Société

Les aînés: partie intégrante de la société

Tribune libre

On a tous encore en mémoire l’hécatombe des aînés durant la pandémie, laquelle a suscité un tollé de critiques envers les hauts dirigeants. Eh bien, il appert que le scénario tend à se répéter alors que près de 2300 aînés occupent des lits d’hôpitaux inutilement en attendant d’être transférés en Centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD), en réadaptation, en résidence pour aînés, en Ressource intermédiaire ou à domicile avec de l’aide adaptée ou des soins palliatifs.

Devant un tel scénario, force est d’admettre que les aînés sont traités comme les parents pauvres du système de santé au Québec. Et pourtant, les personnes âgées ont collaboré activement à la construction du Québec moderne, et ont en tête tout un bagage de connaissances et d’expériences qu’ils pourraient nous faire profiter de bon gré.

D’aussi longtemps dont je me souvienne, j’ai toujours ressenti extrêmement de sympathie pour les aînés, notamment eu égard à leur vulnérabilité omniprésente. Et quand, de surcroît, notre société civile et étatique exploite cette vulnérabilité, je suis forcé d’admettre que nos hauts dirigeants font preuve d’une bassesse indigne des fonctions qu’ils occupent.

Vieillissement de la population

Selon les projections de l'Institut de la statistique du Québec, le quart des Québécois seront âgés de 65 ans ou plus en 2031 et près du tiers, en 2061. Ce vieillissement démographique s'explique notamment par la forte dénatalité qui a succédé aux baby-boomers, ainsi que par une hausse de l'espérance de vie.

D'ici une vingtaine d'années, la société québécoise sera l'une des plus vieilles en Occident. Après le Japon et la Corée du Sud, le Québec figure parmi les sociétés qui connaissent un vieillissement des plus rapides. En 2011, environ 1 personne sur 6 était âgée de 65 ans et plus. Si la tendance se maintient, ce sera le cas de 1 personne sur 4 en 2031. Toujours en 2011, la proportion d’aînés âgés de 85 ans et plus était de 12 %, alors qu’elle frôlera les 25 % en 2061.

Par ailleurs, il est devenu courant au Québec d’établir une corrélation entre les projections démographiques québécoises et leur incidence sur la fragilité des finances publiques, établissant ainsi un lien direct de causalité entre le vieillissement de la population et l'alourdissement des coûts de santé publique.

À preuve, l'essentiel du discours relatif aux aînés est à peu près obnubilé par le problème singulier de la santé et des coûts qui lui seraient inhérents. Et pourtant, dans les faits, la vaste majorité des aînés de 65 ans ou plus sont autonomes, en bonne santé, engagés dans des activités sociales et sûrement pas le fardeau social et économique auquel on veut bien les associer.

Inclusion sociale des aînés

Au Québec, l’amélioration des conditions de vie, les progrès de la médecine et des soins de santé et l’accès à l’éducation font en sorte que les générations actuelles vivent plus longtemps et en meilleure santé que les générations précédentes. L’accroissement de l’espérance de vie constitue une importante avancée. Une espérance de vie élevée offre de nombreux avantages, tant pour les individus que pour les communautés. Cependant, les perceptions à l’égard du vieillissement ont peu évolué et plusieurs personnes craignent encore de vieillir. Des idées préconçues à l’égard des personnes aînées subsistent et des aînés déclarent encore être ignorés, infantilisés et victimes de préjugés.

En revanche, l’inclusion sociale procure aux personnes aînées un sentiment d'utilité, d'accomplissement et d'appartenance à la communauté. Elle permet aux aînés de demeurer actifs et de continuer à contribuer au développement de la société, selon leurs besoins, leurs préférences et leurs capacités. La participation à la vie sociale favorise l’établissement de liens qui préviennent l’isolement. C’est pourquoi, il est urgent d’agir, notamment par la valorisation des personnes aînées et par la reconnaissance de leur contribution à la société.



Henri Marineau, un aîné de 76 ans, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau2046 articles

  • 1 437 371

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé