DÉCLIN

L’Amérique traverse un hiver bien sombre

Accb1046419b9f97e5463237f88a6bd7

Géopolitique - États-Unis d'Amérique

L’année 2021 a commencé par des moments sombres et décisifs pour les États-Unis. Le 1er janvier, les Démocrates de la Chambre des représentants ont présenté un nouveau projet de loi qui représente la prochaine étape dans l’abolition des valeurs familiales traditionnelles et des différences de sexe (genre). Les pronoms « il » et « elle » ne seront plus acceptés et ne seront plus utilisés.


Le document enregistré indique :



Dans la clause 8(c)(3) de l’article XXIII, supprimer « père, mère, fils, fille, frère, sœur, oncle, tante, cousin germain, neveu, nièce, mari, femme, beau-père, belle-mère, gendre, belle-fille, beau-frère, belle-sœur », beau-père, belle-mère, beau-fils, belle-fille, demi-frère, demi-sœur, petit-fils ou petite-fille » et insérer « parent, enfant, sibling » [terme médical désignant les enfants nés des mêmes parents, à la fois les frères et les sœurs].



Bien que les Démocrates se soient battus pour cette terminologie dans le passé, il semble qu’elle sera désormais formalisée aux États-Unis au niveau fédéral, et que chaque citoyen sera obligé d’obéir à ces nouvelles règles, bien qu’elles soient contraires au bon sens.


Le 4 janvier, à l’ouverture d’une nouvelle session du Congrès, le terme « awoman » quelque peu étrange a été prononcé à la fin de la prière traditionnelle à la place de l’habituel « amen », ce qui a fait l’objet de discussions bien au-delà des frontières américaines. Cet acte de « neutralité des genres », tel qu’il a été présenté par les Démocrates, était en fait une manifestation de la stupidité, de la médiocrité et de la folie habituelles des politiciens américains qui poursuivent un programme globaliste et néolibéral, estimant qu’il s’agit de la seule forme possible d’organisation politique (qui, de leur point de vue, transforme automatiquement les dissidents et les opposants en « fascistes »« terroristes » et tout simplement en « méchants »).


Les dernières tentatives de Trump pour s’opposer aux Démocrates et mobiliser ses partisans pour contester la victoire de Biden n’ont pas produit le résultat escompté. En fait, il y a eu un schisme au sein du parti Républicain concernant le soutien à Trump.


Les sénateurs Josh Hawley (Missouri) et Ted Cruz (Texas) ont tenté de soutenir Donald Trump au Congrès américain, tandis que nombre de leurs collègues du parti (comme Rob Portman de l’Ohio et Mike Lee de l’Utah) ont pris le parti opposé, qualifiant les revendications de Trump de non fondées.


Il convient de noter que Hawley et Cruz sont des candidats potentiels du Parti Républicain pour l’élection présidentielle américaine de 2024, et que leurs déclarations pourraient être un moyen de gagner le soutien de la partie de l’électorat qui a voté pour Trump.


Toutefois, à la suite des événements survenus au Congrès américain le 6 janvier, Ted Cruz a déclaré que Trump porte une part de responsabilité dans la prise d’assaut du Capitole en raison de sa rhétorique de colère.


De nombreux politiciens américains se sont empressés d’exprimer leur opinion sur l’action sans précédent menée par les partisans de Donald Trump. Des comparaisons avec l’incendie du Capitole par les Britanniques en 1814 aux phrases banales sur la menace pour la démocratie, l’incident a été pour la plupart condamné sans aucune tentative de comprendre la cause ou d’analyser les erreurs.


Avec une certaine originalité, l’ancien président américain George W Bush a déclaré que les États-Unis étaient en train de se transformer en une république bananière. Michael Lind est d’accord avec lui : « Comme s’il fallait une preuve quelconque que les États-Unis sont désormais une république bananière, seuls trois présidents dans l’histoire américaine ont été destitués et deux des quatre derniers présidents ont subit une tentative de destitution par le parti d’opposition au Congrès ».


Contrairement aux anciens et actuels politiciens de haut niveau, Michael Lind a cependant proposé une théorie détaillée de ce qui s’est passé.


Lind estime que les États-Unis connaissent cinq crises simultanées. Outre la prise d’assaut du Capitole le 6 janvier 2021, il mentionne un événement précédent qui a eu lieu le 8 juin 2020, lorsque la police de Seattle a évacué le bâtiment de son commissariat et qu’il y a eu un flottement de près d’un mois entre les anarchistes et le gouvernement. Le problème ne se situe donc pas au niveau du mouvement MAGA lui-même, qui n’est que le reflet de la réalité américaine, y compris la polarisation de la société – ou du moins de ceux qui sont politiquement actifs.


La première crise est politique et trouve ses racines dans les années 70, lorsque de nouvelles règles pour les primaires ont été adoptées. Cela a sapé le système précédent, qui avait limité le pouvoir des présidents, des membres du Congrès et des dirigeants politiques. Aujourd’hui, tout magnat peut facilement se glisser dans les hautes sphères de la politique. Les deux partis se sont également transformés en machines de contrôle politique avec une bureaucratie rigide et vendue.


La deuxième crise est liée à une perte d’identité. Les États-Unis ayant perdu leur sens général du patriotisme, l’identité nationale commune du pays s’est scindée en groupes religieux, en mouvements ethniques et raciaux, et en questions abstraites liées au genre comme les droits des femmes et des LGBT.


La troisième crise est sociale et se manifeste par l’anomie sociale, les activités des médias et la manipulation des masses par des fondations douteuses, comme l’ont fait les Démocrates avec les Antifas et les groupes gauchistes dans tout le pays en 2020.


La quatrième crise est démographique. Le taux de fécondité des Américains est actuellement de 1,77, alors que celui des immigrés est beaucoup plus élevé. De plus, cette baisse du taux est relativement récente. En 2007, il était de 2,12.


La cinquième crise a eu lieu au niveau économique, et les deux partis sont responsables. Au lieu d’encourager les technologies permettant aux travailleurs d’économiser du travail, on a eu recours à des mécanismes d’arbitrage du travail, ce qui a entraîné la délocalisation d’emplois (où les taux de rémunération sont faibles) et un afflux de migrants dans des professions peu rémunérées. Le taux d’emploi dans le secteur privé est également tombé à 6 %, le même chiffre que sous Herbert Hoover.


Michael Lind note un autre fait intéressant : l’attaque du Capitole par les partisans de MAGA s’est produite après que l’entreprise d’alimentation qui possède Vons, Pavilion et d’autres chaînes en Californie ait annoncé qu’elle licenciait ses chauffeurs de livraison à plein temps et les remplaçait par des travailleurs occasionnels.


Toutes les promesses de création de nouveaux emplois mieux rémunérés dans l’« économie de la connaissance » se sont révélées être des mensonges. Par conséquent, Lind pense que la faute n’en revient pas à Trump et à Obama, mais à plusieurs régimes précédents qui ont amené le pays dans cet État.


La corruption est un autre phénomène systémique aux États-Unis qui affecte négativement toutes les sphères de la vie.


Peter Van Buren écrit dans The American Conservative que, en réalité, la corruption aux États-Unis est si énorme qu’il est tout simplement impossible de la combattre. Il mentionne des escroqueries impliquant diverses fondations telles que la Fondation Clinton, qui a pris de l’argent simplement pour organiser des réunions avec Hillary Clinton. Ou l’entreprise familiale des Biden, qui a gagné plus de 15 millions de dollars entre 2016 et 2020. Il existe également toutes sortes de combines de blanchiment d’argent : Joe Biden a reçu 10 millions de dollars en paiement d’un livre que personne n’a lu, par exemple. Joe Biden a également une société de type S qui se soustrait à l’impôt et a fait des dons à son propre Super PAC (comité d’action politique). Et puis il y a Hunter Biden, qui a gagné des millions en Chine et en Ukraine grâce à divers stratagèmes douteux et politiquement limites et qui ne paie pas d’impôts aux États-Unis. Les détails de ses combines ont déjà été révélés par la presse américaine. Il fait actuellement l’objet d’une enquête.


Mais les conservateurs ne sont pas les seuls à parler du niveau incroyablement élevé de corruption aux États-Unis. Même le Financial Times, qui peut difficilement être accusé de sympathiser avec la droite, souligne que la corruption a pénétré dans toutes les sphères d’activité, principalement dans les affaires et la politique. L’article affirme que, grâce au « pacte des entreprises américaines avec le diable », un oligopole s’est formé aux États-Unis et que, par conséquent, il n’existe plus ni démocratie ni forme républicaine de gouvernement.


L’analyse et les opinions des différents auteurs et commentateurs peuvent être colorées par leur parti pris politique, aussi, pour avoir une image complète de ce qui se passe, il est nécessaire de se tourner vers les statistiques.


Une enquête menée par l’Institut des hautes études culturelles de l’Université de Virginie, intitulée « Democracy in Dark Times« , est particulièrement intéressante au regard de ce qui se passe aux États-Unis. Elle s’est concentrée sur la campagne électorale de 2020 et sur la culture politique américaine, mais les questions posées reflètent l’atmosphère générale et les tendances actuelles. Par exemple, la grande majorité a reconnu que les récentes élections étaient entachées de corruption. Ce point de vue a été exprimé par 62 % des Républicains interrogés, 57 % des Démocrates et 54 % des indépendants.


Leonid Savin



Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé