Les aberrations de Couillard

« Pourquoi essayer de réparer ce qui n'est pas cassé? » (Philippe Couillard)

F93a316bd42fc3388392b4ef74799fe5

Tribune libre


D’entrée de jeu, je vous cite les premiers mots prononcés par Philippe Couillard lors de son allocution devant la communauté d’affaires de Québec : « Pourquoi essayer de réparer ce qui n'est pas cassé? »


Sans présumer de ce qui s’est passé dans la tête de nombreux auditeurs à la suite de cette question, je suis plutôt d’avis que plusieurs d’entre eux ont dû réagir en se disant que c’était bien malhabile de la part du premier ministre d’aborder en ces termes sa présentation. En effet, pour plusieurs d’entre eux, gageons qu’ils ont pensé à tous les « pots cassés », notamment à la suite des coupes drastiques en santé et en éducation.


Quant à la conclusion, elle n’a guère été plus lumineuse : « Quand vous avez une équipe gagnante sur la glace, vous ne changez pas l'équipe. » Eh bien, M. Couillard, avec tous les départs du Parti libéral du Québec (PLQ) qui s’accumulent depuis des semaines, j’ai plutôt l’impression que vous n’aurez pas le choix de procéder à des changements à votre « équipe gagnante ».


Enfin, si M. Couillard espère convaincre les électeurs de Québec qui, en passant, situent le PLQ en troisième position lors du dernier sondage derrière la CAQ et le PQ, il devra modifier sa stratégie car il fera face à un adversaire redoutable, à savoir le vent de changement qui semble souffler au Québec, notamment dans la Capitale nationale qui place la CAQ loin en avance toujours selon le même sondage.



Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1118 articles

  • 879 141

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé