Sur le virage de Steven Guilbeault...

Le fondateur d’Équiterre joint le PLC

Économie et environnement, un mariage chaotique

8f840950e1350e6a93f6bd48a61ee039

Tribune libre

Au lendemain de l’annonce par le premier ministre Trudeau de donner le feu vert à la construction de l’oléoduc Trans Mountain, on apprend que l’écologiste et fondateur d’Équiterre, Steven Guilbeault, tente sa chance à l'investiture du Parti libéral du Canada (PLC) dans la circonscription montréalaise de Laurier-Sainte-Marie, en vue des élections fédérales d'octobre prochain.


On se souviendra qu’en octobre 2018, Steven Guilbeault avait pris la décision de quitter Équiterre. Comme « par hasard », quelques semaines plus tard, il était nommé, par Ottawa, coprésident du comité consultatif pour la lutte contre les changements climatiques, un organisme chargé de conseiller le gouvernement Trudeau en matière d’environnement.


Conséquemment, est-ce à dire que Steven Guilbeault a participé à la décision de Justin Trudeau de mettre de l’avant le projet Trans Mountain, endossant par le fait même la stratégie selon laquelle tous les profits générés par l’oléoduc seront versés aux énergies vertes?


Si tel est le cas, comment peut-il justifier le fait qu’une entreprise polluante, dont l’impact environnemental équivaut à l’ajout de 3 à 4 millions de voitures sur nos routes, puisse servir de « moteur » pour lutter contre la pollution? Une question qui suscite, à mes yeux, plusieurs interrogations, notamment sur le virage pour le moins inattendu du fondateur d’Équiterre…


Économie et environnement, un mariage chaotique


La montée en flèche des changements climatiques s’impose de plus en plus comme une priorité pour les chefs de gouvernements à travers la planète, le Canada et le Québec n’y échappant pas. Or, un autre facteur essentiel au développement d’un pays réside dans la vitalité de son économie.


Il n’est donc pas surprenant d’assister à un mariage chaotique entre économie et environnement, l’un et l’autre évoluant souvent dans des champs diamétralement opposés. À cet effet, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et celui de l’Alberta, Jason Kenney, incarnent deux exemples patents de cette discordance qui leur demande souvent d’user de tergiversations qui frôlent parfois la contradiction.


De son côté, le premier ministre du Québec se retrouve dans une catégorie à part, ayant réussi, grâce à l’hydroélectricité, à concilier habilement économie et environnement. Toutefois, du côté de l’Alberta, Jason Kenney se retrouve carrément pris en otage dans la quadrature du cercle, sa politique environnementale n’arrivant pas à compenser les effets nocifs de l’exploitation de son pétrole.


À mon avis, nous allons assister de plus en plus à ce genre de défi qui attend les chefs de gouvernements, un défi herculéen qui risque de causer des divorces douloureux entre l’économie et l’environnement!


La question de l’urne


Aux dires de plusieurs observateurs de la scène politique fédérale, la question de l’urne, soit le facteur le plus important dans la tête des électeurs au moment d’inscrire leur vote, sera l’environnement. À cet effet, l’amalgame présenté par Justin Trudeau entre son accord pour le projet Trans Mountain et l’injection des profits provenant de l’exploitation de l’oléoduc dans la transition à l’énergie propre en dit long sur les intentions du premier ministre de mettre le focus sur l’environnement.


De son côté, le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, semble pencher dans la même direction, une position délicate qui le placera sur le terrain de prédilection du Parti vert d’Élizabeth May qui a gagné des points précieux dans les derniers sondages. Quant au Nouveau parti démocratique, il prévoit la création de 300 000 emplois en lien avec la transition énergétique, la fin des subventions aux énergies fossiles, des économies de 900 $ par famille sur les coûts énergétiques, de nouvelles mesures d'aide à l'achat d'un véhicule électrique et ouvre la porte à la gratuité des transports collectifs. Enfin, les conservateurs devraient présenter un plan environnemental qui comprendra un équilibre entre de grands projets de pipeline et la lutte à la pollution exigée par une partie grandissante de l'électorat.


En bref, les deux partis susceptibles de prendre le pouvoir en octobre, soit le PLC ou le PPC, jouent sur les deux tableaux, à savoir l’économie et l’environnement, une position qui risque de dégénérer en conflits empêtrés dans la quadrature du cercle!



Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1315 articles

  • 1 171 643

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé