Bock-Côté veut discuter

63a4335f694c07b357deffa3dceb8475

Le conservatisme modéré relève du simple bon sens


Les affaires de Mathieu Bock-Côté vont bien. Il cartonne en France, où il fait la une des magazines, tout en multipliant les entrevues à la radio et à la télé. Au Québec, il ne manque pas de tribunes et d’admirateurs non plus. Ce succès, cependant, a son revers. Intellectuel flamboyant et combatif, Bock-Côté suscite la grogne de ses adversaires idéologiques. Au début du mois de mai, une causerie à laquelle il devait participer a été annulée parce que des militants se réclamant de la gauche menaçaient de la perturber.


Dans L’empire du politiquement correct (Cerf, 2019, 304 pages), le sociologue critique justement cette gauche tapageuse « qui se représente la cité non pas comme le lieu d’un affrontement entre plusieurs pôles idéologiques légitimes, chacun traduisant à sa manière une anthropologie en philosophie politique, mais comme une lutte sans merci entre le bien et le mal ».


Selon l’essayiste, cette gauche, qu’il qualifie de progressiste et de diversitaire, tenterait d’imposer « une orthodoxie idéologique » en diabolisant les voix qui la contestent et en assimilant à des phobies toutes les résistances à son programme. Ainsi, pour ces militants, un appui au Brexit ou un appel à une révision à la baisse des seuils d’immigration ne seraient pas des opinions politiques légitimes, bien que contestables, notamment quand elles sont récupérées par une droite détestable, mais des manifestations de xénophobie, absolument condamnables.


Une nouvelle gauche


S’il a raison de dénoncer les appels à la censure lancés par cette gauche qui transforme en « ennemis de l’humanité » tous ceux et celles qui ne pensent pas comme elle, Bock-Côté exagère, cependant, en lui attribuant une « hégémonie politique ». Le chroniqueur du Journal de Montréal, certes, est un paria dans les rangs de la gauche associée à Québec solidaire ou se réclamant de l’anarchisme, mais ses idées, dans l’espace public, ne manquent pas d’écho.


C’est tant mieux, d’ailleurs, parce que Bock-Côté est un intellectuel d’envergure qui élève le niveau de la réflexion. Connaisseur des grands débats occidentaux en sociologie, en politique et en philosophie, l’essayiste les commente avec brio et éloquence, dans le respect de ses opposants. Dans ses essais, de plus, son style atteint un degré d’élégance qu’il ne peut se permettre dans ses chroniques.



Il n’y a pas plus grande faute morale, en démocratie, que de se croire en situation de monopole sur le bien, le juste et le vrai. Car celui qui croit ainsi surplomber la cité du haut de sa supériorité ne voit pas trop pourquoi il débattrait avec les simples mortels devant lui. Au mieux, il se passera de leur avis, au pire, il se permettra de les rééduquer, de les psychiatriser, ou même de les enfermer. 




Ses adversaires le honnissent parce qu’il serait un homme de droite insensible aux exclus de la civilisation occidentale. Les choses ne sont pas si simples. Naguère, la gauche défendait les pauvres et la droite se satisfaisait d’un statu quo favorable aux privilégiés. Aujourd’hui, une nouvelle gauche, passée du social au sociétal, met en procès la civilisation occidentale pour cause de racisme, de sexisme et de nationalisme.


L’identité nationale, hier encore conciliable avec la gauche économique et avec l’accueil et l’intégration de nouveaux arrivants, est aujourd’hui considérée comme un facteur de discrimination ; la différenciation homme-femme, qui ne doit pas justifier les inégalités de traitement, mais qui constitue un repère anthropologique fondamental, est radicalement mise en cause par la théorie du genre ; la souveraineté populaire est assimilée à un dangereux populisme, comme on le voit dans le débat sur la laïcité ; la repentance historique, qui postule la culpabilité universelle de l’Occident dans l’histoire, devient un nouveau dogme.


Conservatisme et progressisme


C’est à cette gauche que s’oppose Bock-Côté avec panache. Il n’est pas de droite au sens capitaliste du terme. Sa défense de l’identité nationale et de la primauté de la logique politique sur la logique juridique, de même que son opposition à la théorie du genre et au multiculturalisme, au profit d’une politique d’intégration culturelle, en font un penseur conservateur, « critique de la démesure moderne » dont le déploiement ne se fait pas toujours au bénéfice de ce qu’on appelle parfois le monde ordinaire.


C’est la raison pour laquelle même des intellectuels de gauche, comme Jean-Pierre Le Goff en France et Bernard Émond au Québec, peuvent, sans partager toutes les idées de Bock-Côté, se réclamer d’un semblable conservatisme, qui n’a rien d’une pensée sulfureuse.


Le progressisme, résume Bock-Côté, chante le cosmopolitisme, la mobilité universelle et la fluidité identitaire. Le conservatisme rappelle la nécessité de l’enracinement, le poids de l’histoire et les limites naturelles de l’humain. Trop conservatrice, une société stagne et étouffe. Trop progressiste, elle se désagrège.


« L’art politique consiste alors à permettre une conflictualité fructueuse entre ces imaginaires dans la cité », conclut le sociologue conservateur, en invitant les tenants du progressisme à un « conflit civilisé ». La guerre des idées, ce n’est pas une raison pour se faire mal.









NOUVELLE INFOLETTRE


« Le Courrier des idées »


Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!













En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.