Le tiers des ministres fédéraux ne parlent pas le français

Aa2c36754a42d33dcaf3855b29e8a1c1

Un faux pays bilingue


Un récent sondage Léger indiquait que 63% des Canadiens (c'est 92% au Québec) souhaitent que le premier ministre à Ottawa soit bilingue.  


S'il s'agit d'un vœu exprimé par les électeurs, les politiciens, eux, n'ont pas l'obligation de s'exprimer en français et en anglais.  


Le premier ministre Trudeau dit accorder une grande importance aux deux langues officielles et une partie de son conseil des ministres a entendu le message.  


 «Mon français n'est pas aussi bon que le voudrais, mais j'y travaille», dit Maryam Monsef, ministre des Femmes, de l'Égalité des genres et du Développement économique rural.   


Mais encore des classes ou un professeur? «A little bit», répond-elle, en anglais.  





Pour certains ministres l'apprentissage du français se poursuit.  


 «C'est très difficile pour moi! But I'm giving it a shot», affirme Bernadette Jordan, ministre des Pêches, Océans et Garde côtière.  


«My background is in engineering, in mathematics, not in languages. I'm a little older but I'm getting there», assure la ministre des aînés, Deb Schulte, sans même glisser un mot en français.  


Sur les 36 ministres du cabinet Trudeau, 13 sont unilingues anglophones. Et si certains suivent assidument les cours de français, d'autres ne le font pas ou ne le font plus.  


«I think it is important, but I have not yet have the opportunity», se defend Bill Blair, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile.  


«Classes I used to attend religiously when I was a backbencher. I have not kept them up as a minister», confie son homologue du ministère des Ressources naturelles, Seamus O’Reagan.  


Et ces ministres n'ont aucune obligation de parler ou de comprendre l'autre langue officielle.  


 «Ils ont toutes les ressources pour améliorer leur maîtrise de la seconde langue officielle que ça soit par des cours, des tuteurs privés, vraiment la Chambre des communes a des ressources», explique Stéphanie Chouinard, professeure de sciences politiques au Collège royal militaire.  


«Lorsqu'ils décident de ne pas le faire, bien ça démontre un manque de leadership. Mais ce n'est pas mandaté, ce n'est pas obligatoire», ajoute Mme Chouinard.  


La ministre du Revenu est la seule unilingue francophone au cabinet. Même si elle ne répond toujours pas aux questions sur son ministère en anglais, elle concède que ses cours l'aident beaucoup.  


«Si je suis mal pris quelque part, je vais être capable de me débrouiller, au moins là je peux dire ce que j'ai besoin. Comme on disait, mon baragouinage est pas mal meilleur», blague Diane Lebouthiller.  


Le cabinet Trudeau est formé d'une large majorité de ministres bilingues.  


Les francophones qui parlent anglais sont nombreux. Les anglophones qui parlent le français le sont encore plus.  


«C'est pas difficile, c'est une opportunité et c'est important pour tous les Canadiens qui comprend que les parlementaires peuvent exprimer les priorités dans les deux langues», plaide Marco Mendecino, ministre de l'Immigration, des réfugiés et de la Citoyenneté.