Le Canada dément vouloir accueillir 100 000 réfugiés palestiniens du Liban

F1ff5f60750a3b4d96d27f885f4bcea2

Espérons bien qu'il s'agisse d'une fausse nouvelle !


Depuis début août, des centaines de réfugiés palestiniens installés au Liban se rassemblent devant l’ambassade du Canada à Beyrouth dans l’espoir d’obtenir les documents nécessaires pour émigrer au Canada. De fausses informations circulant dans les médias libanais et en ligne seraient à l’origine de ces rassemblements; l'affaire a poussé Ottawa à réagir.




L’histoire a commencé le 6 août dernier, lorsque plus de 700 Palestiniens venus de plusieurs camps de réfugiés au Liban ont manifesté devant l’ambassade canadienne à Beyrouth, appelant Ottawa à leur accorder le statut de réfugiés au Canada.


Les Palestiniens dénoncent notamment les conditions de vie difficile au Liban, où le ministère du Travail a annoncé une nouvelle campagne visant à lutter contre « l'emploi illégal des étrangers ».


Deux jours plus tard, le 8 août, le journal libanais Al-Akhbar publie un article affirmant que le Canada s’apprête à « accueillir 100 000 réfugiés palestiniens » dans le cadre du plan américain pour le Moyen-Orient.


Citant des sources anonymes, le journal proche du Hezbollah va jusqu’à accuser l’ambassade canadienne au Liban d’avoir « orchestré » la manifestation de Palestiniens, et d’avoir même payé les frais de transport et de stationnement des réfugiés venus des quatre coins du Liban, ce jour-là.


L’information a aussi été relayée par le quotidien israélien Jerusalem Post plusieurs semaines plus tard, et ce dernier s'est rétracté par la suite. Mais cela a relancé les rumeurs en ligne.


Une foule de manifestants devant les locaux de l'ambassade canadienne à Beyrouth, en face de la mer.

La dernière manifestation de réfugiés palestiniens devant les locaux de l'ambassade du Canada au Liban a eu lieu jeudi dernier, rassemblant encore une fois des centaines de personnes.


Photo : The Associated Press / Hussein Malla




Depuis, plusieurs autres manifestations ont eu lieu devant l’ambassade du Canada au Liban avec une même demande : faciliter l’émigration vers le Canada. Jeudi dernier, ils étaient des centaines au rendez-vous, brandissant les drapeaux canadien et palestinien.


Le 30 août dernier, c’était au tour de citoyens libanais de se rassembler devant l’ambassade canadienne, à la suite de fausses nouvelles circulant sur les réseaux sociaux affirmant que le Canada a facilité ses procédures d’immigration.


Cette situation a poussé l’ambassade du Canada à réagir sur sa page Facebook, mettant en garde contre la désinformation : L’ambassade tient à informer le public qu’elle n’accepte pas les demandes de réinstallation de réfugiés soumises directement. Le Canada s'appuie principalement sur l'Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR), d'autres organisations et des sponsors privés au Canada pour identifier et orienter les réfugiés en vue de leur réinstallation.



Malheureusement, il arrive parfois que des personnes qui souhaitent s’installer au Canada se fassent induire en erreur par des individus qui tentent de profiter d’eux. […] Les représentants du gouvernement canadien ne vous appelleront jamais pour vous demander de déposer de l'argent dans un compte bancaire personnel, ni de transférer de l'argent par l'intermédiaire d'une société de transfert d'argent privée.


Extrait du message de l'ambassade du Canada au Liban


Des femmes et des hommes applaudissent lors d'une manifestation.

« Nous aspirons à un bon avenir pour nos enfants », peut-on lire sur cette bannière portée par des manifestants palestiniens devant l'ambassade canadienne à Beyrouth.


Photo : The Associated Press / Hussein Malla




Mercredi, Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) a également réagi sur les réseaux sociaux, démentant les informations véhiculées par Al-Akhbar :





Contactée par Radio-Canada, une porte-parole d’IRCC, affirme « surveiller régulièrement » les fausses informations qui circulent en ligne. Comme dans le cas présent, nous nous efforçons d'agir rapidement pour faire connaître les faits, affirme Béatrice Fénelon dans un courriel. Nous avons communiqué avec le Jerusalem Post pour demander une rétractation de son article, car aucun programme spécial n'est actuellement envisagé pour réinstaller des personnes du Liban ou de la Syrie.