Avance Hercule!

Le temps presse de se reprendre en main. Qu’attendons-nous?

Tribune libre

Ce mauvais jeu de mots prend tout son sens actuellement. Quand je lis des textes dans Vigile qui soient un peu musclés, incitatifs à de l’action, il y a toujours des « oui mais », des .pt’être bin qu’oui, pt’être bin qu’non ». Des vrais canadiens-français soumis qui prônent la parlotte nationale plutôt que l’action tout en parlant d’indépendance bien sûr !...mais il ne faut surtout pas parler trop fort pour ne pas déranger, il ne faut pas non plus utiliser des expressions choc pour justement ne pas choquer. Il faut faire l’indépendance mais dans la douceur, dans la ouate. Cette indépendance là est un véritable projet onirique
"Jeanne du Lys" ? J’ai récemment entendu ce nom mais je ne sais trop de quoi il s’agit. Certains disent que c’est un nouveau parti politique ? Je ne sais pas. Si quelqu’un peut m’éclairer à ce sujet, j’apprécierais. Le Parti Indépendantiste lui, est un véritable parti, ayant pour but premier l’indépendance, enregistré par le DGE mais "Jeanne du Lys" ??? C’est peut-être une diversion des fédérastes, ils en sont bien capables, pour noyer le poisson.
On me parle souvent de la division des votes et je le comprends. Quand je parle du P.I. j’ai toujours cet argument. Le P.I. va diviser les votes. C’est vrai et c’est faux en même temps. C’est vrai dans le sens mathématique du terme, les votes du P.I. seront certainement les votes des mécontents, des déçus du P.Q. et croyez-moi, ils sont légion. C’est faux dans le sens où voter pour le P.Q. c’est voter pour la continuité, le statu quo, pour le P.Q. (Province de Québec), c’est d’une manière détournée, voter pour l’incrustation au Canada. Vous savez comme moi qu’à moins d’un retournement spectaculaire, inattendu, extrêmement improbable, le P.Q. ne fera pas l’indépendance. Il va peut-être en parler un peu, histoire de conserver quelques nostalgiques de cette option mais va rentrer dans le rang canadien, ce qu’il fait depuis Lucien Bouchard. René Lévesque était un vrai, un tribun mais aussi un naïf, il s’est fait avoir et on s’est fait avoir en même temps. Jacques Parizeau était aussi un vrai, il l’est toujours d’ailleurs. À l’époque où le P.Q. était en pleine débandade, il lui a fait remonter la pente, il a fait un référendum qu’on a presque gagné s’il n’avait pas été volé. La "gang" à Lucien Bouchard l’a poussé dehors. Lucien Bouchard a pris la place. Après le référendum, il aurait pu, il aurait dû entamer une action en justice pour ce référendum volé. Il s’en est abstenu. Le scandale des commandites n’était qu’un petit aperçu des malversations fédérales. Lucien Bouchard est un avocat, il savait ça, pourquoi ne l’a-t-il pas fait ? Vous ne trouvez pas étrange qu’il ait démissionné tout de suite après les cinq ans requis avant qu’il y ait prescription ? Après ces cinq ans, il n’est plus possible de poursuivre. Ça tombé à l’eau. Bien sûr !

Les Landry, Boisclair et Marois ont toujours repoussé de la main cette option, de crainte de ne pas gagner les élections, de peur d’avoir peur. "oui mais les gens ne veulent pas entendre parler de ça !..." On parlait continuellement de référendums jusqu’à en blaser l’opinion publique. Ce n’est pas de référendum dont il faut parler mais d’indépendance, du pourquoi de cette option. Comme si cette option devait être à la remorque d’une opinion publique victime de la propagande hypnotisante et continuelle du fédéral. À part René Lévesque et Jacques Parizeau, personne au P.Q. n’a voulu parler à la population du pourquoi de l’indépendance. Ne le sachant pas, qui veut embarquer dans ce bateau ?....personne ! Et voilà le P.Q.
Le P.I. ne divise pas le vote dans le sens qu’il va aller chercher l’appui de ceux qui désirent vraiment l’indépendance. On doit expliquer qu’il faut être maître chez-nous si on veut se développer sainement, sans les éternelles chicanes constitutionnelles, sans l’attitude de quêteux à la Charest, sans laisser la moitié de nos taxes à d’honteux profiteurs tout en étant en manque d’argent frais. La difficulté majeure pour le P.I. est justement celle que plusieurs personnes m’ont exprimée : ça va diviser les votes ! J’ose croire que le public a une intelligence suffisamment développée pour comprendre ces notions. de l’autonomie intrinsèque, fondamentale, vraie. Voter P.Q. c’est actuellement pas mieux que de voter A.D.Q. C’est un vote non motivé réellement, c’est un vote à l’encontre des libéraux, ça n’a plus rien d’indépendantiste.
Le temps presse de se reprendre en main. Qu’attendons-nous ?
Ivan Parent

Featured a3e971571ab3c25a01e01d56d6b9d9d3

Ivan Parent403 articles

  • 348 488

Pianiste pendant une trentaine d'années, j'ai commencé
à temps partiel d'abord à faire du film industriel, de la vidéo et j'ai
fondé ma compagnie "Les Productions du LOTUS" Les détails seront visibles sur mon site web.
Site web : prolotus.net





Laissez un commentaire



4 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    1 août 2008

    M. Marcel Haché écrit : «En terminant,on peut remarquer que le P.Q.,en remisant son option,en l’ajournant pour longtemps»
    Réponse : Le PQ de Mme Marois n'a pas du tout remisé son option. Le PQ ne s'oblige pas à tenir un référendum rapidement mais elle n'y renonce pas. Est-ce que vous appréciez tout le subtilité de la différence ? Faudrait bien! Sinon, vous n'êtes pas seul dans votre cas.

  • Archives de Vigile Répondre

    1 août 2008

    Vous avez bien raison,M.Parent.Mais il est bien difficile de s'adresser aux indépendantistes.Ils ne sont pas encore regroupés.Il suffit que le mot P.Q. ou Marois soient prononcés pour qu'aussitôt les cartons sortent:des cartons annotés "bashing"
    Il y a un peu d'inquisition dans le procédé.
    En somme,il s'agit moins d'attaquer le P.Q. que de s'adresser aux indépendantistes du P.Q.Car avant de pouvoir se lancer à la conquête des fédéralistes et même... des confédéralistes,les indépendantistes devront parler d'une seule voix.
    En terminant,on peut remarquer que le P.Q.,en remisant son option,en l'ajournant pour longtemps,prive ses supporteurs de pouvoir débattre.Et, à l'égard de notre cause,c'est malheureusement la contrepartie de son refus de combattre.
    L'inévitable division du vote n'est pas une considération véritablement sérieuse si on prend en compte la position réelle du P.Q. ET à l'Assemblée Nationale,ET, même , dans les sondages.
    Le temps devrait être propice à débattre.

  • Sylvie Tremblay Répondre

    31 juillet 2008


    Bonsoir à vous monsieur Parent,
    Pour en apprendre davantage sur le parti Jeanne du Lys vous pouvez consulter ma fiche sur la tribune libre de Vigile, Sylvie R. Tremblay,voir(T).
    Pour ce qui est des diversions fédérales, n’ayez vraiment mais, vraiment aucun doute nos idées et projets ne plairaient sûrement pas au fédéral. Ça commence par l’indépendance, pas trop de négociations possibles, on s’arrangera avec les détails et les virgules après l’expropriation. Jeanne du Lys c’est pas le(...)...pas de niaisage avec la ’’poque.’’ De plus il est sûr que le fédéral n’aimerait pas notre plate-forme électorale qui est déjà défini pour tous les ministères. Il y en n’a beaucoup trop (plus payant pour les ministres ou quoi ?)
    C’est quoi la déférence entre ministre de l’emploi et le ministre du developpement économique ? Le developpement économique du Québec ça comprend pas l’emploi ???
    Quoi qu’il en soit, c’est une drôle de coincidence que vous parliez aussi de Jacques Parizeau dans votre article, car c’est exactement lui dont j’aurais besoin comme Ministre de l’économie(englobant : innovation, import-export, emploi).
    J’aurais plein de nouveaux projets pour lui, ÉOQUÉBEC, il faudrait nationaliser( hydro est trop puissant complètement à part, nouvelle société) l’énergie éolienne (et quelque chose de plus démocratique pour les régions). Pourquoi on donnerait les profits de nos ressources naturelles à une couple de gens d’affaires alors que l’on nous fait attendre 12 heures pour rencontrer un medecin ? Les ressources appartiennent à tous les québécois.
    Honda on mit au point la voiture a hydrogène, elle atteint 165 KM/hr elle roule comme une voiture standatd, même confort et grosseur. Et on fait le plein comme présentement sauf que c’est des pompes à hydrogène plutôt que de pétrole.
    Ce qui est formidable c’est que (sous toute réserve) l’hydrogène ne ferai aucune polution, elle ne rejetterait que de la vapeur. Alors c’est très bleu, comme le Québec. Jamie Lee Curtis a réservé la première chez Honda . Il faudrait négocier avec Honda on offre de commencer les premières stations à oxygènes aux mondes, c’est tout, ils payent toutes leurs affaires et pas de subvention.
    Donc une autre société d’état les stations service à hydrogène. Après( les ventes devrant être au 1)Québec, 2)Californie, 3)Amérique du sud, 4)France, 5)reste des USA, etc.) alors on n’ira installer les premières stations à hydrogène dans ces pays. Comprenez que ça me prendrait quelqu’un de solide et très talentueux en économie pour réaliser tout ça.
    Présentement personne ne veut des usines de voiture à hydrogène. Les arabes ? Bush ? Harper ? Alors il faudrait négocier avec Honda qu’ils viennent s’installer ici en région ou il y a eu perte d’emploi, peut-être même deux usines sur le territoire du Québec. C’est au Québec qu’on n’aurait la première usine d’auto 100% verte,(sous toute réserve...)
    Quoi qu’il en soit ne vous inquiètez pas le parti Jeanne du Lys est encore, pour le moment, un parti chaste et pur, très ’’québecisé’’ et pas à vendre.
    On n’aime trop la liberté d’être qui ont n’a envie d’être, qui l’on n’est et comme l’on naît en réalité mais, on ne le sait pas.
    D’ailleurs je confronte un obstacle important qui déterminera l’angle de construction interne du parti, ses bases. J’y réffléchi et je vous enverai bientôt celui-ci. Vigile me semble parfois la table de réunions de grands sages...je trouve intéressant d’avoir tout ces différents points de vue. Vive la démocratie ! J’aurai sûrement de bons conseilers...
    Au plaisir, Sylvie R. Tremblay Jeanne du Lys

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    31 juillet 2008

    Monsieur Ivan,
    Merci de présumer, en général, que l’intelligence des lecteurs approche la vôtre. Mais justement à cause de ça, comment n’avez-vous pas compris vous-même qu’il ne suffit pas pour convaincre, de se constituer en propagandiste du PI, c’est-à-dire de dénigrer ad nauseam le Parti déjà à l’Assemblée, par des prévisions de boule de cristal(ne fera pas l’indep, leurera les nostalgiques). Quand vous dites que le loufoque Jeanne-de-Lys serait une diversion des fédés, vous ne faites que l’ajouter à la liste de Michel G qui en a nommé trois, récemment : PI, QS, ADQ : reconnaissables parce qu’ils n’ont qu’une cible : P.Q. ; peu d’attaques aux fédéraux.
    Ce qui serait justement de l’ ACTION, comme vous souhaitez, au lieu de PARLOTTE NATIONALE(idée pourtant très progressiste chez les Écossais indép, que les Conversations nationales…), serait de donner suite à ceux qui proposent des moyens de coaliser les forces indépendantistes(au lieu de les dresser les uns contre les autres). L’ennemi s’appelle Canada, non pas P.Q. Les flèches dans ce sens favorisent les fédés, le répéterons-nous assez ? Et elles n’incitent pas les autres mouvements à joindre le vôtre ! Il a été rappelé, cette semaine, qu’une coalition ne présuppose pas la domination d’une des bannières réunies. En ce sens, j’ai rapporté, pour PROGRESSER, la proposition Gilbert Paquette, décrite dans « La nécessaire ALLIANCE » (2008, éd. Les Intouchables). Je trouverais beaucoup plus profitable d’étudier cette option, dirigée vers l’ADQ mais qui pourrait aussi bien favoriser la concertation de tous les indépendantistes. C’est le SEUL moyen d’expulser Charest.. Sera toujours temps de ramener des partis d’opposition dans un Québec libre.
    p.s. Quant aux regrets pour ne pas avoir entamé d’action en justice contre le référendum volé, auriez-vous oublié de quel côté penche toujours la Cour Suprême du Canada ?