François Legault, maître en son royaume

9f1be0d22fad13333ff4a5024f4f4485

Le modèle d'assimilation redynamise la question nationale


S’il est un élément frappant dans la présente campagne fédérale, c’est le rôle qu’y a joué François Legault. Officiellement, le premier ministre avait annoncé qu’il ne s’en mêlerait pas. Et de fait, au sens strict, il n’a donné aucune consigne de vote.


Mais cela ne l’a pas empêché, dans les faits, d’occuper tout l’espace politique possible en imposant ses priorités dans cette campagne, et en obligeant les partis canadiens à tenir compte, à tout le moins dans leur rhétorique, des intérêts du Québec, qu’il a su définir concrètement.


Nationalisme


Certains s’en émeuvent. François Legault aurait dû, selon eux, se faire tout petit et se comporter comme un premier ministre provincial sans trop d’ambition.


Erreur.


François Legault, manifestement, se perçoit comme le chef d’une nation. Surtout, les Québécois le voient ainsi. Ils misent sur lui pour défendre leurs intérêts, et plus encore, leur identité.


Il faut dire que François Legault a su imposer une nouvelle donne. Ni souverainiste ni fédéraliste soumis style Philippe Couillard, il oblige les partis fédéraux à tenir compte de ses exigences. Les chefs fédéraux le craignent. En politique, cela vaut beaucoup plus que d’être aimé.








Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.





Certains se surprennent que la loi 21 ait joué un tel rôle dans cette campagne. Ils ne comprennent rien au Québec. La question identitaire est fondamentale, vitale, essentielle. C’est à travers elle que nous avons rompu symboliquement avec le multiculturalisme canadien. Et les Québécois n’acceptent pas que les fédéraux viennent nier leurs choix fondamentaux.


Laïcité


Comment ne pas penser à ces analystes qui, depuis 2012, nous ont expliqué que la question identitaire n’était pas payante, ou qui parlaient même du triste-épisode-de-la-Charte-des-valeurs ? Aujourd’hui, la médiocrité de leurs analyses se confirme.


C’est la question identitaire qui mobilise les électeurs, qui les sort de leur léthargie, qui les amène à renouer avec un nationalisme militant. La suite pourrait être intéressante.