Il fut un temps pas si lointain

Arrive maintenant le temps d'un nouveau défi

Tribune libre


En ces temps sombres où le rêve de l’accession au pays du Québec semble vouloir s’éclipser derrière une nébulosité stagnante, je vous offre ce petit poème puisé dans mes souvenirs en guise d’espoir d’un temps plus clément.
Il fut un temps pas si lointain
_ Où des hommes et des femmes d’ici ont rêvé d’un pays
_ Il fut un temps pas si lointain
_ Où des hommes et des femmes d’ici se sont donné un défi
Mais ce temps, cet implacable temps
_ A semé les graines perverses des ambitions
_ Au détriment des profondes convictions
_ De nos vaillants défricheurs d’antan
Puis, avec le temps vint un temps
_ De piétinement sur le sol de nos aïeux
_ Un temps nuageux où s’assombrirent les cieux
_ Jusqu’à ce que le torrent inonde les champs
Cependant le temps, tolérant et patient
_ A attendu patiemment le retour des paysans
_ Qui, vaillamment, à nouveau, ont remis
_ Le cap sur la création d’un pays
Il fut un temps pas si lointain
_ Où des hommes et des femmes d’ici ont rêvé d’un pays
_ Arrive maintenant le temps d’un nouveau défi
_ Où des hommes et des femmes d’ici se donneront la main
_ Pour réaliser enfin
_ Ce grand et beau pays
Henri Marineau
_ Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1647 articles

  • 1 150 804

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Stéphane Sauvé Répondre

    9 juin 2011

    Merci Henri pour ce poême, il vous (nous) honore !