L’école co-éducative

Une solide alternative

Tribune libre

 


Problématique

Fort d’une expérience de plus de 30 ans dans le monde de l’enseignement dont 12 à des postes de responsabilités aux Services aux élèves, aux Services pédagogiques et administratifs, j’ai été à même de constater, particulièrement au cours de mes trois années à la direction d’une école, à quel point nos jeunes sont souvent perturbés entre le milieu familial et l’école.

Évolution de la société

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette dichotomie entre le milieu familial et l’école, notamment l’évolution de la famille traditionnelle vers un type de famille monoparentale entraînant souvent un débordement des tâches et, par conséquent, une présence moins active auprès de l’enfant, le nombre d’enfants par famille, soit environ 1,5 enfant par famille, phénomène qui entraîne nécessairement une polarisation des attentions vers ces enfants et, par conséquent, des attitudes égocentriques contraires aux valeurs de partage véhiculées par les écoles et l’évolution des activités ludiques des enfants qui sont passées d’activités extérieures avec des amis à des activités solitaires devant un écran, entraînant, d’une part un manque d’activités physiques, et d’autre part, une passivité intellectuelle.

École co-éducative

Dans ce contexte, il est plus que temps que parents et éducateurs s’assoient ensemble et déterminent les valeurs fondamentales qu’ils désirent intégrer dans un projet de partenariat famille/école. C’est ensemble que parents et éducateurs doivent déterminer des paramètres équitables qui permettront aux jeunes « de franchir le pont » vers une autonomie progressive, basée sur le respect de soi et des autres et le développement du sens de l’effort et de leurs capacités intellectuelles.

À mon sens, il est inacceptable que le mode de vie à l’école soit souvent à l’opposé de celui vécu dans la famille, une aberration qui place le jeune entre deux mondes fort différents qui laissent la place à la manipulation de la part du jeune. Conséquemment, force est de constater que la solution à cette dichotomie malsaine réside dans la création d’une école en véritable partenariat avec les parents.

Perspective d’avenir

En ce début de 21ième
 siècle, que répondre à ce mouvement «in» de mondialisation qui séduit par l’illusion d’ouvrir le monde à des jeunes en manque d’amour et de gratitude? Et les parents d’aujourd’hui, qu’attendent-ils de l’école? Le savent-ils eux-mêmes? Des parents issus du Cégep, déstabilisés souvent par des statuts précaires, obnubilés par tout ce qui est «in» que ce soit la sacro-sainte mondialisation ou les médias sociaux.

D’où la grande question : où doit se situer l’école des années 2000? Voilà une question qui ouvre la voie à une kyrielle de réponses. L’école d’aujourd’hui pourrait, par exemple, inculquer au jeune le sens des responsabilités, de l’autonomie et des valeurs fondamentales, lui permettre le droit à l’erreur, passer outre les apparences et les jugements précoces, fournir au jeune les outils de base qui lui permettront de devenir de bons «debaters», aimer le jeune pour ce qu’il est, lui faire connaître ses droits mais aussi ses responsabilités.


Henri Marineau, ex-enseignant et ex-directeur d’une école secondaire


 


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1675 articles

  • 1 167 935

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé