Un aspirant des verts parle de souveraineté

78c0675530c6c73a865702547ed64b10

Des propos qui nuiront à May au Canada anglais


Le transfuge néo-démocrate Pierre Nantel qui s’est récemment joint aux verts a fait réagir mardi avec un étonnant plaidoyer pour la souveraineté du Québec.


« Séparons-nous au plus vite, a lancé M. Nantel à QUB radio, au micro de Benoît Dutrizac. S’il y avait une question référendaire au Québec, je voterais oui. »





Surpris par sa prise de position, l’animateur l’a questionné à savoir pourquoi il ne s’était pas présenté pour le Bloc québécois.


« Si je voulais m’organiser pour que le Québec puisse enfin être indépendant, j’irais faire de la politique provinciale. Là, on est en politique fédérale. Il faut défendre les enjeux concrets qui défendent le Québec ici et maintenant dans un contexte canadien », a-t-il rétorqué. 


L’ex-néo-démocrate avait songé à joindre le Bloc cet hiver. Il a finalement annoncé le mois dernier qu’il allait défendre les couleurs des verts aux élections du 21 octobre.


Pas de ligne de parti


Or, le Parti vert a semblé faire peu de cas des propos de Nantel.








Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.





« Puisque notre position sur la souveraineté du Québec n’est pas l’une des valeurs fondamentales du parti, nos candidats et nos candidates qui appuient le mouvement ne sont pas éliminés par notre processus de sélection », a-t-on indiqué par courriel.


On rappelle également que le Parti vert du Canada ne soutient pas la souveraineté du Québec, mais qu’il n’impose pas de ligne de parti à ses députés.


Le politologue de l’Université McGill Daniel Béland a estimé que les déclarations de Pierre Nantel pourraient « faire mal dans le reste du Canada » à Elizabeth May.


« Ces propos pourraient également profiter au Bloc dans cette circonscription. Ça s’annonce très intéressant comme lutte », a-t-il indiqué.