Congrès de la CAQ

À propos du vote de confiance envers François Legault

ChatGPT, le plagiat à « bar ouvert »

Tribune libre

De toute évidence, les délégués au congrès de la Coalition avenir Québec (CAQ) ont confirmé presque à l’unanimité que François Legault était toujours l’homme tout désigné pour diriger le Québec en lui accordant un vote de confiance de 98,6%.

Toutefois, là où le bât blesse avec le plus d’acuité, c’est au moment où le chef confirmé par les délégués du congrès transpose l’appui massif des délégués à la population du Québec en lançant par exemple que la la population l’appuie dans sa décision de reculer sur le projet de troisième lien Québec-Lévis.

Désolé, M. Legault, la majorité des Lévisiens n’est pas encore remise de ce volte-face eu égard à l’abandon de la voie auto-routière sous le fleuve. On pourrait aussi ajouter qu’une bonne partie de électeurs de la Capitale nationale éprouvent la même colère. En termes clairs, le dernier sondage révèle clairement que la popularité de François Legault a diminué significativement depuis les dernières semaines. C’est sans compter les déboires de la SAAQ, les problèmes de fermeture dans les RPA et le manque de places dans les CPE, et j’en passe... Bref, un début de deuxième mandat pour le moins difficile, voire désastreux.

Enfin, je suis porté à penser que le vote de confiance très élevé des délégués a voulu signifier un resserrement nécessaire autour de leur chef en cette période déstabilisante du conseil des ministres dans plusieurs dossiers prioritaires. Maintenant que la lune de miel fait partie du passé, François Legault retrouvera rapidement la réalité où, manifestement, sa cote de confiance est nettement inférieure à celle reçue auprès des délégués du congrès.

ChatGPT, le plagiat à « bar ouvert »

Sans grande surprise, l’intelligence artificielle (IA) et plus spécifiquement le robot ChatGPT font sentir leur présence à la vitesse grand V si bien que des profs de cégeps et des chargés de cours tirent la sonnette d’alarme et réclament d’urgence un moratoire afin de freiner le développement de l’intelligence artificielle, les intervenants étant confondus devant une explosion de cas de tricheries de la part des élèves.

Toutefois, là où le bât blesse, c’est qu’il est difficile de prouver hors de tout doute qu’il y a eu tricherie puisque l’efficacité des logiciels de détection est limitée. Et, qui plus est, des capsules qui circulent sur TikTok montrent comment contourner les logiciels de détection. C’est la quadrature du cercle. Les profs et les chargés de cours ont littéralement perdu le contrôle de cette nouvelle technologie.

Il est plus que temps que tous les intervenants en enseignement supérieur, y compris la ministre Pascale Déry, décrètent un moratoire, prennent un temps d’arrêt et fixent des balises uniformes pour tous les établissements d’enseignement supérieur eu égard à une utilisation sécuritaire de ChatGPT dans chacune des institutions.

Enfin, comme le parodiait si justement l’humoriste « visionnaire » Yvon Deschamps, « On n’est quand même pas pour mettre le monde dehors pour des machines ».


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau2042 articles

  • 1 432 907

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Hugo Landry Répondre

    20 mai 2023

              Le vote de confiance très élevé des délégués est assurément une tactique politique pour graisser et ennivrer les caquistes fanatiques et lobotomisés, avides de dictature et de rêves utopiques, tueurs du peuple fondateur du Québec ! Comment ces délégués peuvent avoir voté de façon aussi aveugle et ignare, sachant très bien que depuis que la CAQ est au pouvoir, le Québec décline plus que jamais ? Le Québec est en net déclin par l'effondrement radical de sa santé, de son éducation, de ses infrastructures, de sa morale, de sa fierté, de son identité, de sa cohésion sociale, de sa langue et de sa culture française, de son histoire, de son patrimoine génétique, de ses repaires nationaux, de son instinct de survie et de sa combattivité.


              Comment Legault peut avoir obtenu 98,6% d'appui venant de ses fanatiques endoctrinés à l'ignorance la plus infecte et la plus abjecte, quand une forte majorité de la population vient de réaliser qu'elle se fait tromper et arnaquer, depuis que Legault a été élu, sur la base de plein de promesses faussées venant de leur dictateur caquiste, incompétent et impotent par excellence ? Le 3e lien n'est qu'une autre arnaque parmi des dizaines d'autres pour être élu sur uniquement la base de mensonges les plus déments et les plus virulents ! Ce vote de confiance bien falsifié par les caquistes lobotomisés est encore une preuve que ces délégués fanatiques, tout comme pour Legault et sa suite de fous du roi opportunistes et payés exagérément pour tromper le peuple, sont totalement déconnectés de la réalité.