Canadiens morts dans un écrasement d'avion: Ottawa demande des réponses

7692799d59b2faffc0b0c9200258ebab

L'Iran refuse toute collaboration avec Boeing


OTTAWA | Le premier ministre Justin Trudeau assure que tous les efforts sont déployés pour faire la lumière sur les causes de l’écrasement d’avion dans lequel 63 Canadiens ont perdu la vie, en Iran. 


Parmi les 176 personnes mortes à bord du Boeing 737 de la compagnie Ukraine International Airlines qui s’est écrasé mercredi matin, 138 se dirigeaient en direction du Canada, a précisé M. Trudeau. 


«Les Canadiens ont des questions et ils méritent d'avoir des réponses», a dit le premier ministre. Il a indiqué qu’Ottawa sommerait l’Iran de mener une enquête en profondeur sur la tragédie et d'y impliquer les autorités canadiennes. 





AFP




M. Trudeau a affirmé qu’aucune hypothèse sur les causes de l’écrasement d’avion n’est pour l’heure écartée, dans un premier point de presse depuis que les tensions entre l’Iran et les États-Unis se font sentir en Irak. 


On ne sait toutefois pas si l’accident mortel a quelque chose à voir avec les hostilités entre Iraniens et Américains, a précisé le ministre des Transports Marc Garneau. 


«On sait que quelque chose de soudain s’est produit, mais on ne connaît pas la cause. C’est important à ce moment-ci de ne pas spéculer», a-t-il dit. 





AFP




Les tensions entre l'Iran et les États-Unis se manifestent en Irak depuis la semaine dernière, quand les Américains ont assassiné par drone le général iranien Qassem Soleimani. Les forces iraniennes ont répliqué, mardi soir, en envoyant une vingtaine de missiles balistiques vers des bases irakiennes utilisées par des troupes américaines et des militaires de la coalition internationale, incluant des Canadiens. 


Mercredi, M. Trudeau a confirmé que des soldats canadiens se trouvaient sur une des bases visées au moment de l’offensive, ajoutant qu’ils étaient tous en sécurité. 


Le premier ministre canadien a condamné l’attaque par missiles de l’Iran, mais s’est gardé de commenter le bien-fondé ou non des frappes américaines. Le président des États-Unis Donald Trump soutient que l’assassinat du général Qassem Soleimani a été commandé parce que celui-ci planifiait une offensive imminente. 


«Les Américains ont pris une décision basée sur leur propre analyse de la menace», s’est contenté de dire M. Trudeau. 





AFP




Un peu plus tôt mercredi, le drapeau canadien a été mis en berne au sommet de la tour de la Paix, sur la colline parlementaire. 


Parmi les 63 victimes canadiennes dans l’écrasement d'un Boeing 737 de la compagnie Ukraine International Airlines, plusieurs résidaient à Montréal. 


Au total, 176 personnes, passagers et membres d'équipage ont perdu la vie dans l’écrasement du vol PS752. Une trentaine de personnes venaient de la région d'Edmonton, la capitale de l'Alberta. 


Outre les 63 Canadiens, 82 Iraniens, 11 Ukrainiens, 10 Suédois, quatre Afghans, trois Allemands et trois Britanniques ont perdu la vie.