À six mois des élections...

Bien malin celui ou celle qui peut prévoir le résultat du scrutin d'octobre 2018!

Tribune libre


Si la tendance manifestée par les Québécois lors des derniers sondages se maintient, la Coalition avenir Québec (CAQ) formerait un gouvernement minoritaire, voire faiblement majoritaire. Toutefois, il serait prudent de mettre un bémol à ce constat qui survient, rappelons-le, à six mois des élections!


C’est long six mois en politique, et bien des éléments peuvent causer des revirements d’ici là. Mentionnons, entre autres, le « grand déblocage » du Parti québécois (PQ), ou le dernier budget-bonbons du Parti libéral du Québec (PLQ).


Par ailleurs, dans la foulée des mises en candidature « vedettes » de QS, notamment Catherine Dorion et Vincent Marissal, peut-être assisterons-nous, à la suite de Camil Bouchard et Jean-Martin Aussant, au retour de Pierre Karl Péladeau dans le giron du PQ.


Quant à la CAQ, elle navigue paisiblement, sans faire de vagues, sur son erre d’aller, une stratégie qui risque de la rattraper lorsque la mer deviendra plus houleuse au fur et à mesure où les navires s’approcheront du port. Parlant de la CAQ, il faudra surveiller l’attitude de son chef, François Legault, à l’égard des femmes envers lesquelles il a manifesté à plusieurs occasions dans le passé un manque flagrant de tact, ce qui lui a valu un maigre 16 % du vote féminin en 2012. 


Quoi qu’il en soit, un fait me semble sûr, bien malin celui ou celle qui peut prévoir avec certitude qui touchera le port le premier. D’ici là, une course électorale enlevante nous attend. À nous d’écouter attentivement les programmes de chacun des partis et d’opter pour celui qui « semble » placer l’intérêt et le bien-être des Québécois en tête de ses priorités.



Henri Marineau, Québec


 


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1119 articles

  • 878 323

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé