Réduction des émissions de GES

Harper rate la cible... encore une fois!

Tribune libre

Sans grande surprise, le gouvernement Harper ne sera pas au rendez-vous prévu pour le 31 mars 2015 malgré l’engagement pris en décembre, lors du sommet international de Lima en décembre 2014, par plusieurs des pays qui négocient l’accord de lutte contre les changements climatiques qui sera signé à Paris cette année.

De l’avis d’Hugo Séguin, chargé de cours à l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke et spécialiste des négociations climatiques, il ne s’étonne pas du retard du gouvernement Harper : «Le Canada ne fait pas grand cas de sa responsabilité dans le dossier des changements climatiques. Il est donc cohérent avec lui-même. Il ne démontre pas un grand leadership en ne respectant pas cette première échéance des Nations unies.»

Et, de poursuivre M Séguin : «Peu de gens s’attendent à ce que la première ronde de contributions soit à la hauteur des enjeux. Il y aura moins d’engagements de réduction que ce qui est nécessaire et il y aura moins d’argent que ce qu’il faut pour s’adapter aux changements climatiques.» Les mois qui nous séparent du sommet de Paris, en décembre, doivent justement servir à négocier les moyens d’atteindre «l’effort nécessaire». Dans ce contexte, tout retard pénalise la négociation.

Ce n’est pas la première fois que Stephen Harper fait preuve de désaveu et de mépris devant l’ampleur des changements climatiques provoqués par les GES… Sans doute que, par les temps qui courent, il est davantage préoccupé par ses politiques militaires d’envahissement de la Syrie, une stratégie qui lui confère une visibilité propice à une campagne électorale partisane de laquelle «notre chef des forces armées» tirera un malin plaisir!

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1426 articles

  • 1 094 698

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé