Les jeunes Québécois et l'actualisation du projet de pays

Une belle initiative!

Mais après!...

Tribune libre


D’entrée de jeu, je me dois de féliciter les responsables des IPSO pour avoir pris l’initiative d’organiser le rassemblement du 7 février sous le thème "Comment actualiser le projet de pays pour mobiliser la jeune génération? »
Toutefois, je me permettrai deux commentaires. Pour illustrer le premier, je reprends un extrait du résumé de l’allocution de Mme Joëlle Quérin issu de l’article de Ouhgo paru sur la tribune libre de Vigile le 8 février :

« Ainsi, sous prétexte que les jeunes troqueraient le nationalisme pour le mondialisme, on se collerait au multiculturalisme pour leur plaire? Elle suggère plutôt de prendre le problème à l’envers et de cesser de les dénationaliser. Plutôt leur enseigner l’histoire vraie, une langue de qualité, la littérature québécoise. Pour elle, actualiser, c’est retourner à ses fondements. »

À cet effet, je suis porté à me demander si l’école n’a pas, en partie, décroché de son rôle d’enseigner, soit de communiquer des connaissances, les enseignantes et les enseignants étant embourbés dans toutes sortes de réformes les éloignant de leur rôle principal. Écoutons, à ce sujet, Alain Finkielkraut dans son livre intitulé « L’ingratitude : conversation sur notre temps », publié en 1999 chez Québec Amérique :
« Instruire, c’est introduire l’élève à ce qui le dépasse. On raisonne aujourd’hui comme si le moi avait assisté à la création du monde. Rien ne dépasse, chacun est sujet, c’est-à-dire roi. Et l’actuelle exigence de mettre l’enfant au centre du système éducatif, comme si autrefois on y mettait des lampadaires ou des pots de fleurs, vise, en réalité, à remplacer l’obligation faite à l’élève d’écouter le professeur par l’ordre d’écouter les jeunes intimé aux animateurs du primaire et du secondaire. »


Première piste de solution : donnons à nos jeunes le goût de connaître leur histoire, leur langue et leur culture! Voilà pour l’avant-IPSO!
Mon deuxième commentaire s’articule autour du sigle IPSO (Intellectuels Pour la Souveraineté). Loin de moi l’idée de mettre en doute toute l’importance de rationaliser le débat sur la souveraineté du Québec! Les jeunes intellectuels Québécois sont un atout majeur pour l’élaboration d’un projet de société articulé. Toutefois, qu’en est-il de tous ces jeunes qui s’orientent, soit vers des métiers ou des techniques, à la fin de leurs études secondaires ou collégiales? Comme le soulignait Ouhgo, à juste titre, dans son article :
« On se prenait, en effet, à débattre entre convertis sur les vertus de l’indépendance du Québec. Si elles sont évidentes aux cercles très politisés, comment les transmettre aux quelque 12% de chômeurs de leur tranche d’âge? » et j’ajouterais…comment les transmettre à tous ces jeunes qui exercent des métiers manuels ou qui oeuvrent dans des emplois à caractère humanitaire?
Deuxième piste de solution : invitons tous les jeunes à nos rassemblements populaires! Voilà pour l’après-IPSO!
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1308 articles

  • 1 169 498

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    10 février 2011

    J'ai filmé les conférences mais pas les discussions cependant comme il est convenu de le faire avec les Ipso. Donc l'intégrale des propos tenus par les conférenciers se retrouverait ici
    http://www.tagtele.com/profil/Balzac/?v=64870&vc=&vp=1
    et ici
    http://www.tagtele.com/profil/Balzac/?v=64869&vc=&vp=1
    on peut aussi accéder au vidéo blogue par cette adresse
    http://www.tagtele.com/profil/Balzac

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    10 février 2011

    Monsieur Marineau,
    Heureux de vous voir suivre le fil de cette discussion : Pas de jeunes, pas d’indépendance. Évidemment, mon compte rendu de la soirée du 7 février ne rend pas justice à tous les participants, que j’ai outrageusement résumés. Il faudrait que l’un d’entre eux intervienne pour préciser ses idées. Je pense particulièrement à Mme Quérin (qui s’était fait connaître par son rapport de recherche sur le litigieux programme Éthique et culture religieuse). Même si son allocution a reçu la plus grande part de mon résumé, j’ai omis les précisions qu’elle donnait de sa classification des risques inhérents à courtiser les jeunes : 1-clientélisme, 2-marginalisation, 3-dénationalisation. Bref, par marginalisation, elle entendait précisément que les étudiants ne comprennent pas tous les jeunes. Elle ne voudrait pas négliger l’importante partie que sont les jeunes travailleurs, les jeunes parents, etc.
    Vous faites l’effort de trouver l’ouverture de ce colloque sur l’avenir. Ils sont évidemment conviés à s’exprimer là-dessus. Je doute cependant qu’ils verront comme une découverte l’idée de « inviter tous les jeunes à nos rassemblements populaires ». Si les orateurs invités ne l’ont pas exprimé eux-mêmes, j’ai mentionné l’allusion d’un intervenant sur une certaine allergie de ces générations pour tout ce qui passionna leurs parents, qui ont échoué : justement, l’histoire, les Patriotes à pipe et ceinture fléchée, voire les mots culture, langue et surtout NATION!
    Ils côtoient les Anglais et ils savent répondre à leurs provocations racistes. Ils sont conscients de leur DIFFÉRENCE et ne comptent pas l’abandonner.
    Avons-nous un autre rôle que de les appuyer dans leurs réflexions, de leur rappeler les erreurs que nous avons déjà commises et d’encourager toutes leurs démarches visant à s’UNIR dans le projet de vie qu’ils choisiront?