Forces policières

GRC : un rapport accablant

Exemples de discrimination et de harcèlement cités dans le rapport

Raison du refus:
Résumé d'un article déjà existant. Merci de votre compréhension.

 




Des femmes brillantes, instruites qui racontent qu’elles ont rejoint la Gendarmerie royale du Canada (GRC dans le but d’aider les autres, parfois parce qu’elles avaient elles-mêmes eu besoin d’aide lorsqu’elles étaient jeunes. Or plusieurs de ces femmes, aujourd’hui, dénoncent la misogynie systémique, la violence et les agressions sexuelles avec ou sans pénétration, de fréquents jurons et expressions très dégradantes faisant référence au corps des femmes, des blagues sexuelles, des insinuations, des commentaires discriminatoires à l’égard des capacités des femmes, des attouchements sexuels non désirés etc…

C’est en partie ce que révèle le rapport de l’ancien juge de la Cour suprême, Michel Bastarache, intitulé Rêves brisés – Vies brisées dans lequel l’auteur dénonce la « culture toxique » qui tolère les attitudes misogynes et homophobes au sein de la GRC.

Ces femmes harcelées sexuellement vivent pour la plupart des traumatismes profonds qui risquent parfois de les pousser à commettre l’irréparable. Une situation vertement dénoncée par M. Bastarache qui exhorte le gouvernement fédéral à prendre rapidement des « des mesures importantes et radicales» pour s’attaquer à un problème qui crée des dommages incalculables aux femmes membres de la GRC. » 

Aux yeux de l’auteur du rapport, les changements nécessaires pour palier ce fléau gangréneux devront être proposés par «des sources externes», M. Bastarache ne croyant pas que la GRC puisse « se réinventer d’elle-même » et estimant que le corps de police ne parvient pas à «reconnaître les origines systémiques et internes» de son approche envers les femmes… Place à des mesures concrètes destinées à intégrer la notion de dignité des femmes qui s’enrôlent dans ce cops de police pour faire respecter, entre autres, les droits de toutes les citoyennes et de tous les citoyens.

Exemples de discrimination et de harcèlement cités dans le rapport

Le refus d'un instructeur masculin de former convenablement une recrue spécifiquement parce qu'elle est une femme;

L'impossibilité de suivre un cours de formation continue par mesure de représailles pour avoir refusé une relation sexuelle avec un superviseur;

Des insultes venant d'un superviseur lors de l'annonce d'une grossesse;

Des représailles pour avoir porté plainte pour harcèlement;

L'absence ou la quasi-absence de conséquences pour un collègue reconnu coupable de harcèlement;

Des injures sexistes, des commentaires sur le physique et des attouchements non sollicités;

La menace de ne pas envoyer de renfort à une collègue sur le terrain;

Des agressions et des viols, notamment lors des examens médicaux.

https://www.msn.com/fr-ca/actualites/maritimes/harc-c3-a8lement-c3-a0-la-grc-lex-juge-bastarache-livre-un-rapport-d-c3-a9vastateur/ar-BB1baU7H


Henri Marineau, Québec

 


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1579 articles

  • 1 127 465

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé