Dans l'oeil de Stephen Harper

Terrorisme et politique partisane

Le torchon brûle, M Couillard!

Tribune libre

Les deux attentats en l’espace de trois jours perpétrés contre des militaires canadiens ont eu l’effet d’une douche d’eau froide sur la réputation de la terre d’accueil et paisible du Canada. Toutefois, il ne faudrait pas tomber dans une panique dangereuse qui risquerait de permettre au gouvernement Harper de profiter de la fragilité du climat social pour proposer des modifications législatives à la sauvette.

D’autant plus qu’avec la tenue d’un scrutin fédéral prévu à l’automne 2015, Stephen Harper dispose de toutes les cartes pour utiliser le paravent du terrorisme pour s’approprier un capital de sympathie partisane.

À cet effet, certaines informations circulent à l’effet que les conservateurs s’apprêteraient à proposer des modifications à la loi antiterroriste. Pourtant, dans les faits, le resserrement des mesures de sécurité et de suivi auprès des individus suspects ne nécessitent aucune modification législative.

Laissons les services de sécurité et les forces policières concernés faire leur bilan de ces événements dramatiques avant d’amener le débat sur la scène politique, là où règne actuellement un climat tendu entre les conservateurs et l’opposition sur la stratégie d’intervention du gouvernement contre l’État islamique. Comme l’exprime avec sagesse Wesley Wark, professeur à l’université d’Ottawa, « Prenons notre temps. La pire façon de modifier une loi est d’agir trop rapidement. Une législation trop hâtive est une mauvaise législation ».

Le torchon brûle, M Couillard!


C’est bien connu, Philippe Couillard excelle dans les formules emphatiques pour étaler de belles promesses, une de celles-ci étant d’agir « rapidement » contre l’intégrisme religieux lors de la dernière campagne électorale. À ce sujet, le député libéral, Gilles Ouimet, en ajoutait en clamant, en relation avec le projet de charte du gouvernement Marois, que « la réelle préoccupation des Québécois [était] la menace de l’intégrisme ».

Or, six mois après l’arrivée au pouvoir du PLQ, c’est le silence complet du côté de la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, dont le dépôt sur un projet de loi sur la neutralité religieuse de l’État est toujours attendu. Pire encore, le gouvernement libéral n’a donné suite à aucun des nombreux engagements pris dans l’opposition en vue de chasser l’intégrisme religieux du Québec, dont la création d’un organisme chargé de documenter et mesurer l’ampleur de ce phénomène au Québec.

Les derniers événements qui se sont produits à Saint-Jean-sur-Richelieu et sur la colline parlementaire à Ottawa dénotent une situation d’urgence d’agir contre l’intégrisme religieux au Québec…. Il est minuit et cinq, M Couillard! Cessez d’argumenter qu’il n’existe « aucun rapprochement » entre le futur projet de loi de la ministre Vallée et l’extrémisme religieux lié aux attentats des derniers jours. Le torchon brûle, l’heure n’est plus aux discours ronflants, il est temps de passer des belles paroles aux actes…

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1351 articles

  • 1 167 972

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Henri Marineau Répondre

    28 octobre 2014

    Depuis les deux attentats des derniers jours, nombreux ont été les commentaires d’intervenants des diverses sphères concernées, policière, politique ou médicale, pour tenter d’expliquer les motifs qui ont poussé les deux meurtriers à commettre leur geste atroce.
    Or, dans les deux cas, soit le père de Martin Couture-Rouleau et la mère de Michael Zehaf-Bibeau, ont dénoncé publiquement le comportement « étrange » de leur fils, particulièrement depuis qu’ils s’étaient convertis à l’islam, une conversion qui a rapidement dégénéré en extrémisme religieux.
    Face à ce constat, une question fondamentale se pose : comment se fait-il qu’un individu puisse vivre une métamorphose aussi radicale en si peu de temps? Sans être expert en psychologie des comportements, j’y vois deux raisons. La première résultant d’une prédisposition issue d’une situation personnelle problématique, la seconde émanant de l’attrait pour l’intégrisme, perçu comme la voie vers la libération.
    Conséquemment, il m’apparaît qu’une dissociation de ces motifs potentiels est dangereuse et qu’elle conduit inévitablement à un clivage qui risque de privilégier une avenue plutôt qu’une autre au détriment d’une réalité plus complexe et plus réaliste.

  • Chrystian Lauzon Répondre

    28 octobre 2014

    Bravo M. Marineau! Tout est là, ramassé dans un français limpide. Le scénario Harper « salir et lobotomiser le Québec-électeur encore plus politiquement (est-ce possible après la réélection d’avérés mafieux libéraux?) en le victimisant plus encore » et son pendant serviteur provincieux le révérant araboémirsaoudien Couillard « appauvrir en droits civiques et services sociaux pour définitivement assimiler la nation québécoise sur le mode terreur », voilà ce qui s’annonce avec ces 2 agents secrets au service d’Obama et du Nouvel Ordre Mondial, ce NOM sans nom innommable.
    Malheureusement en politique internationale les députés péquistes ou libéraux, y compris Lisée, le surdoué, doivent retourner à l’école pour s’exprimer et trouver le courage de penser lucidement jusqu’aux babines parlantes. Depuis son mandat aux Affaires internationales sous le « régime » très amaigrissant du PQ-Marois, M. Lisée lui-même, le « spécialiste ex-chaire universitaire sur le sujet », a régressé « radicalement » sur l’expression de l’instrumentalisation néolibérale en public. Un chat, à ses yeux, est devenu n’importe quoi sauf lui-même et encore moins de la sociale-démocratie; ce revirement de fonds en vue d’assurer son carriérisme de galerie politique, sa gauche lui étant revenu par la droite : autoKnockOuté! Son ami économiste personnel, fidèle fédéraliste prisé par Ottawa a retrouvé ses amis libéraux au pouvoir après avoir œuvré en coulisses à l’intérieur du PQ et payé par lui, sous la direction de Duceppe chargé d’un étrange dossier : confirmer que la réforme fédérale de l’assurance-emploi est nuisible au Québec, chiffres à l’appui. Qui pouvait en douter… à part les ludiques libéraux! Même la supralogique Monique Jérôme-Forget avait reçu de son amie Marois, un lucratif mandat qu’elle doit poursuivre présentement sous le régime de ses amis libéraux. Aucun député péquiste n’a soulevé jusqu’à présent ces accointances douteuses, tout à fait « déplacées » il va sans dire. Surtout pas Lisée, bien sûr, qui a fait sur son blogue l’éloge à n’en plus finir de sa diva Marois lorsqu’elle a perdu son trône.
    Ajoutons à cet amalgame automutilant au sein du PQ-Marois, que la femme de l’économiste ami personnel de Lisée est présidente-directrice générale du réseau de télévision éducative Télé-Québec… et vous comprenez alors pourquoi Pauline Marois et Maka Kotto n’ont pas bougé pour mandater politiquement Télé-Québec de nous informer sur la Charte de la laïcité, option stratégique qui aurait déjoué le négativisme fédéralo-médiatique lors du débat public. Question : pensez-vous, M. Marineau, que Télé-Québec, maintenant ayant retrouvé ses amis fédéralisto-libéraux va nous éduquer sur le djihadisme (mon Dieu, lequel implorer, que ce mot est difficile autant à dire tout haut qu’à écrire!)? Et nous informer aussi sur les dangers du musulmanisme, l’illégalité juridique d’un livre comme le Coran incitant à la violence meurtrière à l’endroit tous les non-musulmans appelés « mécréants » - tout un abus de langage en cette remontée du catholicisme affirmé au Québec? Pensez-vous que le débat sur une loi de la « neutralité » de l’État sera rendu public par notre télé nationale à « mission » éducative?
    Enfin, dites-nous, M. Marineau, Richard Henry Bain, l’assassin anti-péquistes du Métropolis , tsé là celui dont aucun journaliste ne parle dans le moment (même pas Josée Legault, la très politologueuse virée-capot fédéraliste, dans son énumération de ces anti-Notre-démocratie dit-elle), c’est un terroriste ou pas? Est-il fiché par Ottawa? L’avocratie libérale provincieuse en charge de la cause présentement ne semble pas pressée de nous l’apprendre. Quand va-t-on le libérer, le « pôvre » d’esprit demande Sol déguisé en revenant, hanté d’être séparé d’un tel Gobelet? Faut dire que Mme Marois a tergiversé pas à peu près avant de savoir si c’était un gentil détraqué ou un méchant criminel tueur politisé et fanatico-religieusement autoconditionné. Elle a fini par qualifier de politique son geste, mais terroriste? Pas encore semble pas… Est-ce qu’elle prend les pousseux d’André Vincent, lorsqu’elle passe en Ferrari dans sa campagne postélectorale? Elle y mettra bientôt du pétrole d’Anticosti à défaut de seulement regarder passer celui de l’Alberta ou d’ailleurs. Penser est encore un phénomène gestationnaire (sic) chez les politiciens québécois (et leurs apprentis « stratèges »), vous ne trouvez pas? Heureusement, vous êtes là pour les éduquer… vous, qu’ils lisent sans doute avec asssciduité dans un français impeccable? Car lire exige aussi un acte de compréhension-formulation mentale, non? Douter est le premier geste de réflexion profonde, n’est-ce pas? Mais vous savez tout cela, ardent critique ex-professeur que vous êtes. Poursuivez, je vous suis… à pas d'agneau, tsé Nous, le mouton noére sacrifié et innocent du Pays fantôme.
    Chrystian Lauzon

  • François A. Lachapelle Répondre

    27 octobre 2014

    Henri Marineau demande d'une façon pressante au PM Couillard d'agir contre l'intégrisme religieux au Québec car la situation est urgente.
    La situation est urgente au Québec, non pas à cause des derniers événements qui ont coûté la vie à deux citoyens innocents en plus des agresseurs, mais surtout à cause de l'embellie de l'intégrisme religieux au Québec alimenté par les djihadistes en action au proche orient.
    L'embellie de l'intégrisme religieux n'est pas le seul fait des adeptes de l'islam. C'est tout le phénomène religieux de la société du Québec qu'il faut embrassé. Le pouvoir d'attraction des croyances religieuses existe depuis des millénaires et le Québec connaît ce phénomène. Cette attraction contient du bon et du mauvais. On ne doit pas tout liquider.
    Il y a une réflexion globale à faire sur le phénomène religieux québécois. Que fait Philippe Couillard devant cette réalité agissante, quel réflexion de sagesse historique notre PM peut-il alimenter pour le bien de tous ? Il faut mettre sur pied un Secrétariat des cultes avec une loi qui guide son action pour tracer le portrait invisible des centaines de religions et de cultes qui tous jouissent d'avantages fiscaux payés par tous les Québécois. Il y a urgence de faire la lumière sur ce côté sombre du Québec contemporain.
    Le PM Couillard est plus intéressé de se pavanner en Chine comme un petit colporteur de richesses naturelles à offrir au peuple chinois. La caricature de Garnotte aujourd'hui dans Le Devoir est d'une cruelle réalité: Philippe Couillard, la malette du plan nord à la main droite, est debout devant une colonne de blindés sur la place Tiananmen et dit au PM chinois, je cite: " Besoin de fer pour vos véhicules ? "
    Pour paraphraser une description du corps humain, le PM Philippe Couillard est en porte-à-faux offrant une détérioration de son ossature réduite à un squelette de commis voyageur. Exit toute vision humaniste, il ne faut parler des droits humains qui sont bafoués en Chine. Philippe Couillard réduit l'homme à sa matière, le côté économique.
    La vision humaine, solidaire, d'entr'aide et fraternelle est absente de cet aristocrate décharné. C'est une erreur d'avoir voté pour ce personnage "insignifiant".