Le PQ peut-il renverser la vapeur?

Un défi herculéen auquel Jean-François Lisée et ses troupes doivent s'atteler avec l'énergie des combattants!

1566059c885b6f50968d3bb0bb2a946d

Tribune libre

À quatre mois du scrutin général au Québec, les derniers sondages continuent de favoriser la Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault au grand dam du Parti québécois (PQ) qui persiste à faire du surplace en troisième position avec un pourcentage d’intentions de vote gravitant autour de 20%.


À ce sujet, le discours enflammé de la vice-chef du PQ, Véronique Hivon, à l’ouverture du Conseil national du parti, a certes constitué une bougie d’allumage au sein des quelque 500 délégués réunis à Drummondville, notamment eu égard aux transfuges du Parti libéral du Québec (PLQ) vers la CAQ qu’elle a qualifiée de « Coalition affaiblissement Québec ».


Toutefois, force est de constater que le thème du « changement » est et risque de demeurer un thème majeur au cours de la campagne électorale. À cet effet, la CAQ, il faut bien l’admettre, semble incarner ce vent de changement auprès de la majorité de l’électorat québécois.


Or, le PQ peut-il encore renverser la vapeur? Une question cruciale à laquelle, jusqu’à maintenant, la réponse est pour le moins douteuse. Jean-François Lisée aura beau évoquer la remontée spectaculaire du NPD en Ontario dans les sondages aux dépens des Conservateurs, il n’en demeure pas moins que les efforts du PQ pour remonter dans l’intérêt des Québécois n’arrivent pas à prendre leur essor.


En quatre mois, le PQ doit déconstruire la crédibilité de la CAQ et de son chef, et bâtir sa propre crédibilité auprès des Québécois…Un défi herculéen auquel Jean-François Lisée et ses troupes doivent s’atteler illico avec l’énergie des combattants!   



Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1198 articles

  • 1 170 262

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé