Vaudeville sur l'avortement

Tribune libre

En écoutant les réactions loufoques du ministre Barrette concernant les questions de l’opposition sur ses présumées intentions de restreindre l’accès à l’avortement, j’avais vraiment l’impression d’assister à un vaudeville de première classe où tous les ingrédients étaient présents, de la ballade des quotas au caquètement des poules en passant par le mépris du ministre pour les « lanceurs » d’alerte.

Et pourtant, notre ministre de la Santé, le premier représentant de la qualité des soins au Québec, réagissait à des inquiétudes fondées sur un sujet aussi primordial que l’accès à l’avortement, ce qui n’est pas banal. Et, subitement, sans aucune raison apparente, les quotas sont passés, en l’espace de quelques jours, de 504 à 1008 et tout ça, sur la parole du ministre…tout simplement!

À force de jongler avec les chiffres comme si une femme en détresse souhaitant se faire avorter peut être placée tout bonnement dans le boulier du Dr Barrette, espérant que le hasard la favorise un jour, le docteur ministre frondeur va passer à l’histoire comme l’un des meilleurs scénaristes de vaudeville de bas étage.

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1426 articles

  • 1 095 340

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    27 mars 2015

    "Notre civilisation a toujours su se doter de
    structures de pouvoir et de soumission,
    aussi bien politiques que culturelles (notamment grâce aux moyens de communication sociale), qui lui permettent d’imposer à l’humanité entière ses erreurs et ses excès." (Entrez dans l’Espérance, p.205)
    "Il n’y a pas, pour l’homme, de droit plus fondamental que le droit à la vie ! Et pourtant, une certaine culture contemporaine a voulu le lui dénier, en allant même jusqu’à en faire un droit qu’il est " gênant " de défendre. Mais aucun autre droit ne touche de plus près l’existence même de la personne !…"(p.297)

  • Archives de Vigile Répondre

    27 mars 2015

    L’avortement est tragique pour les femmes et leurs enfants à naître. Le Québec est en train de disparaître à cause de la dénatalité et de l’avortement - 30000 par année. La souveraineté faudra oublier car celles qui avortent votent souvent PQ. Les péquistes sont éliminés...

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    27 mars 2015

    Il n'a plus le titre de docteur, tant qu'il ne passera pas ses stages d'éducation continue. Pire, tant qu'il ne prendra pas un cours de civisme élémentaire.