Chefferie du Bloc québécois

Yves-François Blanchet à la ligne de départ

L’ex-ministre péquiste dit constater que l’annonce de sa candidature a eu un effet positif sur le parti

7e80fd742391ba2e41b7205044a860fd

Tribune libre

À quelques jours de la fin de la période de mise en candidature pour la chefferie du Bloc québécois, soit le 16 janvier à minuit, le seul candidat à avoir reçu un bulletin de mise en candidature demeure Yves-François Blanchet.


Quoique que la place de chef ne lui soit pas encore assurée, l’ex-ministre péquiste dit constater que l’annonce de sa candidature a eu un effet positif sur le parti qui, d’après lui, reprend du poil de la bête depuis sa déconfiture à l’élection de 2011, tout en affirmant que plusieurs personnes ayant déserté le parti depuis quelques années en ont réintégré les rangs récemment.


Ce nouvel engouement qu’il ressent pour le Bloc pousse M. Blanchet à croire que le parti pourrait surprendre aux prochaines élections, même s’il doit se choisir un chef alors que s’amorce l’année électorale. « Beaucoup de choses peuvent se passer en un an. Je pense que les chances que le Bloc franchisse la barre des 20 comtés sont très bonnes. »


Le candidat à la chefferie concède cependant que la route sera longue avant de pouvoir atteindre les résultats qu’il souhaite obtenir l’automne prochain. Parmi les défis que doit relever le parti, M. Blanchet mentionne outre le financement, l’adhésion des jeunes électeurs au Bloc et la parité dans les candidatures aux prochaines élections, tout en respectant le choix des membres de chaque circonscription.


Les nombreuses crises internes auxquelles a été confronté le Bloc au cours des dernières années constituent certes un défi de taille qui attend le futur chef. Toutefois, à percevoir la synergie qui se dégage autour de M. Blanchet, force est de constater qu’il est déjà bien en selle, prêt à s’élancer à la ligne de départ. 


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1342 articles

  • 1 169 271

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé