Oui, il y a urgence climatique (2)!

Fece95520867bbd6266088c32a9bfe01

L'écoanxiété est une folie imposée à nos enfants par des idéologues fous



Les théoriciens de l’écocatastrophisme avaient prédit que les changements climatiques occasionneraient l’émergence de nouvelles maladies. Force est d’admettre qu’ils avaient raison !




À coups de matraquage politico-médiatique et de culpabilisation écologique, le lavage de cerveaux a magnifiquement opéré. L’écoanxiété, un trouble jadis inconnu, est maintenant médicalement reconnue et quasi épidémique, surtout chez les jeunes.




Agitation, stress, insomnie, mal de vivre, sentiment de détresse existentielle, les manifestations sont nombreuses. Après le développement durable, place aux troubles psychologiques durables !




Cannibalisme




Chez certains, la surenchère de catastrophisme provoque une inquiétante radicalisation des idées. En l’occurrence, Washington a récemment autorisé la fabrication de compost humain pour réduire les défunts en vulgaire engrais. En septembre, lors d’un sommet sur l’alimentation, un professeur suédois, Magnus Söderlund, a proposé d’institutionnaliser le cannibalisme pour endiguer le réchauffement climatique. Rien de moins !




Ces délires n’ont aucun avenir, me direz-vous ? Espérons-le ! Mais n’est-ce pas ce qu’on disait également lorsque des radicaux du climat proposaient que l’on arrête d’avoir des enfants au nom de Gaïa ? Pourtant, leurs élucubrations sont devenues un mouvement international !




Les émotions, et surtout les peurs envahissantes, sont mauvaises conseillères. Et comme l’écoterrorisme ne souffre aucune limite­­, il entraîne la société dans un relativisme moral destructeur, viole les plus grands tabous­­­, promeut l’inversion des valeurs universelles et distille une culture mortifère.




Réplique




Les discours alarmistes et l’extrémisme écologique monopolisent toutes les tribunes. Les discours modérés et optimistes devraient avoir le droit de répliquer.




Primo, parce que la vérité émerge de la confrontation des idées;




Secundo, parce qu’il devient urgent de protéger la santé mentale des populations.




Tertio, parce qu’il faut empêcher les écoradicaux de saccager les fondements moraux de notre société, voire de l’humanité.




Finalement, parce que rien de bénéfique ne peut émaner de la panique et du chaos intellectuel.




Pour « sauver la planète », il faut d’abord être sain d’esprit !