Une ascendance autochtone douteuse

0b88930366c3a7adf1932d59ae00f3a3

Raciologie uqamienne : une chargée de cours perd son poste... en raison de ses origines ethniques !?!


L’Université du Québec à Montréal a décidé de retirer sa charge de cours à Alexandra Lorange. De récentes révélations médiatiques ont jeté des doutes sur l’identité atikamekw que revendique l’ancienne enseignante du cours Femmes autochtones du Québec : débats et enjeux.


L’institution a pris cette décision pour des raisons « académiques » et non « disciplinaires ». « Les conditions pédagogiques adéquates n’étaient plus réunies dans le contexte des révélations de Radio-Canada », explique la porte-parole de l’UQAM Jenny Desrochers.


« L’UQAM est sensible à l’enjeu de l’autodéclaration » et « a entamé des réflexions pour améliorer ses façons de faire » à cet égard, indique Mme Desrochers. Elle rappelle que Mme Lorange a été embauchée en raison de ses compétences, et non de son identité autochtone. L’Université n’a pas mené sa propre enquête pour faire la lumière sur les origines de Mme Lorange.


Dans un courriel au Devoir, Mme Lorange se dit « bouleversée » par les allégations qui circulent depuis quelques jours. « Je tiens à vous confirmer que je suis d’ascendance autochtone (atikamekw) par ma mère et que je ne me suis jamais livrée, en aucun moment, à quelconque abus de confiance à cet égard », écrit celle qui est aussi analyste juridique et politique au sein de Femmes autochtones du Québec (FAQ).


La coenseignante du cours Femmes autochtones du Québec : débats et enjeux, Marie-Ève Drouin-Gagné, a également perdu son poste. La porte-parole de l’UQAM justifie cette décision en faisant valoir que « le cours avait été monté par ces deux personnes ». Un nouveau duo, composé de Cyndy Wylde et d’Isabelle Picard, entrera en fonction la semaine prochaine.


La décision de retirer les charges de cours a été prise après avoir consulté deux groupes étudiants autochtones de l’UQAM.


La semaine dernière, Radio-Canada présentait les résultats d’une enquête sur Mme Lorange. Selon deux généalogistes ayant analysé ses racines, la chargée de cours n’aurait aucun ancêtre autochtone dans sa lignée depuis au moins sept générations.


Des chefs atikamekw ont déploré la situation. « [Mme Lorange] se présente comme venant de Manawan. […] Je ne sais pas par quelle manoeuvre elle a réussi à obtenir une identité atikamekw », s’est désolé Paul-Émile Ottawa, chef de la communauté de Manawan, auprès de la société d’État.


En 2018, Mme Lorange a obtenu une bourse du Centre interuniversitaire d’études et de recherches autochtones pour les étudiants de 2e et 3e cycles universitaires. Cette récompense est destinée aux étudiants autochtones.


Mercredi, FAQ a publié une lettre stipulant que l’organisation était tout à fait ouverte à l’embauche de personnel allochtone « se présentant comme des alliés ». Toutefois, l’organisation « demeure sensible à la question d’autodéclaration et d’appropriation identitaire et tient à faire la lumière sur les allégations présumées avant de se prononcer davantage sur ce dossier ».