Immigration massive

Après le Grand Remplacement

Que faire lorsque nous serons minoritaires ?

716a5a6013ad38328ba2975ac6674668

Tribune libre

Soyons clair ; le Grand remplacement s’en vient. Cette théorie, popularisée par l’intellectuel français Renaud Camus dans sonlivre du même nom, avance que les populations de souche européenne se feront remplacer par des populations exogènes, principalement à cause de leur faible taux de natalité combinée à une immigration de masse incontrôlée. Selon l'étude publiée par l’Association for the Study of Ethnicity and Nationalism and John Wiley & Sons Ltd, les Canadiens français seront minoritaires au Québec d’ici 2040, si ce n’est pas avant.


Le grand remplacement n’est pas un phénomène qui pourra être stoppé (du moins au Québec) par la voie électorale. La Coalition Avenir Québec fut surtout élue grâce à son positionnement (relativement) nationaliste et autonomiste face au gouvernement immigrationniste de Justin Trudeau. Maintenant que la lune de miel électorale est passée, il est clair que cette posture relevait de l'électoralisme plutôt que de l’idéologie. Les seuils d’immigration ne descendront même pas jusqu’à 40 000 tel que promis en campagne par la CAQ, mais augmenteront d’année en année pour bientôt atteindre 51 000 (plus ou moins le niveau voulu par les Libéraux) en 2022. Déjà qu’une baisse des seuils jusqu’à 40 000 n’aurait pas été suffisante pour empêcher les changements démographiques, il est clair qu’en reniant sa promesse, la CAQ a montré à tous qu’elle n’était pas notre alliée et qu’elle était un piège à con. Malheureusement, aucun parti ne se positionnera à sa droite. Il n’y a qu'à regarder l’hystérie gauchiste face aux mesures molles comme la loi 21 pour comprendre que la fenêtre d’Overton est clairement en leur faveur. Les Québécois moyens, à tendance nationaliste mais peu éduqués politiquement, seront satisfaits et donneront un autre mandat à la CAQ. Le futur proche s’annonce sombre pour les Canadiens français.




Certains trouvent tout cela déprimant, et avec raison. D’autres sombrent carrément dans la violence. On peut penser aux attentats de Christchurch, El Paso et Poway, tous survenus en 2019. Évidemment, la solution n’est pas là. En pratique, la violence ne fait que donner une mauvaise image de tous ceux qui dénoncent l’immigration et au final, ne sert à rien. Même en ignorant les flagrants problèmes d’éthique concernant la violence, celle-ci n’arrêtera pas l’immigration. Tuer une poignée d’exogènes n’empêchera rien. 


Que faire?


Si le grand remplacement est instoppable, alors il faut s’y préparer. L’anné 2040 peut paraître éloignée, mais nous la verrons de notre vivant. Comment allons-nous vivre le grand remplacement? L’expression génocide Blanc est plutôt contre-productive, car bien que le terme génocide soit assez juste, pour la plupart il évoque des meurtres à grande échelle sur un court lapse de temps, et non pas des changements démographiques se déroulant au cours d’un siècle. 


Il faut tout d’abord se sortir de l’idée que l’accélérationisme est une option envisageable. Il est compréhensible que face à une situation aussi déprimante que celle que nous vivons, certains appellent à en finir le plus vite possible, avec le faux espoir que face à une situation très dure, le peuple se réveillera et qu’il y aura une réaction identitaire. Cependant, rien ne garanti une telle réaction. Même si la CAQ est très décevante, considérant le fait que le PLQ était le seul autre parti ayant une chance de gagner, ne regrettons pas notre choix. Si le seuil de 42 000 immigrants par année n’est pas assez bas pour empêcher les changements démographiques, c’est tout de même 8000 immigrants par année de moins que sous les Libéraux. Chaque petite victoire compte.


Les Canadiens français continuerons encore longtemps d’exister. Ils seront peut-être minoritaires, mais ils demeureront tout de même le groupe le plus nombreux au Québec. Les immigrants ne représentent pas un groupe homogène, mais plutôt plein de petites fractions du monde entier et pour employer un euphémisme, ces fractions ne s’entendent pas toutes ensembles. 


En ce moment, il est vrai que l’échiquier politique se divise entre la CAQ, le Parti québécois en phase terminale et Québec Solidaire, qui de son côté courtise le vote exogène, principalement musulman. La politique électorale va s’ethniciser. Les divergences par exemple entre les hindous et les musulmans, ou les hindous et les sikhs, font en sorte que cette division peut être exploitable. Parti X prend le bord de l’un, Parti Y prend le bord de l’autre. De cette façon, même si les exogènes gagnent en nombre, en moyens et en influence grâce à leurs lobbies, leurs divisions internes les empêche de former une coalition gagnante.


Malgré tout, il faut faire face à la réalité. En ce moment, ce sont les Canadiens français qui sont divisés. Il faut s’unir, mais malheureusement, l’esprit de la Révolution tranquille déjà problématique sur le fond est maintenant poussé à son paroxysme et célèbre la culture de la mort : avortement, euthanasie, anti-natalisme, etc. Beaucoup de nos compatriotes ont été corrompus par cette idéologie nocive, via des idéologues dangereux qui infestent nos institutions éducatives. Ces idées mortifères doivent être combattues par leur opposé, c’est à dire une culture de vie basée sur la morale catholique, foi de nos ancêtres. Il faut des familles fortes, nombreuses, priorisées avant tout avancement de carrière. Il faut transmettre nos traditions, rejeter les théories transgenres délirantes, particulièrement celles qui visent nos enfants. Tandis que les gauchistes et les individualistes vont vieillir seuls, nous devons faire en sorte que la prochaine génération canadienne française soit identitaire et ne s’excuse pas de revendiquer le territoire du Québec comme le sien.


Il faut aussi mettre la main sur nos institutions, occupées en ce moment par nos ennemis. Cela ne se limite pas au gouvernement. Bien franchement, avec des circonstances favorables, rentrer les bonnes personnes au gouvernement sera probablement la partie la plus facile du travail. La grande difficulté sera de mettre la main sur les institutions scolaires, qui grouillent de marxistes et endoctrinent notre jeunesse à se haïr elle-même, en la culpabilisant sur le fait que ses ancêtres auraient été de méchants colons blancs. Pour l’instant, la meilleure solution reste l’école à la maison, mais ce n’est pas possible pour tout le monde. Nous n’avons pas le choix, mais de reconquérir notre système éducatif. Il nous faut des professeurs nationalistes. Chacun a son rôle à jouer.


Les médias sont aussi à reconquérir. Même les médias supposément nationalistes de Québecor sont au mieux sur la ligne caquiste. Ils ne nous sauverons pas. Nos institutions ne sont pas à brûler, mais à reconquérir. Notre territoire aussi d’ailleurs. L’idée que le Québec est perdu doit être exclue. Le Québec n’est pas perdu. Il ne l’est pas et ne le sera jamais. L’Espagne a été islamique pendant des siècles. Nous sommes les héritiers de cette terre, et nous avons hérité des erreurs de nos parents. Notre rôle est de préparer nos enfants à reprendre ce qui leur appartient.


Featured 9c63768ad8dd2c966751493a2040b3f4

Vincent Benatar1 article

  • 3 366

Humble Étudiant Catho-Nationaliste





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Éric F. Bouchard Répondre

    8 décembre 2019

    Que faire maintenant, voulez-vous dire sans doute.


    Parce que c’est maintenant qu’il faut agir alors que les Canadiens-Français forment toujours 60% du Québec.


    Agir en se réclamant de la nationalité séculaire sur laquelle reposait notre résilience jusqu’aux années 1970, mais le faire en évitant le piège d’une quelconque vertu idéologique ou religieuse. Depuis trop longtemps en effet, on instrumentalise notre sentiment national  au profit d’idéaux progressistes contraire à nos intérêts.


    Agir en se dotant à nouveau d’une société nationale, d’un centre identitaire, d’un organisme capable de défendre les Canadiens-Français comme autrefois les SSJB ou l’Action nationale avant qu'elles ne soient détournées de leur mission par les souverainistes néonationalistes.


    Pour cela, amener les multiples groupes « nationalistes », « de souche », « patriotes » à se dire ouvertement canadiens-français pour qu'ils cessent ainsi d’être les idiots utiles d'une québécitude qui n’aura servi qu’à nous endormir dans la fausse assurance du « confort et de l’indifférence ».


    Qu’en dites-vous?