La persévérance au tableau d'honneur (prise 3)

La plus haute distinction à Jacques Parizeau

Toujours en croisade!

Tribune libre


Dans sa biographie publiée en 2001 aux Éditions Québec Amérique sous le titre Jacques Parizeau, le croisé, Pierre Dufresne amorce ainsi son livre :
« L’idée d’entreprendre la biographie d’un personnage qui vit toujours est plutôt intrépide. Dans le cas de Jacques Parizeau, le défi est d’autant plus périlleux que sa présence et son influence sur le paysage politique continuent de se faire sentir. »
M. Dufresne n’aurait jamais cru si bien dire! En effet, poursuit le biographe dans son chapitre « Les vœux politiques » à l’intérieur duquel il qualifie René Lévesque et Jacques Parizeau de « frères siamois de l’indépendance » :

« Le samedi 14 octobre 1967, avec l’appui d’un petit groupe de fidèles, René Lévesque tente de faire accepter sa proposition constitutionnelle par le congrès du Parti Libéral. À des milliers de kilomètres de là, dans un wagon, Jacques Parizeau est en train de rédiger le texte d’une allocution qui risque de faire dérailler la fédération canadienne. En fin d’après-midi, René Lévesque quitte la salle de bal du château Frontenac. Son idée de souveraineté-association vient d’être rejetée par les instances du parti. »

Moins de quarante-huit plus tard, Jacques Parizeau, invité par le Banff School Advanced Management, conclut ainsi son exposé :
« La question de savoir si le Québec aura ou n’aura pas de statut particulier est byzantine. Québec a déjà un statut particulier embrassant tout un éventail d’activités. Il aura tôt ou tard un statut encore plus particulier. Il deviendra peut-être même indépendant. »


Près de quarante-cinq ans plus tard, le même Jacques Parizeau publie une lettre au Devoir le 28 mars 2011 déplorant le « flou artistique » du PQ au sujet de la souveraineté, particulièrement sur le mutisme actuel de l’article 1 du Parti sur la préparation du référendum et l’utilisation de fonds publics pour le tenir.
Et Jacques Parizeau de conclure son article :
« Si les souverainistes persistent dans le flou artistique, une fois au pouvoir, ils se retrouveront dans la position du PQ en 1996 : « On découvre qu’on n’a pas le mandat pour faire la souveraineté et donc qu’on ne peut pas en conscience utiliser des fonds publics à cette fin. Cela est démoralisateur, plaide-t-il, et actuellement, même si l’opinion publique reste étonnamment attachée à la souveraineté, de plus en plus de gens pensent qu’on n’y arrivera pas. »

En plus d’avoir passé plus de la moitié de sa vie à lutter « pour » la souveraineté du Québec, voilà qu’encore une fois, le croisé se voit contraint de lutter « contre » les instances du PQ! Une croisade épique qui mérite à Jacques Parizeau la plus haute distinction de la persévérance!
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1608 articles

  • 1 136 137

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé