Le pouvoir des lobbies idéologiques

132cca92add3812fdf42803aa35f78ca

Montréal est dirigée par une administration d'extrême gauche décontructiviste



Le journal Métro nous apprenait mardi que la Ville de Montréal entendait se convertir officiellement à ce qu’on appelle l’écriture « inclusive ».




J’ai déjà eu l’occasion de dire tout le mal que je pensais de cette déformation programmée de la langue française. Officiellement, l’écriture inclusive prétend lutter contre le supposé sexisme structurel de notre langue – un sexisme imaginaire, faut-il vraiment le préciser ? Car il y a des limites à voir du sexisme partout !




Avec l’écriture inclusive, on hachure les mots, on les déforme. Chers amis devient « Chèr.e.s ami.e.s ». Les manifestants deviendront « les manifestant.es ». Et ainsi de suite. Il faut aussi bannir certains mots trop « genrés ».




Intimidation




À terme, la langue écrite devient tout simplement inintelligible. Qui s’oppose à l’écriture inclusive ne manque pas de respect envers les femmes, mais témoigne de son respect pour la logique propre à la langue française.




J’aimerais toutefois aborder le problème sous un autre angle aujourd’hui.








Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.





Je ne crois pas exagéré d’affirmer que l’écriture inclusive est une lubie idéologique qui nous provient des franges radicales du féminisme académique.




Pourtant, de plus en plus d’institutions s’y convertissent, comme si elles s’en sentaient obligées.




Comment expliquer que cette lubie s’impose ainsi au commun des mortels et à l’immense majorité de la population, hommes et femmes confondus ?




Ce n’est pas la première fois que l’homme ordinaire (oups, un terme genré !) se voit ainsi pris d’assaut par des idéologues radicaux.




Pensons simplement au remplacement, dans certains formulaires administratifs, de la notion de père et mère par parent 1 et parent 2. On avait compris qu’il s’agissait de s’ouvrir aux nouvelles situations familiales, ce que tout le monde peut comprendre. Mais pourquoi, encore une fois, au nom des marges, fallait-il abolir un vocabulaire ancré dans la mémoire longue de l’humanité pour plaire à quelques groupuscules voyant quelque chose de discriminatoire dans l’usage des notions père et mère ?




Même chose lorsqu’on parle de la théorie du genre. On le sait, cette théorie considère que le masculin comme le féminin sont des constructions sociales artificielles qu’il faudrait démonter pour permettre à chacun de s’identifier sexuellement comme il l’entend. À terme, il faudrait se définir selon le modèle de la fluidité identitaire. Chacun déciderait s’il se sent homme ou femme. Mieux : il pourrait ne s’identifier à rien. Son identité sexuelle serait flottante, insaisissable.




Il s’agit évidemment d’un délire idéologique maquillé en avancée scientifique. Et devant cette théorie, le commun des mortels roule des yeux. Pourtant, elle s’impose dans les écoles et se normalise médiatiquement.




Résistance




On pourrait accumuler les exemples semblables.




Ce qui distingue ces lobbies idéologiques, c’est qu’ils ont le pouvoir de transformer le simple fait de ne pas voir le monde comme eux en scandale. Ils misent sur une violence verbale extrême et n’hésitent pas à diaboliser leurs contradicteurs en les traitant de tous les noms. Ils ont un pouvoir d’intimidation médiatique extrême.




C’est à cela qu’il faut apprendre à résister.