Le parti présidentiel subit un revers à Moscou

013c757696ca0b3a7ace4019bc5f780a

Un taux de participation anémique de 21%


Le parti au pouvoir en Russie a subi de lourdes pertes dimanche aux élections du Parlement de Moscou, un scrutin suivi de près après un été de manifestations sévèrement réprimées par la police.


S’ils contrôlent encore l’assemblée moscovite, les députés loyaux au Kremlin — avec 25 sièges sur 45 — perdent près d’un tiers de leurs élus par rapport à la législature précédente. En 2014, les candidats du parti présidentiel Russie unie et leurs alliés avaient obtenu 38 sièges.


Neuf anciens députés de la formation n’ont pas réussi à conserver leur siège, parmi lesquels le chef de la branche moscovite de ce parti, Andreï Metelski, élu depuis 2001.


Les autorités avaient pourtant pris soin de ne présenter aucun candidat sous cette bannière, s’efforçant d’aller chercher des personnalités issues de la société civile. Une tentative avortée avec quelques échecs retentissants.


Grogne généralisée


Dans un mouvement de protestation inédit depuis 2012, plusieurs dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues de la capitale russe à un rythme quasi hebdomadaire depuis mi-juillet, à l’appel de l’opposition, furieuse de voir ses candidats écartés de ces élections.


L’opposant Alexeï Navalny, dont tous les alliés ont été exclus du scrutin, avait appelé les électeurs à « voter intelligemment » en soutenant les mieux placés pour battre les candidats du Kremlin.


Avec treize députés, contre cinq auparavant, les communistes sont les grands gagnants à Moscou. Deux autres partis entrent au Parlement moscovite : les libéraux de Iabloko, qui remportent trois sièges et pourront en plus compter sur une indépendante qu’ils soutenaient, et le parti Russie juste, considéré comme faisant partie de l’opposition « tolérée » par le Kremlin, qui a désormais trois députés.


Le taux de participation, de 21,77 %, est toutefois resté très bas à Moscou.


Par ailleurs, la Haute-Commissaire de l’ONU aux droits de la personne, Michelle Bachelet, a demandé lundi l’ouverture d’enquêtes sur le « recours excessif » à la force par la police russe. Elle a aussi appelé les autorités à « respecter la liberté d’expression, le droit de réunion pacifique et le droit de participer aux affaires publiques ».



L’ONU demande une enquête


Genève — La Haute-Commissaire de l’ONU aux droits de la personne a demandé lundi des enquêtes sur le « recours excessif » à la force par la police russe au cours de semaines ayant précédé les dernières élections.



« Je soutiens les appels du Conseil présidentiel pour des enquêtes sur les allégations de recours excessif à la force par la police, et j’exhorte les autorités à respecter la liberté d’expression, le droit de réunion pacifique et le droit de participer aux affaires publiques », a déclaré Michelle Bachelet. La Haute-Commissaire a lancé cet appel à l’occasion de l’ouverture de la 42e session du Conseil des droits de la personne de l’ONU à Genève.



« Je suis préoccupée par les nombreuses arrestations et actions de police » en Russie, a relevé Mme Bachelet, soulignant que plus de 2500 personnes ont été arrêtées lors des manifestations en juillet et août. « Actuellement, cinq ont été condamnées à des peines d’emprisonnement, et d’autres font face à des accusations criminelles », a-t-elle détaillé.