Le petit chaperon vert

C0a3c824856acb3f59a7ca5bb95553af

« Votre présence réjouira assurément les poseurs professionnels, la gauche orangeade et les militants syndiqués de Greenpeace. »


Greta s’en vient. On devine qui voudra faire la belle à ses côtés, émus, tout chose, croyant compter pour quelque chose. Enfin, on NOUS regarde!


Mais, chère Greta, advenant que vous lisiez ceci, sachez d'abord où vous mettrez les pieds en débarquant ici.


La Belle province sera évidemment au comble de la vanité et vous confirmerez, par votre présence, le progressisme enragé d’une société qui compte tout de même 1,6 millions d’analphabètes... Ne riez pas si on vous offre une barre Marx.


Ici, puisque c'est la mode, tout le monde est vert. Surtout à la télé, même si les vedettes de notre showbiz intra muros s’enrichissent à vendre des camions polluants ou à produire des émissions les montrant aux quatre coins du monde.




Le petit chaperon vert

Photo Facebook




Chez nous, ma chère Greta, l’environnement est une sorte d’épinglette, une sorte de fleur de lys, ça n’engage à rien. 


Sauf les contribuables les plus taxés d’Amérique, évidemment, ceux-là soumis à une aquamation fiscale qui les rend chaque année un peu plus verts...


Ici, on gaspille des milliards dans un Fonds vert-purin et le fonctionnaire chargé spécifiquement de la lutte aux changements climatiques est, oui votre honneur! un avocat spécialisé en droit communautaire européen. 


On est comme ça, nous, pas très regardants sur les compétences.


Ici, un aubergiste peut être pédégé de la Société des Traversiers du Québec et finir, peu importe les naufrages, au ministère des Transports avec iPhone, per diem pour le tartare et kilométrage illimité pour la postérité. 


Ici, on glorifie la taxe carbone sans savoir vraiment de quoi il en retourne: on l’a judicieusement dissimulée parmi les autres et les moutons fiscalisés ont fini par l'oublier... 


Ça nous permet de fermer les yeux sur des comportements collectifs outrancièrement irrespectueux de l’environnement...


Ici, chère Greta, on pleure le sort des baleines et des bélugas mais on largue des milliards de litres d’eau usée dans le fleuve Saint-Laurent. 


Depuis Montréal, depuis Québec. Un peu partout, villes et villages se soulagent dans l’eau comme au temps des colons... On tire la chasse dans les nageoires du bar rayé...



Le petit chaperon vert

Photo tirée de Facebook




Ici, on recycle si peu et si mal que les Chinois ne veulent plus de nos déchets. Les dépôtoirs clandestins pullulent et 80% de ce que récupère le peuple éreinté aboutit dans des sites d’enfouissement accrédités par l’État-Vidange... 


Ce n’est pas une province que vous découvrirez mais l'un des plus grandioses festivals de l’incompétence. On n'a pas, comme l'Afrique, l'excuse de la misère...  


Ici, Greta, on trouve des pneus, des planches, des métaux, des chaises de plastique, des restes d’automobiles, des gants de baseball, des ballons de basket, des raquettes, des skis, des meubles, des matelas, des jouets, des laveuses et des sécheuses, des frigos et des congélos, des tondeuses, des moteurs, des génératrices, des outils rouillés, des tuyaux tordus, du ciment, du plâtre, des poutres de chemin de fer, des vêtements et des ordures ménagères dans un seul et même trou...


Greta, Greta! Il est littéralement inoubliable, le spectacle du bélier mécanique enterrant tout ça sous l’œil avide de milliers de rats volants attirés par l’odeur pestilencielle...


Et puis, Greta, ne te fais d’illusions avec nos politiciens. Ils savent tout ça.


En plus, ils fument, ils roulent en bagnole et plusieurs prennent l’avion toutes les semaines. Ils mangent du porc, du bœuf, du veau de lait et/ou du poulet «séparé mécaniquement»...


Au restaurant du parlement, entre deux simulacres d'engueulade et trois m'as-tu-vu, ils savourent des animaux à chair fine: chevreuil, wapiti, canard, etc. Ce sont de fins palais, intellectuellement grassouillets, confits dans une bienheureuse fiscalité.


D’ailleurs, occupés qu’ils étaient à digérer, on n’en a pas entendu un seul protester quand les suppôts de l’administration fédérale ont annoncé que 500 000 conteneurs transiteront bientôt par le petit port de Québec...


Oui-oui, Greta, 500 000 conteneurs et donc des milliers de navires brûlant des millions de tonnes de carburant... Québec demandera peut-être à Red Bull d'organiser un BIG AIR de GES...


La capitale de la nation que vous visitez mise aussi sur le tourisme de masse: Québec marche dans les pas de Venise...


Des dizaines de milliers de croisiéristes errent déjà dans le petit quartier où s’accrochèrent jadis les ancêtres des Canadiens-Québécois-Français-Américains-D’Amérique-française-française d’aujourd’hui...


Le soir, quand on tend l’oreille devant la dernière librairie, on entend The Doors chantant This is the end... 


Pauvre Mlle Thunberg, sans doute vous direz-vous fière d’être ici. Qu’il faut continuer le combat contre les pollueurs. On est bien tous d’accord avec ça. 


Mais vous êtes à la mauvaise adresse. Ici, on ne devrait pas parler d’environnement mais d’enlisement. 


Votre présence réjouira assurément les poseurs professionnels, la gauche orangeade et les militants syndiqués de Greenpeace. Et tous les fonctionnaires, profs et syndicalistes en congé sous prétexte d'une manif des enfants...


Mais, ici, chère Greta, on ne recycle même pas les bouteilles de vin vendues par l’État. Et tout le monde ferme les yeux depuis cinquante ans...Même le syndicat qui assurera la sécurité de la manif...


L’alcoolisme étatique produit chaque année des millions de bouteilles vides. Des millions de bouteilles qui finissent sous terre. Avec le reste. 



Le petit chaperon vert

Photo Fotolia




Et puis quoi encore? Ah, oui! L’assainissement des eaux est pour ainsi dire facultatif. Les agriculteurs arrosent les terres avec la merde des cochons. Depuis longtemps sinon depuis toujours. 


Des millions de cochons diarrhéiques produisant des millions de litres de déjections dont il faut se débarrasser d'une manière ou d'une autre. 


Ça déborde partout et le ruissellement fait son œuvre jusqu'à la mer des Sargasses... 


Vous ne devez absolument pas, Greta, repartir à la nage! 


Et puis quoi encore? Que vous dire pour que vous sachiez à qui vous avez affaire? 


Ah oui, ici, alors que tout le monde cherchait à réduire les gaz à effet de serre et à pousser la populace dans les autobus, on a construit une méga cimenterie en Gaspésie. Record de GES. Ça fume jusqu'aux étoiles. De loin, on dirait un missile russe tombé sur Aleppo.


Le ciment est destiné aux Américains mais les Américains trouvaient cette activité trop polluante pour les riverains raffinés de la rivière Hudson... On est comme ça, nous, superbement généreux et inconséquents. 


J’espère tout de même, Mlle Thunberg, que votre voyage se passera bien. Mais si vous vous dites encore heureuse d’être ici, je présumerai que ça ne peut pas être tout à fait vrai...