Réflexions sur la renaissance du nationalisme

0c70707c62a5e145e9e0d15ae029dd58

La nation contre l'impérialisme : la remise en question du modèle familial fait renaître le nationalisme

Cet essai avait débuté comme une critique du livre  » La Vertu du Nationalisme  » écrit par Yoram Hazony, politologue et président du Herzl-Institut de Jérusalem. Pourtant, le texte s’est développé en autre chose qu’une simple critique parce que le récit de Hazony est si pénétrant que je n’ai pas pu m’empêcher de m’étendre sur certains des thèmes les plus virulents. Il ne fait aucun doute que beaucoup d’esprits conservateurs attendaient ce livre. Il va droit au cœur des questions difficiles sur la religion et la famille, toujours très controversées dans la société civile libérale. Hazony comme Herzl est un sioniste engagé, mais pas de l’ancienne conviction libérale, de la nouvelle persuasion religieuse. En tant qu’Israélien, il parcourt des territoires vierges, rarement évoqués par les Lumières européennes, à savoir l’unique monde des clans et des tribus orientales – parfaitement étranger à l’imagination libérale occidentale, tout en essayant d’attirer ceux qui ont des affinités avec le Moyen-Orient.


Un livre sur les vertus du nationalisme aurait à peine pu être plus opportun. Il sera certainement lu avec enthousiasme par de nombreux Européens de l’Est qui sont constamment fustigés par les médias occidentaux pour leur adhésion post-communiste au nationalisme, à la famille et à la religion – une précieuse marque d’identité dont ils ont été privés pendant la majeure partie du siècle dernier. Mais pendant ce temps, en Occident aussi, le nationalisme est de retour et veut sa vengeance. La nouvelle quête d’indépendance de la Catalogne, les rumeurs sur l’unification irlandaise, le Brexit lui-même et le America first de Trump ne sont que les exemples les plus connus. A cela s’ajoute un gouvernement italien particulariste, hostile à l’Empire germanophile européen et cherchant plutôt l’inspiration du président Poutine. Le président russe lui-même vient, pour son quatrième mandat, de décider d’un budget d’État avec une saveur nationaliste qui transforme littéralement les épées en charrues : il a réduit le budget de la défense de 20 % et tient à réorienter les nouveaux fonds vers l’infrastructure nationale. Grâce à cela Vladimir Poutine vient de reprendre la tête du groupe de nationalistes hérétiques désireux de contester le mondialisme libéral au nom de l’autodétermination politique.


C’est assez proche de ce que le livre de Hazony divulgue. Il s’agit d’une rare déclaration israélienne sur la prise de risque dans une culture politique expérimentale. En tant que nation, Israël est encore « en devenir » parce qu’après 70 ans, son droit d’exister est encore régulièrement remis en question. Révélation personnelle : J’ai eu le plaisir de vivre à Jérusalem en 2011 et j’ai fait la connaissance de la famille de Hazony. Lui et son épouse Yael, sont tous deux érudits et élèvent dix enfants en même temps. Il ne fait guère de doute que le livre de Hazony va à l’encontre du consensus libéral à bien des égards. Cela le rend extrêmement intéressant et inspirant pour les conservateurs et en fait un parfait antidote au passe-temps favori de Trump, la critique.


 » Maintenant, du côté conservateur, nous avons le  » tournant particulariste  » ou le retour au catholicisme, aussi connu sous le nom d' » option bénédictine « , propagée pour un certain temps par Rod Dreher dans l’Amérique conservatrice. Pourtant, très peu de conservateurs, je pense à Roger Scruton, ont osé jusqu’à présent, comme Hazony, ajouter le nationalisme au mélange de la famille et de la religion. Hazony souligne à juste titre la principale leçon de la Seconde Guerre Mondiale, qui semble presque oubliée : « Ce sont les nationalismes britannique, américain et russe qui ont vaincu le projet de l’Allemagne pour un empire universel. »  D’habitude, nous entendons exactement le contraire : c’est le nationalisme allemand qui a déclenché la Seconde Guerre Mondiale. Le but de Hazony est de nous convaincre que le nationalisme n’était pas le problème, mais plutôt la solution au chauvinisme impérial du XXe siècle. Hazony décrit deux camps rivaux au sein de l’impérialisme libéral : 1) les universalistes pragmatiques ou utilitaristes du libre-échange ou  » économistes libéraux « , résidant à Washington qui est le centre du pouvoir militaire et politique, 2) les universalistes idéologiques et rationalistes ou  » politico-libéraux « , qui exigent un gouvernement mondial pacifique protégé par des institutions internationales comme l’ONU et l’UE. Selon Hazony, les deux sont des impérialistes libéraux. « 


Cependant, il faut rappeler à tous le diagnostic de Max Weber selon lequel le libéralisme économique universaliste anglo-saxon est né du protestantisme séculier et non du catholicisme. Cela soulève la question de savoir pourquoi Luther et Calvin avaient une mission et étaient obsédés par le prosélytisme, s’ils étaient poussés par le nationalisme ? D’une certaine manière, les protestants ont continué sur la voie du catholicisme centrifuge mondial – les éloignant en fin de compte de la tendance centripète de la famille. Hazony souligne un point intéressant : l’UE a été conçue par Conrad Adenauer après la Seconde Guerre Mondiale pour empêcher l’Allemagne de redevenir assez puissante pour dominer le reste de l’Europe – ce qui est pourtant exactement ce qui s’est produit au cours des dernières décennies. Mais vous ne trouveriez que rarement un article sur ce paradoxe dans les journaux occidentaux d’aujourd’hui. Hazony a raison de prétendre que Luther et le protestantisme ont fait naître le nationalisme en Allemagne et en Scandinavie, mais le catholicisme a fait la même chose en France et dans les pays latins du Sud. Néanmoins, les terres protestantes ont payé un prix élevé pour l’autodétermination nationale sous la forme d’un individualisme désordonné, dont l’attraction centripète a fini par ruiner la famille et la religion.


Luther a rompu son serment monastique et a changé sa loyauté et sa conscience envers l’État, d’où l’apparition de  » cuius regio eius religio  » (« à chaque religion sa religion ») après la guerre de 30 ans. Les protestants ont libéré la conscience de l’acte et du rituel  » véritables « , déjà corrompue par les  » complaisances  » catholiques. L’Acte est proche de la coutume ou « minhag » juive : la manière de faire les choses qui ne nécessite pas beaucoup de réflexion une fois qu’elle a été personnalisée. Hazony s’appuie en grande partie sur le pouvoir des familles, qui dépend « dans une très large mesure de cet héritage culturel que les générations plus âgées lèguent aux plus jeunes et de la mesure dans laquelle cet héritage est transmis avec succès ». Il nous donne aussi une définition de la loyauté et de la cohérence en affirmant que les hauts et les bas de la famille, de la communauté et de la nation sont vécus par ses membres comme si cela leur arrivait personnellement parce que tout cela fait partie du « moi étendu » – par opposition à l’individualisme libéral étroit d’esprit.


D’une certaine manière, le nationalisme dépend des substituts à l’autonomie individuelle, comme l’autodétermination collective, qui comporte le risque de libérer les rancoeurs et le chauvinisme, souligne avec justesse Hazony. Cela signifiait aussi pour les gens qui ne pouvaient ou ne voulaient pas quitter le territoire de leurs ancêtres que la religion dominante leur serait imposée. Cela portait atteinte à la conscience individuelle et était considéré comme une oppression, car il s’agissait de céder la liberté religieuse et la conscience individuelle aux pouvoirs en place. Cette malformation de naissance du nationalisme protestant est toujours présente en Occident. Elle oblige les coiffeurs et les boulangers à agir contre leur identité religieuse – une conséquence involontaire du  » virage spatial  » qui sépare le protestantisme du judaïsme.


L’horrible intolérance protestante a été oubliée pendant la Renaissance et de nouveau à la suite de son « tournant culturel » dans la seconde moitié du XIXe siècle, lorsque la guerre contre les catholiques est devenue tyrannique. Lord Acton a minutieusement décrit les atrocités commises par les protestants depuis la Réforme, affirmant qu’ils ont été beaucoup plus intolérants que les catholiques, en particulier en Allemagne et en Angleterre, que dans le Nouveau Monde. Contrairement à cela Hazony fait souvent référence à la « construction Protestante » comme ce que nous pouvons espérer de mieux : « l’indépendance nationale et le minimum moral biblique pour un gouvernement légitime. »  Nous pouvons certainement convenir avec Hazony qu’un État-nation est mieux qu’un ordre de gouvernement impérial, sans parler de l’ordre politique tribal avec des conflits internes sans fin. Un tout autre problème est le déclin moral actuel qui est le plus marqué dans les pays protestants. Il ne fait aucun doute que Hazony est bien conscient que la famille est importante, la traitant comme le paradigme de toutes les autres collectivités humaines, auxquelles les individus sont redevables. Celles-ci peuvent être mesurées plus efficacement en utilisant la famille comme modèle, soutient Hazony, sur des critères tels que l’épanouissement physique, l’intégrité intérieure et l’héritage culturel.


« Il considère tout de même que la loyauté individuelle envers la famille équivaut à celle envers la nation, ce qui est certainement une question de divergence dans les sociétés occidentales avancées. Israël, où vit Hazony, est à cet égard l’exception plutôt que la règle. En ce qui concerne les particularités nationales, observe Hazony, aucune idéologie universelle « n’a réussi à éliminer ce désir intense de protéger et de renforcer la collectivité… ni même à la diminuer, ni le christianisme ou l’islam, ni le libéralisme ou le marxisme ». A l’intérieur des forteresses des familles, des clans et des tribus, ce sont « des collectivités de confiance et des foyers d’expérimentation, de développement et d’innovation », qui « ne rayonneront au-delà des frontières qu’après avoir été explorés à l’intérieur des murs ». Je considère sa défense de la tradition et d’un particularisme équilibré comme l’une des meilleures parties de son livre. »


A son grand mérite, Hazony rejette le mythe de Rousseau sur « l’état de nature » soit que l’état moderne est né d’un « contrat original » signé par tous ses citoyens. Cette fiction moderne est sûrement destinée à occulter la famille comme fondement de toute société. Car Hazony nous dit que toutes les civilisations ont commencé avec les familles, les clans et les tribus. L’État repose sur le « rassemblement fondateur des chefs de tribus », de sorte que les théories fondatrices antérieures de Hobbes et Locke tombent à l’eau. Qui a déjà cru qu’on aurait demandé personnellement à chaque personne de donner son consentement ? L’histoire de la création d’États fondés sur des liens de longue date de confiance mutuelle et de loyauté entre les membres d’une famille ou d’un clan est beaucoup plus plausible.


Les contrats sont presque exclusivement signés par la famille et l’entreprise et reposent sur un consentement, comme dans le cadre du mariage. Hazony poursuit en avançant un argument réaliste et assez peu reconnu : les enfants doivent acquérir une certaine maturité, c’est-à-dire entre 25 et 35 ans au moins, afin de comprendre ce que les parents veulent qu’ils intègrent et qu’ils préservent pour la génération suivante. Il plaide donc en faveur d’un soutien et d’un conseil parental bien au-delà de l’âge de l’adolescence. Dans le judaïsme, les parents doivent permettre à leur progéniture de restituer le même héritage que la génération précédente. Car s’il est utilisé avec prudence, il les aide à atteindre leurs objectifs en leur épargnant certaines des erreurs tragiques qui nous retardent habituellement pendant des années.


« Ce qui nous ramène aux vertus et aux vices nationaux. La Germanosphère exceptionnellement laïque grâce aux nazis, a non seulement conduit la révolution sexuelle qui a détruit la famille et la religion, mais a également rejeté l’État-nation comme personne d’autre en se tournant vers une superpuissance européenne après la Seconde Guerre Mondiale. Hazony relève une continuité ici : « La cause de la Première Guerre Mondiale était, en d’autres termes, la détermination de l’Allemagne à relancer l’impérialisme sur le continent, mettant ainsi fin à jamais à l’Ordre européen des États nationaux – et la même détermination de la Grande-Bretagne à empêcher cela ». La crise serbe de 1914, selon la célèbre thèse de l’historien allemand Fritz Fisher dans les années 1960, n’était qu’une occasion d’unir les slaves sous la domination impériale allemande sur le continent. Aujourd’hui, après soixante-dix ans de lutte libérale contre le nationalisme, les aspirations mondiales de l’Allemagne ont de nouveau abouti. »


Les dynamiques opposées ont englouti Israël, l’Europe de l’Est et dernièrement l’Anglosphère. Une renaissance religieuse avec des familles florissantes, en vue de revigorer les communautés locales, de favoriser l’intégrité intérieure des États nationaux ainsi que leur patrimoine culturel. Tout cela attire l’attention sur la prospérité matérielle et crée une résistance aux guerres mondiales en fragilisant les aspirations universalistes en politique. Ceci explique la malheureuse coalition entre l’électorat évangélique du président américain Trump, vivant principalement dans les Grandes Plaines avec la majorité nationaliste d’Israël. Hazony décrit comme un épisode exceptionnel l’impérialisme américain de Teddy Roosevelt et Woodrow Wilson de la fin du XIXe siècle, qui a vu la conquête de nombreux territoires étrangers (Philippines, Cuba, Hawaï, Porto Rico, etc.), mais qui n’a pas duré plus longtemps que Pearl Harbour en 1941. En Europe, chaque puissance protestante, tout comme les Habsbourg catholiques et la France, avait son propre empire colonial, certains ayant duré jusqu’au XIXe siècle. Seuls le Japon, l’Allemagne et l’Italie sont arrivés plus tard au 20e siècle.


Hazony poursuit en affirmant que l’autodétermination collective rendue possible par l’État national offre plus de ressources et de liberté aux membres des tribus et des clans tout en conservant leur loyauté. En revanche, les ordres impériaux repoussent l’impulsion centrifuge trop loin et transcendent l’individu vers un individualisme désordonné, déterminé à abandonner sa loyauté à la famille, au clan, à la tribu et à la religion. C’est ce que nous voyons aujourd’hui avec la révolution du genre universaliste mondiale et ses ONG militantes toutes un peu protestantes. Les ONG sont des agences centrifuges et artificielles à caractère impérial, sans loyauté au-delà d’alliances individuelles transitoires. Le meilleur exemple est la Campagne de Boycott d’Israël (BDS) basée sur l’intersectionnalité et progressivement absorbée par l’antisémitisme.


La différence entre libéraux et conservateurs, selon Hazony, est méthodique : le rationalisme libéral contre l’empirisme conservateur. Hazony compile une liste impressionnante de penseurs en faveur du nationalisme tels que Michael Oakeshott, Thomas Sewell, Gertrude Himmelfarb, Yuval Lewin, Joao Carlos Espada et Anthony Quinton. Les partisans d’un ordre international d’États concurrents incluent David Hume, Adam Ferguson, William McDougal, Anthony D. Smith et Pierre Manent. Beaucoup sont aujourd’hui convaincus que la  » loi naturelle  » a laissé tomber les problèmes des entités impériales telles que l’Union Européenne. Les revendications des dirigeants européens sur le « transnationalisme progressif » ne sont qu’une façade et ne changent rien. Hazony démantèle également le mythe de l' »État neutre » et voit ceux qui sont principalement tournés vers un ordre impérial, ce qui signifie être gouverné par d’autres et freiner l’autodétermination des nations libres.


Hazony favorise certainement l’établissement d’un ordre raisonnable d’États nationaux qui, historiquement, ont émergé après la paix de Westphalie en 1648 et ont été adoptés par John S. Mill. Cela a été dénoncé plus tard dans le célèbre croquis de Kant de 1795 sur  » Paix Perpétuelle « . Ce n’est que lorsque l’agressif Empire nazi a été qualifié d' »Etat national » par les libéraux que le vent s’est retourné contre lui. L’un des arguments les plus fascinants de Hazony renvoie au paradoxe instrumental qui a conduit les libéraux occidentaux à embrasser l’empire après avoir pris Hitler pour un nationaliste, un homme attaché à la renaissance du Saint Empire romain. Il est également indéniable que le régime  » millénaire  » d’Hitler avait été voté par une majorité protestante, les catholiques allemands s’abstenant de voter, résistant et à leur tour persécutés. Mais on entend rarement parler de ces martyrs catholiques car l’industrie libérale nous présente sans cesse la fausse histoire de la victimologie protestante. Une partie du rejet nationaliste actuel du super-État européen vient du fait qu’il ne fait que poursuivre la suppression nazie des plus petites nations européennes. Se pourrait-il que trop d’Européens ne puissent s’affranchir du rêve de grandeur européenne qui s’est poursuivi juste après la chute du Troisième Reich et qui persiste avec la domination allemande clandestine sur l’Europe ? Ce n’est que dans ce contexte que l’euphémisme de Habermas d’une Europe post-nationale s’est avéré être un peu plus qu’un autre truc libéral vaniteux – un argument admirablement présenté par Hazony. Pourtant, il reste muet sur le  » transgenrisme progressif « , même si ce n’est que l’autre côté de la médaille du  » transnationalisme progressif  » de l’UE, car les deux abandonnent la souveraineté, qu’elle soit nationale ou personnelle. Cet engouement pour le libéralisme centrifuge supprime les inhibitions importantes qui servaient autrefois au contrôle instinctif civilisé.


« C’est la véritable  » arche de l’histoire  » – l’exact contraire du rêve de l’ancien président Obama – que Hazony a rectifié notamment en démantelant le mythe selon lequel l’Union Européenne représente la meilleure réponse à Auschwitz ou que le concept d’empire libéral est la meilleure assurance contre le retour du fascisme. C’est devenu la raison d’être des libéraux-protestants occidentaux. Avec un point de vue contraire sur la leçon d’Auschwitz, Hazony offre une bonne explication à l’hostilité croissante des Européens à l’égard d’Israël. Il parle au nom de nombreux conservateurs qui sont contrariés par la situation indescriptible de la péréquation entre Israël et l’État nazi en ce qui concerne sa défense contre les actes terroristes palestiniens. »


Le nationalisme comme échappatoire au sexisme et au Parti Conservateur 


Le harcèlement des dissidents par le Parti Conservateur est devenu si tyrannique que toute résistance antimondialiste par défaut alimente l’appel national en pleine expansion. Cette question pourrait être mieux analysée avec les récentes élections italiennes, lorsqu’une rare coalition nationale entre l’extrême droite et l’extrême gauche a été formée. La renaissance du nationalisme est intrinsèquement liée au rejet de la « pornographie » irresponsable comme credo du libéralisme occidental. Il est devenu presque impossible en Occident de s’opposer au mariage homosexuel et à l’effondrement des relations familiales et sexuelles qui en résulte. À l’Est, c’est dans les guerres en Géorgie et en Ukraine que cela s’est manifesté de la façon la plus dramatique. Mais dans une moindre mesure, cela conduit également à la distanciation récente entre les nouveaux membres de l’Europe de l’Est et l’élite pro-gay de l’UE.


Hazony a choisi de ne pas mentionner les thèmes qui ont déclenché la majeure partie du renouveau nationaliste en Europe. Personne ne peut encore mesurer exactement le degré de résistance à la révolution du genre dans ces agitations nationalistes occidentales.  » Populisme  » n’est d’ailleurs qu’un mot libéral méprisant utilisé pour le réveil moral qui perturbe l’Occident. Quiconque a vécu ou voyagé près des frontières orientales de l’Europe, comme je l’ai fait, ne peut manquer l’indignation et le mépris envers l’Europe occidentale pour avoir renoncé au mariage et à la famille chrétienne.


Hazony, en tant qu’Israélien, est naturellement consterné par l’identification d’Israël à Auschwitz, mais on peut lui pardonner d’avoir manqué la logique perverse qui sous-tend cette morale équivoque. Si nous voulons comprendre cette pornographie politique, nous devons regarder à travers les lunettes roses de la diversité sexuelle où l’amour est remplacé par des relations de pouvoir. Tout comme le christianisme, dans le passé, prétendait avoir réussi à faire échouer le judaïsme après la destruction du Second Temple, la théologie du genre revendique aujourd’hui, en ce qui concerne Auschwitz, de succéder aux juifs, en les remplaçant au sommet de la pyramide des victimes avec les gays comme la dernière incarnation de la « passio Christi ». Cependant, la vérité est que les homosexuels ne sont devenus des victimes qu’après avoir été eux-mêmes coupables de ces actes dans l’Allemagne nazie de 1930. Après avoir rendu Hitler gay éligible, ils ont contesté son emprise sur le pouvoir dans le putsch de Röhm. Le fait qu’aujourd’hui l’État d’Israël ait été mis sur un pied d’égalité avec les nazis est dû à un jeu de blâme irresponsable par les combattants du genre qui sont utiles pour revigorer ce qui reste de la marque conservatrice occidentale. Et cela a plutôt bien fonctionné au cours des deux dernières décennies en détruisant les gouvernements ouvriers partout et en les remplaçant par des « conservateurs ». L’un des penseurs stratégiques était Dick Cheney après qu’il ait assumé sa fille lesbienne. Seul le président Trump a osé diverger et a mis fin à cette situation.


La coalition arc-en-ciel fournit la légitimité ultime du mouvement de Boycott d’Israël (BDS) en relativisant le judaïsme avec une ambiguïté morale, en disant « Nous ne pardonnerons jamais les Juifs pour Auschwitz ». Dans cette logique, Auschwitz peut se produire partout après avoir été réduit à un véhicule de mauvaise rétribution rhétorique. L’autre côté de la médaille est la politique identitaire « intersectionnelle » qui en est venue à exclure la section même des victimes auxquelles l’idée a été empruntée en premier lieu. Ce programme est promu par les puissantes campagnes des « droits de l’homme » universels, qui entre-temps ont également été détournés par le sexisme, comme on peut le constater en nommant le plus grand groupe de défense des droits des homosexuels, appelé « Campagne des droits de l’homme ».


« Les droits des homosexuels sont devenus synonymes de « droits de l’homme », ce qui suggère que la « similitude » est désormais la nouvelle norme en matière d’égalité politique. De la même manière, Hazony ne laisse au lecteur aucun doute sur le fait que la haine et l’intolérance émanent d’une égalitarisation sans limites ou d’une  » taille unique  » – la politique de l’identité. Car la conscience individuelle et le personnalisme sont éclipsés par le groupisme et le genre. Cela crée le nouveau ressentiment mondial plutôt que d’être porté par des nationalistes en particulier qui ne survivent que grâce à une bonne dose de langage, de coutumes, de culture et de géographie distinctes. Un bon exemple est le particularisme chrétien de la persuasion orthodoxe. »


Hazony souligne également la continuité entre l’antisémitisme chrétien et l’antisionisme libéral. Il ne fait aucun doute que le plan directeur de l’individualisme égalisateur mondial était présent dans l’universalisme philosophique paulinien. C’est toujours le défi du martyre gay vers le judaïsme, une rivalité pour conférer « le salut et la paix » au reste de l’humanité. Hazony soutient que Kant a simplement recadré ce canon salvateur avec ses universels des Lumières. La distanciation de Kant pouvait cependant s’appuyer sur l’interdiction explicite de Luther de l' »acte de charité » particulariste. C’est ainsi qu’il inventa le mythe libéral et facile à vivre de la paix comme  » déjeuner gratuit  » ou obtenir quelque chose pour rien. Qui aurait pu deviner que seulement deux décennies après l’effondrement de l’Empire soviétique, un nombre croissant de nations fraîchement renaissantes, notamment à l’Est, auraient recours au renforcement de leur identité nationale et de leurs frontières ? Eh bien, cela arrive simplement pour se protéger des deux poids lourds jumeaux occidentaux de la libération sexuelle et des politiques d’immigration libérale. Car, comme ils l’ont découvert récemment, la résilience des nations repose sur le pouvoir centripète du particularisme composé de la famille, de la religion et de la nation. Il reste le bien le plus précieux qui, à lui seul, a assuré la survie des juifs pendant plus de cinq millénaires. Pourtant, elle dépend de particularités opposées aux universels centrifuges tels que l’individualisme et la liberté sexuelle qui poursuivent la trajectoire de la fuite chrétienne des particularités – un résultat véritablement dystopique du proxisme du Christ. En fin de compte, les chrétiens découvrent que le diable continue de résider non pas dans « l’autre lointain » mais dans leur propre cœur, le « détail » extrêmement centripète des relations sexuelles. De même, les libéraux idéalistes, véritables successeurs des chrétiens, croyaient que les dieux pluralistes étaient les incarnations naturelles des universaux, tandis que le diable se trouvait dans les petits détails. En revanche, les Juifs, comme l’a découvert Aby Warburg, étant réalistes et maîtres de l’affrontement de soi, connaissaient mieux et installèrent leur Dieu personnel dans le détail particulariste autant que dans l’éternité.


article originel: Reflections on the Renaissance of Nationalism


traduit par Pascal, revu par Martha pour Réseau International


Squared

James Hansen2 articles

  • 281

James Hansen, directeur de l’Institut Goddard de la NASA, consacré aux études sur l’espace