Islamophobie : « J’ai peur de l’imam! »

8456d7ec739ad546f27f1b29b9900c15

Tribune libre


Il y a deux semaines de cela, le directeur du Conseil national des musulmans canadiens, M. Ihsaan Gardee adressait une lettre au premier ministre Justin Trudeau dans laquelle il réclamait que le 29 janvier soit reconnu comme « journée nationale de commémoration et d'action contre l'islamophobie ».


Le directeur ne manque pas de culot!


Le directeur du Conseil national des musulmans canadiens, je ne l’ai jamais choisi ni élu.


Père de trois enfants, je suis musulman. Comme d’autres parents, j’ai peur d’envoyer mes enfants à la mosquée. Je ne reconnais plus la religion de ma mère. J’ai peur de l’imam!


Dans les mosquées, on n’enseigne plus la religion, on bourre le crâne d’interdits. Ne fais pas ci, ne fais pas ça! Parfois, ça va plus loin. Certains imams apprennent même aux enfants de ne pas respecter l’éducation des parents, la « loi » d’Allah aurait prééminence.


Le directeur du Conseil national des musulmans canadiens, M. Gardee écrit :


« Avec la montée des groupes extrémistes qui continue de poser une menace à la sécurité des institutions et des congrégations musulmanes canadiennes, il est crucial que nos dirigeants s'opposent fermement contre l'islamophobie et les agents de sectarisme qui cherchent à provoquer une division haineuse entre les Canadiens et les citoyens musulmans ».


Il y a beaucoup d’hypocrisie au monde de l’islamophobie.


Ceux qui tuent le plus des musulmans à travers le monde sont les islamistes. Hier encore à Kaboul, une centaine de personnes ont été tuées. Selon the Institute for Economics and Peace’s annual Global Terrorism, 77 pays ont été l’objet d’attaques djihadistes depuis 2001. Selon ce même rapport, 25 673 personnes ont été tuées dans des attaques terroristes en 2016.


Si nous avons besoin d’une journée pour lutter contre la division haineuse entre les Canadiens, c’est une journée contre l’islamisme qui tue indistinctement de leur confession religieuse les Canadiens et les Québécois.


Je n’ai pas peur de l’islamophobe de demi-sous-sol. Par contre, j’ai vu les dégâts de l’islamisme dans mon pays, dans les pays environnants, dans les esprits et le cœur de la jeunesse arabe. Je ne veux pas de ça ni au Canada ni au Québec.



Victor Marwah, acteur communautaire et interculturel



Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé