Défilé de la Fierté: MacKay ira à Toronto, mais pas O’Toole

80cab602cf1a0f0a0ebc6efdcffe5de6

MacKay se soumet au lobby LGBT


(Ottawa) Peter MacKay ira au défilé de la Fierté de Toronto pour s’élever contre les « tyrans et les fanatiques » qui oppriment la communauté LGBTQ2. Erin O’Toole, lui, marchera dans les défilés de la Fierté, mais pas celui dans la capitale ontarienne.


Les deux candidats déclarés à la chefferie du Parti conservateur ont signalé mardi sur Twitter leur différence d’approche face à l’événement, qui se tiendra le lendemain du choix du nouveau leader de la formation, soit le 28 juin prochain.


Le premier à afficher ses couleurs, Peter MacKay, a cherché à marquer une rupture avec l’héritage des deux précédents leaders du parti, Stephen Harper et Andrew Scheer, en s’engageant à participer au défilé de la Fierté de la Ville reine.


« Les défilés de la fierté sont importants », a écrit dans un message en français publié sur Twitter celui qui est pour l’heure considéré comme le favori pour succéder à Andrew Scheer à la barre du navire conservateur.


 


« Nous vivons dans un monde où l’orientation sexuelle et l’identité de genre sont encore utilisés par des tyrans et les fanatiques pour rabaisser et opprimer », a souligné Peter MacKay.


 

Le candidat MacKay laisse entendre qu’il s’attend à ce que sa décision soulève son lot de critiques.


« Le fait que certaines personnes vont condamner cette déclaration parle plus (sic) que n’importe quel argument que je pourrais évoquer à propos de l’importance pour le prochain chef du Parti conservateur de suivre les traces de Rona Ambrose », a-t-il noté.


La leader intérimaire de la formation avait participé au défilé torontois en août 2016.


Peu après la publication de ce gazouillis, c’était au tour d’Erin O’Toole, qui a lancé sa campagne lundi dans une vidéo relayée sur les réseaux sociaux, de faire part de ses intentions.


« En uniforme, j’ai défendu les droits de tous les Canadiens au Parlement, j’ai toujours voté pour la liberté et l’égalité. En tant que chef du Parti conservateur, je participerai aux défilés de la fierté. Je ne participerai cependant pas à celui de Toronto », a-t-il écrit.


 


Car celui de la métropole a comme politique « d’exclure les Canadiens, en particulier les policiers en uniforme », et « leur position regrettable est incompatible avec les principes d’inclusivité et d’égalité de tous les Canadiens », a ajouté l’ancien militaire.


L’attaché de presse du député a précisé à La Presse que ce dernier faisait référence à la politique des organisateurs du défilé torontois de ne pas permette aux policiers en uniforme de prendre part à l’activité.


La députée conservatrice Marilyn Gladu, qui brigue aussi la chefferie conservatrice, a pour sa part fait état de son intention d’être aussi de la partie. « Oui, je vais participer, que je gagne ou non (la course) », a-t-elle écrit dans un courriel à La Presse.


Le chef conservateur démissionnaire Andrew Scheer a toujours refusé de participer à ces marches. Il avait plutôt l’habitude d’y déléguer des députés, tout comme le faisait Stephen Harper avant lui.


Pendant la campagne électorale, Andrew Scheer a été talonné sur sa position sur le mariage entre personnes du même sexe. Jamais n’a-t-il voulu préciser s’il était en faveur de ces unions.


Le prochain chef du Parti conservateur sera choisi la veille, soit le 27 juin.