Parti libéral du Québec

Pierre Arcand doit démissionner

Prime aux voyageurs délinquants

0dfe34b32f979ead193d3d7263b6e9e2

Tribune libre

Dans la foulée de la démission du ministre des Finances de l’Ontario, Rod Phillips, Pierre Arcand doit présenter sa démission au chef du Parti libérale du Québec (PLQ), Dominique Anglade, pour son escapade à la Barbade en dépit des nombreux appels de la Santé publique à l’effet de ne pas quitter le Québec. Toutefois, si le député de Mont-Royal-Outremont persiste à vouloir conserver son comté, Mme Anglade n’aura d’autre choix, à mon avis, de lui indiquer la porte de sortie.




Une situation pour le moins inconfortable pour Dominique Anglade compte tenu de la prestance d’un ancien ministre sénior qui a assumé de surplus pendant un certain temps le poste de chef intérimaire du PLQ.




Par ailleurs, Mme Anglade bénéficie par les temps qui courent d’une crédibilité fortement à la hausse, et toute attitude interprétée par les médias et les militants comme un laxisme inacceptable pourrait contribuer à aviver le constat qu’elle n’a peut-être pas l’étoffe d’un chef.




En résumé, la marge de manœuvre de Dominique Anglade est très mince… Pierre Arcand n’a tout simplement plus sa place au sein du caucus du PLQ… Il doit partir illico!

https://www.journaldequebec.com/2020/12/31/dehors-m-arcand




Prime aux voyageurs délinquants

Pendant que plusieurs Québécois jouaient au Monopoly dans leur bulle familiale durant le temps des Fêtes pour passer le temps en confinement, on apprenait que les délinquants qui se sont évadés en direction soleil illégalement se verraient remettre 1 000 $ à leur retour au pays pour compenser le salaire perdu pendant qu’ils devraient se soumettre à leur quarantaine.




Et toute cette générosité grâce aux largesses du programme fédéral de la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCMRE), une «aide financière aux salariés et aux travailleurs indépendants qui sont incapables de travailler parce qu’ils sont malades, qu’ils doivent s’isoler en raison de la COVID-19 ou qu’ils ont un problème de santé sous-jacent qui les met plus à risque de contracter la COVID-19».




Et pourtant, nonobstant le fait que l’attachée de presse de Carla Qualtrough, ministre fédérale de l’Emploi, a confirmé que la PCMRE pouvait s’appliquer aux voyageurs qui rentrent au pays, il m’apparaît absurde que les voyageurs qui, consciemment, connaissaient les conditions attachées à une telle escapade, notamment la quarantaine, puissent avoir accès à ce programme… C’est une simple question de solidarité et de justice envers les millions de Québécois qui se sont astreints au confinement!




Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1568 articles

  • 1 114 786

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé