Sur la scène politique provinciale

Pierre Fitzgibbon, le ministre caméléon

La Capitale-Nationale sous haute surveillance

Tribune libre

 




Décidément, le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, semble avoir une propension pour s’attirer les allégations de conflits d’intérêt dans le cadre de ses fonctions la dernière en liste concernant les récentes révélations entourant sa participation dans un fonds basé dans un paradis fiscal, une tuile qui s’ajoute aux trois enquêtes antérieures de la commissaire à l’éthique le visant dans des affaires compromettantes.

Or, le principal intéressé dénonce « l’acharnement » dont les médias ont fait preuve dans la récente controverse. En point de presse, il a déclaré qu’il y avait « zéro conflit d’intérêts » tout en ajoutant timidement qu’il y aurait « apparence, peut-être », de conflit d’intérêts, et qu’il quitterait la politique dans l’hypothèse oèu le gouvernement pense que ce serait la meilleure alternative.

De son côté. François Legault répète que son ministre représente « un atout » pour son gouvernement, balayant du revers de la main les critiques le présentant comme un boulet au sein de son équipe.

Un vieux proverbe dit qu’ « il n’y a pas de fumée sans feu ». Dans le cas de M. Fitzgibbon, on peut tout au moins observer que les bouffées de fumée gravitent souvent autour de sa personne… En attendant, je suis ‘avis que le ministre de l’économie n’a jamais fait véritablement le saut dans la vie politiques oèu la prudence fait office de pierre angulaire. En réalité, il est demeuré un homme d’affaires gérant le ministère de l’Économie tel une entreprise privée

https://www.msn.com/fr-ca/actualites/quebec-canada/encore-dans-l-embarras-en-mati%c3%a8re-d-%c3%a9thique-fitzgibbon-dit-%c3%aatre-victime-d-acharnement-m%c3%a9diatique/ar-BB1fanug?ocid=msedgdhp

La Capitale-Nationale sous haute surveillance

Comme des milliers d’autres résidants de la Capitale-Nationale, je n’ai pas d’autre choix que de me rendre à l’évidence : le nombre de cas testés positifs lors des derniers jours a grimpé de façon exponentielle, un phénomène lié notamment à la rapidité de propagation des variants. 

Comme le disait le maire de Québec, Régis Labeaume, « on l’a carrément échappé… » Aux dires du coloré maire, une minorité de groupes de citoyens ont fait preuve d’une « irresponsabilité » inacceptable en faisant fi des règles sanitaires élémentaires, favorisant de la sorte des foyers d’éclosions dévastateurs eu égard à la contamination communautaire.  

Depuis le début de cette pandémie, la majorité de citoyens s’efforcent de suivre les consignes de la Santé publique et se retrouvent pris en otages par une minorité de délinquants, notamment lors de la tenue de rassemblements festifs pourtant prohibés

Enfin, je suis convaincu que nous pouvons contenir la propagation du virus, en espérant que la vaccination dans la population générale s’accélère, pour autant que chaque Québécois soit solidaire en respectant les consignes à la lettre. « L’alarme a sonné », lance le premier ministre, la balle est dorénavant entre les mains des citoyens de la Capitale-Nationale.


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1573 articles

  • 1 119 641

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé