"Men at work" au CHUM

Tribune libre

Les exemples de laxisme de la part de l’Office québécois de la langue française [OQLF] concernant l’application du français en milieu de travail ne manquent jamais d’attirer ma colère. Le dernier exemple touche les travailleurs oeuvrant à la construction du nouveau CHUM qui dénoncent, via les syndicats et les entrepreneurs, le fait que l’anglais demeure la principale langue de travail sur le chantier de construction et cela, malgré que l’OQLF soit informé du dossier depuis 2012.

Il y a quelque chose de méprisable et de révoltant dans le fait que toutes les communications entre le consortium Constructions Santé Montréal [CSM], dont les principaux investisseurs sont des étrangers, et les employés sont effectuées en anglais seulement. Une attitude cavalière qui n’est pas sans laisser ses traces sur des erreurs de construction, voire même sur la sécurité des travailleurs.

Et, pendant ce temps, la ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, Hélène David, promet d’« évaluer la situation » avec son collègue de la Santé, Gaétan Barrette. Trois ans après les premières plaintes, « on va dresser un état de la situation pour être en mesure d’évaluer quels sont les problèmes », lance tout bonnement la ministre.

Tout simplement révoltant ! Jusqu’à quand nos décideurs persisteront-ils dans leur laxisme éhonté face à des « hommes au travail » qui ne demandent qu’à accomplir leur boulot dans leur langue...au Québec ?

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1427 articles

  • 1 096 155

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    22 mars 2015

    Erratum? Erratum?
    Monsieur Marineau
    Je me suis peut-être trompé de CHUM en écrivant sur celui de McGill? Si oui, bien vouloir me corriger. De toute façon, le PQ n'a pas fait son travail avec le dossier de la langue. 25 années pour faire l'indépendance selon M. Péladeau et dans un article que j'ai lu, dernièrement, Gilles Vigneault disait que dans 50 ans, nous ne parlerions plus français au Québec. Tout un avenir nous attend si nous ne nous prenons pas rapidement en main. Bon article!
    André Gignac 22/3/15

  • Archives de Vigile Répondre

    22 mars 2015

    Monsieur Marineau
    Tout fonctionne tout croche ici au Québec et la question que je me pose est la suivante: où est le PQ pour dénoncer cet affront à notre langue? La raison, c'est parce ce CHUM est situé dans le WEST ISLAND, ce bastion d'anglophones et de fédéralistes qui mène le Québec comme un "p'tit" toutou docile par l'entremise du QUEBEC LIBERAL PARTY.
    Comme disait M. Péladeau, la semaine dernière, dans sa sortie contre l'immigration: "Il ne nous reste que 25 ans". PLUS COLONISÉS QUE ÇA TU MEURS! C'EST RÉVOLTANT! Nous n'avons même plus le respect de nous-mêmes; comment voulez-vous que les nouveaux immigrants sIntègrent à nous pour faire ensemble l'indépendance?
    André Gignac 22/3/15