CAQ: la lune de miel est terminée?

54c6c875fc3e9a8234874683e59c3a82

À force de demi-mesures, la CAQ parviendra à mécontenter tout le monde


 « Tout ce qui monte redescend » est l’une des lois fondamentales de la physique. 


 Mais c’est aussi l’une des lois fondamentales de la politique. 


 On n’a qu’à regarder la CAQ pour s’en convaincre... 


 UN GOUVERNEMENT ENTÊTÉ 


 Est-ce la fin de la lune de miel entre les Québécois et le gouvernement Legault ? 


 Il est, bien sûr, trop tôt pour le dire. 


 Mais disons que le ciel est moins bleu qu’il ne l’était. 


 Comme dirait Brigitte Bédard : « On annonce des risques d’averses avec des vents violents. » 


 Plusieurs nuages se pointent à l’horizon. 


 1) Cette réforme de l’immigration qui a semé la consternation chez les étudiants étrangers. Certes, le gouvernement a reculé (entre vous et moi, il n’avait pas le choix). 


 Mais personne au sein de la CAQ n’avait prévu cette levée de boucliers ? En tirant ainsi le tapis sous les pieds de centaines d’étudiants qui ont choisi – en toute bonne foi – de s’établir ici, le gouvernement Legault a juste semblé manquer terriblement de compassion. 


 2) Le pot à 21 ans. Vraiment ? C’est correct de se saouler la gueule, mais de grâce, ne fumez pas de mari ? Vous pensez vraiment que les jeunes vont attendre 21 ans pour acheter du pot ? 








Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.





 Si oui, donnez-moi le numéro de téléphone de votre pusher, vous en fumez du bon. 


 Là encore, il s’agit d’une décision purement idéologique, qui ne tient pas compte de la réalité. 


 INCOHÉRENCES 


 3) La loi 34 qui permettra à Hydro-Québec d’ajuster ses tarifs au niveau de l’inflation... alors qu’au cours des quatre dernières années, les tarifs d’électricité étaient en deçà de l’inflation ! 


 Encore une fois, cette loi est décriée par tout le monde, mais le gouvernement s’entête – allez savoir pourquoi. 


 4) Diminuer le nombre d’immigrants, alors que la plupart des PME disent au contraire qu’il faut plus d’immigrants ! 


 « Nous abaisserons les taux à 40 000 immigrants par année », dit le premier ministre. D’où sort-on ce chiffre ? Pourquoi pas 35 000 ? Ou 45 000 ? 


 5) Un test des valeurs qui ne prouve rien et ne sert à rien. Vous pensez que les gens qui croient que les femmes sont inférieures vont l’écrire dans un test ? Les narcotrafiquants répondent-ils « Oui » lorsqu’on leur demande s’ils transportent de la drogue ? 


 6) Cette volonté d’offrir des services uniquement en français aux nouveaux immigrants. Alors que le gouvernement a répété qu’il ne fallait pas que la maîtrise du français soit une condition sine qua non à la sélection d’un travailleur étranger ! 


 Comme mon confrère Jonathan Trudeau l’a fort bien démontré dans sa chronique hier, cette politique est totalement incohérente. 


 ÇA SENT LE BRÛLÉ 


 Ajoutez à tout ça des députés caquistes qui sont à bout de souffle tellement on leur demande d’accélérer la cadence, et vous vous retrouvez avec un bateau qui prend l’eau de tous bords, tous côtés. 


 Je croyais que la CAQ carburait au « gros bon sens », que c’était un gouvernement pragmatique, qui n’avait pas la tête dans les nuages, mais les deux pieds sur le plancher des vaches. 


 Or, comme plusieurs personnes l’ont dit ces derniers jours, on a de plus en plus l’impression que c’est un gouvernement entêté qui carbure à l’idéologie. 


 Il n’est pas trop tard pour changer le cap.



À VOIR AUSSI