Le projet de Raôul

Un hymne national fleur bleue

Tribune libre


Malgré tout le respect que je voue à l’auteur-compositeur-interprète Raôul Duguay, je suis resté sur mon appétit devant les paroles à connotation fleur bleue de sa proposition d’hymne national pour le Québec. Afin de vous permettre de porter votre propre jugement, j’ai cru bon de vous transcrire les paroles du texte de M. Duguay :
Ô Kébèk
"Kébèk c’est nous gens d’ici gens de coeur
_ Pays unique du nord de l’Amérique
_ Grand peuple uni sous le fleurdelisé
_ Nation qui fleurit et aspire au bonheur
Sous l’arc-en-ciel de l’amour
_ Nous chantons liberté
_ Au fil des jours nous gardons
_ En mémoire notre histoire
_ Nous allons à la rencontre
_ De nos ressemblances
_ Accueillons nos différences
_ Respectons nos croyances
Notre fierté notre victoire
_ C’est de parler français
_ Et de vivre ensemble en paix
Ô Kébek
_ Pays de nos amours"
Quant à la musique, réalisée conjointement avec Alain Sauvageau, je crois qu’elle a le mérite de susciter un certain élan rassembleur et qu’en ce sens, elle constitue une bonne toile de fond à un éventuel hymne national québécois.
[www.hymnenationalokebek.com ->www.hymnenationalokebek.com ]
Henri Marineau
_ Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1340 articles

  • 1 168 860

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



5 commentaires

  • Marie-Hélène Morot-Sir Répondre

    17 juin 2011

    Bonjour monsieur Marineau, comme à madame Mayer, ainsi qu’à madame Moreno je me permets de rappeler à votre souvenir que déjà au mois d’aout 2010 Monsieur Gilles Bousquet avait suggéré lors d’un de ses articles intitulé “ Pour un hymne national” le chant très enlevé, très stimulant, chanté, par Richard Verreau “ Terre française d’Amérique” dont le lien ci-après.. ainsi que les paroles. .
    Tous ces chants peuvent sans doute permettre de peser le pour, le contre.. et de voir celui qui est le plus stimulant..ou celui qui peut amener le plus large consensus
    http://notreterrequebecoise.blogspo...
    E AU QUÉBEC
    Paroles : Guy Dupuis
    Musique : Oscar OʼBrien
    Interprété par le grand ténor québécois Richard Verreau (1926-2005)
    Refrain
    Terre française d’Amérique,
    Salut à toi ô ma patrie !
    De ce Québec si magnifique,
    Chantons l’amour, chantons la vie !
    Par ton courage et ta vaillance,
    Tu sus forger ta survivance !
    Fière nation fidèle à ton passé,
    Bénie soit ta postérité.
    Couplet I
    De nos aïeux acclamons la vaillance
    Qui de la France lointaine sont venus
    Fonder en ces terres de Nouvelle-France
    Notre chère patrie, Québec devenue.
    Refrain
    Terre française d’Amérique,
    Salut à toi ô ma patrie !
    De ce Québec si magnifique,
    Chantons l’amour, chantons la vie !
    Par ton courage et ta vaillance,
    Tu sus forger ta survivance !
    Fière nation fidèle à ton passé,
    Bénie soit ta postérité.
    Couplet II
    Que l’éclat de notre émouvante histoire
    De la flamme en nos cœurs soit le soutien
    À l’unisson proclamons à sa gloire
    Notre fière devise « Je me souviens ».
    Refrain
    Terre française d’Amérique,
    Salut à toi ô ma patrie !
    De ce Québec si magnifique,
    Chantons l’amour, chantons la vie !
    Par ton courage et ta vaillance,
    Tu sus forger ta survivance !
    Fière nation fidèle à ton passé,
    Bénie soit ta postérité.
    Auteur : NOTRE TERRE QUÉBÉCOISE
    Rubrique : Musique

  • Archives de Vigile Répondre

    16 juin 2011

    Il me semble qu'une hymne national doit rejoindre les éléments les plus fondamentaux d'un peuple et réfléter les assises qui ont fait son histoire. Qu'il y ai ici et là des essais tant mieux, mais il ne faudrait pas crier trop vite à l'Hymne national. A la fin des années 1970 j'avais fait mon petit exercice sur ce sujet, inspiré de la lecture d'un petit ouvrage de l'historien Marcel Trudel sur le Québec. Je ne suis pas poète, ni chanteur, mais j'avais osé ma petite version .... Je vous en transmets le texte
    QUÉBÉCOIS
    Québécois histoire d’un peuple
    Québécois conquête de liberté
    Nos ancêtres nous ont fait naître
    Sur une terre aux nobles destinées.
    De la force de tes bras,
    Du courage de ton cœur
    A surgit notre mât,
    A grandi notre honneur.
    Soumis à la conquête,
    Soumis à l’étranger
    De la peur, de la crainte
    Ont t’a fait prisonnier.
    La force de ton cœur
    Le courage de ton destin
    Ont secoué tes peurs
    T’ont remis sur le chemin.
    Chemin de la vie
    Chemin de dignité
    Chemin de l’amour
    Chemin de liberté
    Peuple de chez-nous,
    Peuple du Québec,
    Notre histoire est courte
    Il faut continuer.
    Peuple de chez-nous
    Peuple du Québec
    Notre histoire est courte
    Il faut s’engager.
    Demain sera le jour,
    Jour de notre avenir
    Avenir de notre peuple
    Peuple de toujours,
    Peuple de l’amour
    Amour de tous les peuples.
    Oscar Fortin (1978)

  • Archives de Vigile Répondre

    16 juin 2011


    J'ai eu à peu prêt la même réaction que vous au texte.
    En particulier, c'est deux lignes:
    Accueillons nos différences
    Respectons nos croyances
    Je ne sais pas ce qu'il avait en tête, mais j'y vois une promotion du multiculturalisme. Et personnellement ce concept me sort part les oreilles.

  • Archives de Vigile Répondre

    16 juin 2011

    Ce texte est excellent en ce qui me concerne, et avec les assimilateurs tout azimut y compris les colonisés collaborateurs locaux, ça en prend des textes qui définissent bien notre présence physique réelle ici dans cet espace temps. Monsieur Raoul Duguay ne se laisse pas coloniser, il a sa propre boutique de forge poétique. Merci à ce monsieur.
    Un colonisé éduqué ça méprise tout ce qui est au passé simple et antérieur y compris lui-même. Le colonisé éduqué a toujours peur d'être en retard sur tout ce qui s'exprime en dehors de lui-même . Il est tellement déphasé avec lui-même . Le colonisé éduqué se méprise lui-même, sa famille, ses voisins,sa nation, les symboles représentant sa nation qu'il considère comme des artéfacts folklorique accessoires de circonstance pour rire et prendre un coup. C'est essentiellement un être déphasé qui parasite les nations comme les moules zébrés qui se collent aux vaisseaux des nations. Les colonisés abondent dans le monde de l'information insignifiante et manipulatrice, c'est à dire presque toute l'information accessible au citoyen ordinaire.
    Qu'on ouvre l'écluse de l'information réelle ''INSTRUISEZ LE PEUPLE'' sur ''TOUTES'' ses affaires et vous verrez le soleil souverain se lever.
    Vous qui avez du talent et de la connaissance et qui désirez voir un peuple souverain qui ressent ce qu'il est; descendez-donc dans le peuple et instruisez-le. Vous n'aurez jamais accès à votre royaume souverain du Kébek si vous laissez le peuple dans l'ignorance, allez rencontrer votre peuple,allez descendez, ils vous attendent.
    Serge Jean

  • Archives de Vigile Répondre

    16 juin 2011

    Tout est relatif.
    Entre les paroles de "notre" oh canada et celles-là, lesquelles choisissez-vous?Tous les commentateurs et animateurs de radio-tv du Québec qui ont ridiculisé ce texte n'ont pas lu les paroles du "oh can" depuis longtemps si jamais ils les ont déjà lues.
    Ne trouvez-vous pas bizarre que tous nos média aient bavé sur ces paroles?
    Vous trouvez-vous en bonne compagnie?