Référendisme

La stratégie de Frédéric Bastien : agir sur la ligne de front

« Si tu veux la paix, prépare la guerre »

542f8e32a54870dc04df1b6b977eecf1

Tribune libre

 


Pour demeurer dans l’atmosphère printanier, j’ai reçu comme une bouffée de chaleur la vidéo de Jean-Claude Pomerleau mise en ligne sur la page d’accueil de Vigile le 23 mars sous le titre Le défi du réel, la force prime le droit.

https://vigile.quebec/articles/le-defi-du-reel-la-force-prime-le-droit

Partant d’une critique en règle de l’étapisme viscéral de Claude Morin, M. Pomerleau s’attaque sans coup férir au référendisme chronique qui a envahi l’espace indépendantiste du Québec depuis des décennies.

Quant aux candidats actuellement en liste à la direction du Parti québécois, tous, sauf Frédéric Bastien, sont barricadés derrière un stratégie référendaire qui, aux yeux de M. Pomerleau, est liée indubitablement au déclin du mouvement souverainiste.

Or, le candidat Bastien sort des sentiers battus. Il nous invite à sortir de la rêverie et à viser le pouvoir à Ottawa. Il nous faut donc agir sur la ligne de front. Il nous faut attaquer la Constitution de 1982, protégée par une meute de juges « sans intégrité ni crédibilité », particulièrement lorsqu’ils sont confrontés à des demandes du Québec en matière constitutionnelle.

L’historien et auteur de La bataille de Londres nous invite à prendre le chemin de la guerre là où le combat fait rage, à savoir sur la colline parlementaire à Ottawa, armés jusqu’aux dents…À nous de joindre les rangs, et de signer l’appui à la candidature de Frédéric Bastien à la course à la chefferie du PQ en suivant les directives telles que définies au haut de la page d’accueil de Vigile.


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1408 articles

  • 1 086 221

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Normand Paiement Répondre

    2 avril 2020

    À la guerre comme à la guerre!


    Normand Paiement