Israël a transformé Gaza en prison

Le rapporteur de l'ONU dénonce la situation que vivent les Palestiniens

Gaza: l'horreur de l'agression israélienne



Reuters - Genève -- Israël a transformé la bande de Gaza en prison où les Palestiniens vivent dans des conditions «intolérables, repoussantes et tragiques», a estimé hier le rapporteur spécial de l'ONU pour les droits de l'homme dans les territoires occupés, John Dugard.
Dans une déclaration au Conseil des Nations unies pour les droits de l'homme, qui devait en débattre dans la journée, Dugard a souligné que les souffrances de Palestiniens étaient un test de la volonté de la communauté internationale de faire respecter les droits de la personne.
Faute d'agir d'une manière ou d'une autre, «elle ne devra pas être surprise si les populations de la planète ne croient pas qu'elle est sérieurement engagée dans la promotion des droits de l'homme», a souligné le juriste sud-africain, qui travaille sur la question palestinienne pour le compte de l'ONU depuis 2001.
«Gaza est une prison dont Israël semble avoir jeté les clés», a-t-il estimé, en soulignant que les trois quarts de son million et demi d'habitants dépendaient de l'aide alimentaire extérieure et que la Cisjordanie faisait également face à une crise humanitaire, bien que de moindre ampleur.
Il a une nouvelle fois denoncé la construction par Israël d'une «barrière de sécurité» censée protéger Israël des attentats en empiétant sur le territoire cisjordanien. «Dans tout autre pays, cette initiative serait présentée comme relevant d'un nettoyage ethnique, mais la rectitude politique interdit de le dire dès lors qu'il s'agit d'Israël.»
Les bouclages et les restrictions aux allées et venues des personnes et des marchandises en Cisjordanie comme à Gaza sont présentés par Israël comme des mesures de sécurité mais ne sont rien d'autre, aux yeux de Dugard, qu'une «punition collective» infligée aux Palestiniens.
Il a en outre critiqué les pays occidentaux qui ont décrété un blocus financier à l'encontre du gouvernement palestinien formé en mars par le Hamas en raison de son refus persistant de reconnaître le droit d'Israël à l'existence.

«Israël viole le droit international tel qu'il est édicté par le Conseil de sécurité et la Cour internationale de Justice» (qui a jugé la barrière de sécurité illégale), mais «c'est le peuple palestinien qui est puni pour avoir démocratiquement élu un régime inacceptable pour Israël, les États-Unis et l'Europe».
Ces pays n'ont pas réagi dans l'immédiat au compte rendu de Dugard, mais, dans le passé, les États-Unis et leur allié israélien ont fermement rejeté ce type d'appréciations, rejetant sur les activistes palestiniens la responsabilité de la situation dans les territoires occupés.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé