Coronavirus: pas de mesures draconiennes d'Ottawa

744e874913aebcb60e1d16164017e729

Trudeau est un irresponsable qui fait porter le fardeau de l'épidémie à la population au lieu d'agir en homme d'État


OTTAWA | Pendant que Québec et Montréal annonçaient d’imposantes mesures pour freiner la propagation du coronavirus, jeudi, Ottawa n’avait rien à offrir de nouveau et de concret.


Pourtant, l’administration Trump a fait monter la pression d’un cran, mercredi soir, en annonçant qu’elle fermait la frontière américaine aux voyageurs venant d'Europe pour 30 jours.


«La décision des États-Unis est évidemment significative pour le Canada», s’est contentée de dire la vice-première ministre Chrystia Freeland, jeudi, en soulignant que 400 000 personnes traversent la frontière américano-canadienne chaque jour.


Pour le reste, elle a indiqué qu’elle s’était entretenue avec des représentants de l’administration Trump et que les discussions étaient jusqu’ici «positives».


Le gouvernement Trudeau refuse toutefois d'énoncer clairement s’il compte emboîter le pas aux États-Unis ou s’il craint que l'accès soit aussi bloqué aux ressortissants canadiens.


Le comité spécial du conseil des ministres mis sur pied pour répondre à la pandémie de coronavirus s’est pourtant penché sur la question, jeudi.


Sans effet sur le trafic aérien?


Selon un expert consulté jeudi, la décision de l’administration Trump n’aura pas pour effet de rediriger des vols européens vers le Canada. «Vous ne pouvez pas aller aux États-Unis si vous êtes passés par l’espace Schengen dans les 14 derniers jours. Ça ne sert à rien d’essayer de passer par le Canada», a expliqué Mehran Ebrahimi, professeur à l’UQAM au département de management et technologie.


Quoi qu’il en soit, la pression continuait de s'accroître, jeudi, pour qu’Ottawa resserre ses mesures de contrôle aux frontières. Les partis d’opposition aux Communes ont tour à tour exigé un plan d’action et l’Assemblée nationale, à Québec, a adopté à l’unanimité une motion en ce sens.


Les libéraux rétorquent que les mesures mises en place dans les aéroports internationaux, aux points d'entrée routiers, maritimes et ferroviaires sont déjà adéquates.


«Laissez-moi vous assurer que nous avons des mesures très efficaces et augmentées de détection pour toutes les personnes qui ont voyagé dans des régions touchées et pour toutes les personnes qui peuvent entrer au pays et qui sont asymptomatiques», a martelé le ministre de la Sécurité publique, Bill Blair.


Le bureau du premier ministre Trudeau a précisé que les voyageurs revenant d’Italie ont été ajoutés jeudi matin à ceux à qui l’Agence des services frontaliers du Canada porte une attention particulière. Ils se concentraient auparavant sur ceux venant de l’Iran et de la province du Hubei, en Chine, premier foyer d’infection de la COVID-19.