Le Bloc plafonne

Le NPD gagne du terrain

Tribune libre


Gilles Duceppe, lors du congrès du PQ, dans un discours enflammé, a réussi à galvaniser les militants péquistes, en lançant, entre autres, que le Canada n’a plus rien à offrir au Québec! De ce côté-ci de l’Outaouais, un Gilles Duceppe qui agit comme un poisson dans l’aquarium en manifestant toute sa vigueur et sa souplesse, sur l’autre rive, un poisson hors de l’aquarium qui se débat pour assurer sa survie!
Pendant ce temps-là, le bon vieux Jack gagne du terrain en faisant campagne sur le terrain, avec son bâton de défenseur de la veuve et de l’orphelin, prônant des mesures sociales-démocrates qui semblent répondre aux besoins des familles!
Dans le contexte d’une campagne électorale fédérale, lequel des deux hommes politiques est le plus crédible aux yeux de l’électorat moyen? Un chef de parti qui plafonne ou un autre qui gagne sans cesse du terrain… même au sein de l’électorat québécois? Des questions qui méritent, à mon sens, une solide réflexion de la part des bloquistes! Peut-être auraient-ils avantage à plonger dans l’aquarium pour y puiser toute la vigueur et les conditions nécessaires à leur survie et surtout, à leur croissance…avant de mourir au bout de leur souffle!

Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1342 articles

  • 1 169 584

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



5 commentaires

  • Stéphane Russell Répondre

    21 avril 2011

    De mon avis, chaque électeur a la responsabilité de discerner dans le jeu des candidats. Il a la responsabilité de ne pas considérer la politique comme un jeu de télé-réalité, à gros renforts d'émotions volatiles. Duceppe mènerait une campagne ennuyeuse? Et puis après?! Quel propriétaire sage confierait sa propriété à n'importe qui juste parce que c'est un «bon gars», surtout sans vérifier ses antécédents?
    Si on se fie aux antécédents de Layton et du NPD, défendront-ils comme le Bloc les intérêts du Québec dans un Canada qui cherche à le mettre à l'index? Vont-ils réclamer avec virulence des choses comme le juste transfert fédéral pour l'harmonisation des taxes comme l'a fait le Bloc? Le fait de voter pour un parti pan-canadien, ou même le parti au pouvoir, peut-il vraiment faire une différence pour un Québec qui se marginalise?
    Le passé en témoigne, le NPD est un parti colonialiste comme les autres. Rien de bon là-dedans, sauf une bon téléroman plat comme on sait si bien en faire au Québec, à gros coup de subventions gouvernementales.

  • Archives de Vigile Répondre

    20 avril 2011

    Parti fédéraliste souvent considéré comme le club école des libéraux, le NPD a toujours fait passer les intérêts du Canada avant ceux du Québec (nuit des longs couteaux, constitution de '82, loi sur la clarté, appui à Terre-Neuve et Labrador pour son projet de lien électrique sous-marin, etc). Mais, comme l'ADQ il n'y a pas si longtemps, il se présente dans sa publicité et dans son image comme facteur de «changement».
    La vote adéquiste a fait passer Jean Charest en se présentant comme «le changement». De même, le vote néodémocrate va faire passer Harper et, en prime, André Arthur. Et tant pis pour les naïfs qui auront participé à cette grande messe des cons!

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    20 avril 2011

    Le Bloc plafonne-t-il vraiment ou les médias unidirectionnels tentent-ils de décourager les Bloquistes? Arme à deux tranchants qui devrait plutôt stimuler les troupes.
    Par ailleurs, comme ce site est sous surveillance par l'autre camp, notre jeu n'est-il pas plutôt d'aider les indécis à comprendre le centralisme du NPD? Si on est à court d'arguments, Jean-François Lisée en a en banque:
    http://www2.lactualite.com/jean-francois-lisee/le-npd-et-le-quebec-quand-le-soleil-a-rendez-vous-avec-la-lune/8594/?cp=5

  • Yves Rancourt Répondre

    20 avril 2011

    Bonjour monsieur Marineau,
    On ne peut nier la popularité croissante de Jack Layton dans les sondages mais elle ne peut s'expliquer rationnellement au Québec tellement son parti ne rejoint pas ou si peu les intérêts nationaux du Québec.
    Cette montée de Jack Layton dans l'opinion publique a débuté au Québec lors de la parution le 2 avril dernier d'un sondage de l'agence QMI-Léger Marketing disant qu'il était le plus populaire des chefs au Québec et au Canada: on le choisirait, disait ce sondage, pour aller prendre une bière, etc. Curieusement, en décembre 2010, SOM-La Presse avait fait un sondage sur la personnalité de l'année au Canada et Jack Layton n'était même pas là; Stephen Harper était 3ième avec 8%, derrière Joannie Rochette et Céline Dion. Au fait, on a vendu Jack Layton aux Québécois en avril pour nous détourner du Bloc et, à ce que l'on voit, ça semble réussir,du moins suivant les sondages. Il reste à voir si tout ça va se concrétiser dans l'urne.
    Ceci tend à démontrer que le vote des Québécois peut être volatile à l'occasion. Mais on verra après les élections si toutes ces intentions de votes sont bien réelles.
    Salutations à vous.

  • Archives de Vigile Répondre

    20 avril 2011

    C'est un choix déchirant en ce qui me concerne. D'un côté on a affaire à un parti qui se prétend "chouverainiste" mais dont la campagne est d'une platitude à faire bailler d'ennui les corneilles et de l'autre, un parti social-démocrate mais fédéraliste qui est fort sympathique à la classe moyenne.
    Dans un monde idéal, j'aimerais bien que Layton dirige le ROC et que le Bloc fusionne avec le PQ, Qs et le PI pour amener le Québec à son indépendance.
    En attendant, on tire à pile ou face entre les 2 avec un penchant naturel en ce qui me concerne pour le Bloc uniquement pour montrer au ROC qu'on est encore bien vivant.
    Mais, sincèrement on commence à en avoir un peu marre.
    De toute façon, je souhaire que Harpeur devienne majoritaire au plus vite pour créer cet électrochoc que les moutons québécois ont besoin pour retrouver leur dignité et le chemin de la liberté collective.
    Pierre Cloutier