeau malgré ses excuses !

  • Archives de Vigile Répondre

    21 mars 2015

    Parce que quelque chose bouge, depuis cette semaine, dans les salles de rédaction des six ex-quotidiens régionaux de Gesca.
    "Notre civilisation a toujours su se doter de
    structures de pouvoir et de soumission
    ,
    aussi bien politiques que culturelles (notamment grâce aux moyens de communication sociale), qui lui permettent d'imposer à l'humanité entière ses erreurs et ses excès." (Entrez dans l'Espérance, p.205)
    http://gloria.tv/media/QM1Nm22GqDN
    Au Québec, la fécondité d'une telle génération 1 n'assure que 1,6 enfant par femme, la génération 2 sera donc de (100/2,1) × 1,6 = 48 × 1,6 = 77 (environ) personnes.
    Par un rapide calcul en chaîne, et en supposant un indice de fécondité constant, on peut envisager l'avenir du Québec pour les générations suivantes :
    génération 3 = (77/2,1) × 1,6 = 59
    génération 4 = (59/2,1) × 1,6 = 45 personnes, soit un 45% de la génération 1.
    http://gloria.tv/media/QM1Nm22GqDN

  • Archives de Vigile Répondre

    21 mars 2015

    Si j'ai bonne mémoire, dans le «Portrait du colonisé» d'Albert Memmi développé dans le «Canadien français et son double» de Jean Bouthillette, le colonisé renonce à son être ou à son identité pour adopter le regard et le point de vue de l'Autre, l'Anglais, le Libéral, le fédéraliste.
    C'est ce qu'ont fait Martine Ouellet et Pierre Céré dans leurs réactions devant les propos de PKP sur l'immigration. Ils ont pris le point de vue de l'Autre et ont renoncé au point de vue indépendantiste qui caractérise tout ce que dit PKP peu importe le sujet.
    M. Parent, j'ai éprouvé exactement le dégoût que vous décrivez. Ce qui arrive, c'est ce que certains avaient prévu et voulaient éviter. Mais ne nous décourageons pas, cela ferait trop plaisir à ces imposteurs qui sont actuellement au pouvoir à Québec.
    Exprimer notre mécontentement et les raisons de notre colère ne doit que renforcer notre engagement et motiver encore plus notre pugnacité.
    Robert Barberis-Gervais, 21 mars 2015