Drame de London et Loi 21

Un amalgame inapproprié

Terrorisme solitaire et imprévisibilité

F1f47896358202b9efb7d83208256cc7

Tribune libre

Une sortie enflammée du chef du deuxième groupe d’opposition à la Chambre des communes, Yves-François Blanchet, a rebondi suite aux propos du premier ministre Justin Trudeau qui est allé jusqu’à créer un amalgame tout à fait inapproprié entre le drame de London et la loi sur la laïcité de l’État du Québec.

Le lendemain, le Bloc québécois a invité le premier ministre à éviter toute forme d’amalgames, son chef Yves-François Blanchet l’ayant même exhorté à s’excuser pour sa déclaration de la veille, qu'il a qualifiée d'imbécilité. Loin de ret6irer ses propos, le premier ministre a plutôt invité les députés « à écouter et à comprendre les inquiétudes et les préoccupations des musulmans, qui maintenant admettent une anxiété de plus quand ils sortent dehors avec leur hijab [ou] quand ils vont se promener en famille ».

Cette saga s’est étendue jusque dans la presse anglophone qui a martelé que l'adoption de la loi québécoise sur la laïcité de l'État avait contribué à l'émergence d'un climat islamophobe au Canada, une loi, faut-il le rappeler, qui défend le port des signes religieux pour les personnes se trouvant en ligne d’autorité dans l’exercice de leur travail.

À mon humble avis, il n’existe aucune corrélation logique entre la tuerie de London qui a fauché la vie de toute une famille musulmane et la loi 21 sur la laïcité de l’État québécois. L’islamophobie prend ses racines bien avant l’adoption de la loi 21 et se perpétuera tant et aussi longtemps que des influenceurs, notamment les médias sociaux, persisteront à la nourrir.

Terrorisme solitaire et imprévisibilité

Le drame horrible qui a décimé quatre personnes d’une famille musulmane  à London en Ontario aurait-il pu être prévisible? Le chauffard fou qui a procédé à cette hécatombe a-t-il montré quelque signe qui aurait pu attirer les soupçons sur lui? Les autorités policières ont -ils les moyens de s’assurer qu’en telle tuerie ne se reproduira « plus jamais » comme certains le manifestaient lors de la veillée en l’honneur des personnes décédées dans une situation dramatique?

Sans me camper dans une position pessimiste, force est de constater que je ferais preuve d’angélisme si je répondais par l’affirmative à l’une de ces questions. Dans le cas qui nous concerne, l’assassin a probablement été sous l’influence des réseaux sociaux qui foisonnent de commentaires anti-islamistes jusqu’au jour il décide de passer à l’acte sans donner aucun signe préalable.

Le tueur avait certes planifié son geste ignoble tel un loup solitaire sans que personne de son entourage ne se doute de quoi que ce soit. Sa haine avait atteint des proportions fantasmagoriques si bien que rien ni personne ne pouvait l’empêcher de réaliser son crime abominable.

Notre société regorge de mouvements racistes qui ne cessent de gangréner le climat social. Les autorités policières sont débordées. De toute évidence le terrorisme est là pour rester. Au mieux, pouvons-nous démonter une solidarité envers les familles éprouvées… Elles en ont grandement besoin!


Henri Marineau, Québec


 



Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1596 articles

  • 1 132 538

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé