Comité de la justice de la chambre des Communes

L'art de noyer le poisson

B4ab97d89a5cafe4dbfacfd951206039

Tribune libre

Le comité de la justice de la chambre des Communes, composé d’une majorité de libéraux, a mis fin à la poursuite des travaux sur l’affaire SNC-Lavalin, contrecarrant ainsi la demande des partis d’opposition qui désiraient réentendre l’ex-ministre de la Justice, Jody Wilson-Raibould.


Selon le député libéral Randy Boissonnault, qui s'est fait le porte-parole de ses collègues, le comité a rempli son mandat après avoir entendu 13 heures de témoignages livrés par 10 témoins qui se sont fait poser 600 questions au cours des cinq dernières semaines. « Les Canadiens voulaient qu’on se penche sur cet enjeu, comprendre ce qui s'est passé. Nous avons entendu plusieurs des principaux joueurs dans cette affaire […] et il est temps que le comité de la justice revienne à ses travaux [habituels] », a-t-il plaidé. Mme Wilson-Raybould a elle-même été entendue pendant plus de quatre heures, a-t-il rappelé.


Or, à mon avis, il demeure au moins deux questions qui sont restées sans réponse dans cette affaire Premièrement, pourquoi le comité a-t-il accepté d’entendre à deux occasions le greffier du Conseil privé, Michael Wernick, alors qu’il persiste à refuser le même privilège à Mme Wilson-Raibould?


Deuxièmement, considérant que le secret concernant les faits qui se sont passés en dehors de l’affaire SNC-Lavalin n’a pas été levé, notamment la rétrogradation de Mme Wilson Raybould de ministre de la Justice et de procureure générale à ministre des Anciens combattants, est-ce possible que le témoignage acerbe de Mme Wilson-Raibould envers la garde rapprochée de Justin Trudeau, y compris lui-même, eu égard à de l’ingérence agressive dans le dossier SNC-Lavalin, ait contribué à sa rétrogradation?


Des élections sont prévues dans six mois. Les libéraux devaient tourner la page sur l’affaire SNC-Lavalin., et mettre au premier plan le budget Morneau comme manoeuvre de diversion. On verra si leur stratégie électoraliste a porté fruit ou non le jour du scrutin!


Trop-perçus d'Hydro-Québec : La farce a assez duré, M. Legault


« Moi, je pense que la première question qu’on a, c’est à M. Couillard : vous avez collecté, là, vous, et M. Charest, puis un peu Mme Marois, 1,4 milliard $ de trop dans les poches des Québécois pour l’électricité, quand allez-vous remettre cet argent-là ? » François Legault, le 5 avril 2017.


C’est aussi à cette période que la CAQ a déposé une pétition de plus de 48 000 noms exigeant le remboursement des trop-perçus au gouvernement libéral, qualifié de « taxe déguisée, alors que des calculs effectués par le parti démontraient qu’entre 2008 et 2016, les Québécois avaient payé 1,5 G$ de plus que ce qu’ils auraient dû sur leur facture d’électricité, soit environ 350 $ par client. Or, une fois au pouvoir, François Legault argue qu’il n’a jamais promis «en campagne électorale» qu’il rembourserait lui-même cette somme.


Toutefois, un récent sondage Léger démontre sans équivoque que 92 % des répondants souhaitent que le gouvernement caquiste indemnise en tout ou en partie les clients d’Hydro-Québec pour les trop-perçus engrangés depuis des années, les sympathisants caquistes n’étant pas en reste avec 90 % pour l’indemnisation. Selon les dernières données, cette somme équivaudrait à 1,5 milliard $, soit environ 350 $ par client, ce qui n’a pas empêché Hydro -Québec de continuer d’encaisser des trop-perçus de 182 millions $ en 2018.


De son côté, Hydro-Québec soutient, pour l’année 2017, avoir « redonné » la moitié des trop-perçus, soit 43 millions $ sur une somme totale de 90 millions $, en déduisant ce montant de la hausse de tarif demandée pour l’année 2019.


La farce a assez duré, M. Legault. Il est plus que temps que vous soyez conséquent avec votre discours du temps où vous étiez dans l’opposition, et que vous respectiez votre « promesse électorale » à l’effet de remettre de l’argent dans les poches des contribuables…C’est le temps de passer des paroles aux actes, monsieur le premier ministre!


Aucun remboursement rétroactif... 


https://quebec.huffingtonpost.ca/2019/03/19/gouvernement-legault-demande-a-hydro-quebec-de-rembourser-les-trop-percus-a-lavenir_a_23695969/




Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1308 articles

  • 1 169 377

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



1 commentaire