Rizqy reporte sa décision de briguer ou pas la chefferie du PLQ

3641ca7d26ce962d4eb5b87fbc8f8bcf

Rizqy veut rassembler les forces « progressistes » : elle s'est trompée de parti, le PLQ est une entreprise à la solde des Desmarais


L’aspirante potentielle à la chefferie libérale Marwah Rizqy reporte sa décision à plus tard, laissant Dominique Anglade seule sur les rangs pour le lancement officiel de la course, prévu le 23 novembre.


La députée de Saint-Laurent, que plusieurs voient comme sa principale rivale, est toujours en réflexion.


La partielle d’abord


« (Ma décision) sera annoncée après l’élection partielle de Jean-Talon », a-t-elle confié à notre Bureau parlementaire. Marwah Rizqy dit vouloir prendre une « décision très réfléchie ».


« Mon groupe de réflexion s’agrandit et nous serons assurément impliqués au renouveau du PLQ, insiste-t-elle. Je souhaite m’investir à long terme au sein du PLQ et contribuer à en faire à nouveau le mouvement qui rassemble les forces progressistes de toutes les régions du Québec. »


La course au leadership sera déterminante pour l’avenir du parti, renchérit la fiscaliste.


Selon elle, le PLQ doit se concentrer pour le moment sur la partielle déclenchée en début de semaine par le gouvernement Legault.


La CAQ mise gros sur la circonscription de Jean-Talon, un château fort libéral et seul comté rouge à l’est de Montréal.


Réflexion de Barrette


Cette nouvelle valse-hésitation de Marwah Rizqy à se lancer dans la course contribue à renforcer le scénario d’un couronnement, que plusieurs libéraux redoutent.


Gaétan Barrette doit également dévoiler prochainement le fruit de sa réflexion sur la chefferie libérale.


L’ex-ministre de la Santé avait promis d’annoncer ses intentions d’ici le congrès annuel du PLQ de novembre, qui servira de rampe de lancement à la course au leadership.


Le député de La Pinière a déjà prévenu qu’il ne se lancera dans l’aventure que s’il a de réelles chances de l’emporter.


Dans les derniers mois, l’establishment libéral a tenté de convaincre des gens de l’extérieur du parti de se porter candidats, sans succès.


Ce fut le cas notamment de l’homme d’affaires gaspésien Alexandre Boulay et du président de l’UMQ, Alexandre Cusson.


Le prochain chef libéral sera élu en mai 2020.








Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.