Complicité de l’État fédéral pour détruire le Québec

Le Saint-Laurent comme autoroute du pétrole sale, une surprise?

Pas de pouvoir dans l’écriture

Tribune libre

Ce 1er octobre, la SRC déclare comme une nouvelle : « Un document obtenu par Radio-Canada confirme en partie ce que le premier ministre libéral Philippe Couillard affirme : le Parti québécois savait, quand il était au pouvoir, que le pétrole des sables bitumineux allait circuler par navire sur le fleuve Saint-Laurent. Mais rien n'indiquait clairement que c'était à des fins d'exportation. »
http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2014/10/01/004-pq-couillard-petrole-fleuve-alberta-quebec.shtml

1 : se faire le porte-parole de Couillard :
2 : le PQ savait que des navires sales s’en venaient sur le fleuve
3 : mais c’est pas comme disait Couillard, pour exportation… (en fin de phrase)

Cette nécropsie d’une non-nouvelle favorisant le PLQ démontre comment radiocanne ne se couche jamais d’un autre côté que chez les fédés. Pendant que le PLQ tente de justifier son assentiment au rôle de camion citerne qu’on fait jouer au Québec pour sortir le bitume albertain vers le monde, la joute parlementaire voudrait sortir un lapin démontrant que les adversaires n’étaient pas mieux. Or c’est un lapin mort qui sort du chapeau puisque déjà, en 2013, ce qu’on proposait au Québec, c’était du stockage pour les raffineries montréalaises… autre marché de dupe. C’était publié et non caché.

Comme pour faire un coup d’éclat :
« Un document du ministère de l'Environnement daté du 20 décembre 2013, obtenu par Radio-Canada en vertu de la loi sur l'accès aux documents des organismes publics, démontre que le gouvernement précédent ne pouvait ignorer que du pétrole des sables bitumineux allait circuler sur le fleuve à partir de Sorel-Tracy. »
La manchette répétée : « Depuis 2013, les péquisss savaient… »
Or 2013, c’était hier! Le milieu nationaliste suit justement depuis très longtemps les projets canadians pour sortir le pétrole sale à l’ouest, au nord, à l’est, au sud… Le numéro de nov.-déc. 2013 de la revue L’Action nationale en fait un important dossier intitulé : « La province et le fédéralisme pétrolifère. »

Trois articles avec références antérieures démontrent, en effet, que le PQ savait que des navires sales s’en venaient sur le fleuve. Ces chercheurs devançaient de loin la nouvelle de SRC :

1.Enbridge : lorsque le mensonge se drape de vertu. Bernard Dagenais (U. Laval) 10p.
2.Géopolitique canadienne du pétrole. Pierre-Paul Sénéchal (Giram : Gr initiatives recherches appliquées milieu) 30p.
3. Le Saint-Laurent : les conséquences non calculées du risque pétrolier. Pierre Blouin (Giram) 40p.

En particulier, M. Sénéchal développe le thème : " La route du Saint-Laurent résolument dans la mire d’Ottawa et de l’industrie pour l’exportation du pétrole de l’Ouest."
-les leaders des communautés autochtones affirment demeurer sur leurs positions quant à l’inviolabilité de leurs terres ancestrales. Sortie vers l’ouest bloquée. Route de l’Arctique? Aucun scénario envisageable d’ici 20-50 ans. Oléoduc Keystone XL vers les raffineries d’Oklahoma : échec.

- Canal de Panama élargi vers 2015? Marché asiatique ouvert à partir de l’est de l’Amérique du Nord… Tout comme pour le marché européen : le Saint-Laurent : option privilégiée albertaine.

À Ottawa et à Calgary, on sait maintenant le Saint-Laurent sous constante observation des groupes écologistes depuis Rabaska ou les gaz de schiste… C’est donc sur la pointe des pieds qu’on travaille actuellement du côté des ministres à Ottawa et des spécialistes en communication de Calgary : peu de conférences grand déploiement, pas de présentations avec des intentions trop arrêtées; on se garde des marges de manœuvre.

Pourtant, l’auteur ajoute : pendant qu’à Ottawa on dresse l’échiquier énergétique, à Québec, c’est le ronron de la vie quotidienne; pas d’études spéciales… on semble bien loin de tout ce qui, à Ottawa, grouille et grenouille pour faire du Saint-Laurent une future autoroute du pétrole. Pendant que Valero fait l’acquisition de 5300 wagons supplémentaires du même type que ceux de la MMA à Lac Mégantic, à Québec, on ronronne…

Aussi : le jeu des projets variés pour un terminal de pipelines : on connaît la légendaire tolérance des Québécois au jeu de cache-cache. En 2005, Rabaska avait au départ quatre sites dans ses cartons… après que le choix ait été porté sur Beaumont, qui fut éconduit par référendum, il restait encore des emplacements secrets pour les magouilles…

Bref, la sempiternelle histoire d’une nation empissettée par une autre. Avec des complices à tous niveaux politiques. Si les élus se graissent, aux citoyens de se lever...

Squared

Ouhgo (Hugues) St-Pierre196 articles

  • 148 470

Fier fils de bûcheron exploité. Professeur retraité d'université. Compétences en enseignement par groupes restreints, groupes de réflexion, solution de problèmes. Formation en Anglais (Ouest canadien), Espagnol (Qc, Mexique, Espagne, Cuba), Bénévolat latinos nouveaux arrivés. Exploration physique de la francophonie en Amérique : Fransaskois, Acadiens, Franco-Américains de N.-Angl., Cajuns Louisiane à BatonRouge. Échanges professoraux avec la France. Plusieurs décennies de vie de réflexion sur la lutte des peuples opprimés.





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Archives de Vigile Répondre

    5 octobre 2014

    Bon... "...5300 wagons supplémentaires du même type que ceux de la MMA à Lac Mégantic, à Québec, on ronronne…"
    C'était au temps du parti fondé pour faire l'indépendance du Québec!
    Naïfs sommes-nous donc d'attendre un peu de soins d'un parti qui magouille encore au ministère de l'environnement de Heurtel, dans la foulée d'une guerre larvée du Pouvoir contre ses fonctionnaires, tel que vu chez Bolduc, Barrette, David, Moreau, Poëtti...