Évidemment, le Canada n'est pas neutre

Tribune libre


Pourquoi passer d'une simplification outrancière à une autre simplification outrancière sise aux antipodes?
Évidemment, le Canada n'est pas neutre par rapport aux USA. Même le monde arabe le sait, figurez-vous. On a beau être barbare et ignorant! Le Canada est membre de l'Otan depuis sa fondation. Le Canada permet (?) aux navires de guerre US d'utiliser le passage du Grand Nord. Le Canada met des observatoires sur le sol canadien à la disposition des USA. Les services secrets des deux pays collaborent plutôt intimement. Même ces terroristes ignares du hezbollah savent cela.

Mais il n'est pas demandé non plus au Canada de devenir neutre. Il est évident que l'importance, en pourcentages et en chiffres absolus des échanges commerciaux entre les deux pays, la longueur interminable de leur frontière commune (la plus longue du monde, si je ne me trompe), le degré d'intégration des deux économies, le volume des investissements de part et d'autre (surtout de l'autre) rendent cette neutralité impossible, et toute velléité d'y parvenir, illusoire.

Non. Ce qui est demandé au gouvernement Harper, c'est ce qui a été poursuivi depuis Lester B. Pearson, avec des pointes aiguës sous Trudeau, puis sous Chrétien. Le premier a pris l'initiative de reconnaître la Chine pour le plus grand bien des USA, soit dit en passant. Le deuxième a refusé d'entériner l'invasion de l'Iraq. L'Histoire, souvent facétieuse, montrera peut-être un jour qu'il aura rendu un signalé service au voisin aveuglé par sa toute-puissance. Mais, qu'a donc fait Lester B. Pearson de si exceptionnel? Il s'est tout simplement efforcé de préserver une certaine distance, une mince nuance, une pelure d'oignon en quelque sorte, entre notre politique étrangère et celle de notre éléphant (c'est Trudeau, pas moi, qui le nomme ainsi) de voisin.

Cette pelure d'oignon si mince soit-elle, a deux fonctions essentielles pour le Canada et les Canadiens bien pensants.
1- Sur le plan intérieur, avec le fait français que certains Canadians s'obstinent suicidairement à rétrécir, et l'importance accordée au filet social que d'autres Canadians tout aussi suicidaires veulent supprimer (c'est souvent les mêmes, d'ailleurs), cette pelure d'oignon permet, sur le plan interne, de donner aux Canadiens le sentiment d'être distincts de leurs voisins. Ce sont là les trois éléments qui font du Canada, par rapport aux USA, une «société distincte». Comme on le voit, ce n'est pas beaucoup. C'est d'autant plus précieux.
2- Sur le plan externe, cela nous permet, alors même que notre proximité politique des USA est notoire, de jouer un rôle de tampon, d'intermédiaire. Par exemple, nous pouvions envoyer, sans inquiéter les USA, des contingents de gardiens de la paix là où des GIs auraient été perçus comme des envahisseurs : Afghanistan jusqu'à ces derniers mois, Chypre, Sud-Liban, etc. Ce rôle international, les USA le trouvaient tout à leur avantage et l'avaient, non avalé de travers, mais bel et bien avalisé. Parce qu'il leur était utile. Ils pouvaient ainsi être présents discrètement, par personne interposée, là où ça pouvait être utile. Cela faisait aussi l'affaire des parties belligérantes. Quand elles ne pouvaient pas faire autrement que d'accepter un contrôle ou un regard américain, on leur sauvait la face en leur envoyant des Canadiens, moins compromettants.

Malheureusement, ces subtilités diplomatiques n'étaient pas à la portée du cow-boy texan qui, trop isolé lors de l'invasion de l'Iraq, a mal digéré les velléités autonomistes de Chrétien. Qui aurait pu lui être très utile comme intermédiaire auprès de la France, pourtant. Mais il était -l'est-il encore?- conseillé par un thing tank de néo-con d'une arrogance démesurée, et incapables de comprendre un autre langage que le bras de fer et la violence. Ils se nommaient Perle, Abrams, Wolfofitz, Lewis, etc.

Le drame de Harper est multiple.
1- Il récite une leçon : Le droit d'Israël à se défendre. Y compris avec son armement nucléaire? Le Hezbollah, un cancer terroriste. Même avec onze députés élus démocratiquement et deux ministres au cabinet pro-américain du Liban? Une réponse mesurée. Celle qui a détruit totalement le pays en 23 jours et fait un millier de morts à 95% civils?
2- Il est incapable de nuances, parce qu'il est incapable de penser le Moyen Orient qu'il ignore TOTALEMENT.
3- Il a décidé que ce serait SA politique étrangère, non celle des diplomates professionnels formés pour la formuler et la proposer.
4- Il n'a pas compris que le temps de l'arrogance était révolu. Il suffit de voir la publicité sioniste dans les quotidiens montréalais de samedi pour s'en apercevoir.

En un mot comme en mille. Il a fait la preuve par 9 de son incompétence. Dans un pays normal, il démissionnerait illico pronto.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé